Les céramiques hybrides : mythe ou réalité ?

  • Par
  • Publié le . Paru dans Réalités Cliniques n°3 - 15 septembre 2020 (page 217-28)

1a-c. Sablage de l’intrados pour une RCNC. La pièce sera ensuite passée dans un bac à ultrasons pendant 1 minute. L’intrados doit avoir un aspect mat et rugueux.

Information dentaire
Alors que la céramique s’est imposée depuis un bon nombre d’années comme matériau de choix pour les restaurations prothétiques et adhésives, une nouvelle famille de matériaux a vu le jour et ce, grâce à l’essor de la CFAO : les blocs dits « hybrides ». Il s’agit de blocs usinables et composés d’un mélange de résine et de céramique. Toutefois, la terminologie et la composition exacte de ces blocs restent floues. De plus, il existe un manque de recul clinique et un niveau de preuves scientifiques encore insuffisant. Il devient donc difficile de connaître et de maîtriser les indications appropriées pour cette famille de matériaux. L’objet de cet article est de détailler la composition réelle des différents blocs présents sur le marché et de faire le point sur les possibles indications cliniques, ainsi que de discuter de leur pertinence.

La dentisterie adhésive a connu de nombreuses évolutions et révolutions ces dernières décennies, comme l’avènement du collage aux céramiques, le scellement dentinaire immédiat et les reconstitutions coronaires collées. Du point de vue des matériaux, avant l’arrivée des technologies numériques, les restaurations prothétiques indirectes pouvaient être conçues à partir de deux grandes familles de matériaux : le métal et la céramique. Les avancées techniques qui ont été rendues possibles par les procédés de CAO/FAO ont permis le développement de matériaux dits hybrides, à la croisée des chemins entre les résines composites directes et les céramiques indirectes. L’objectif était de proposer une nouvelle famille de matériau combinant les avantages du composite (bonne aptitude au collage, fort potentiel de réintervention, comportement mécanique…) et ceux de la céramique (propriétés esthétiques optimales, résistance mécanique élevée…).

Cependant, ces blocs dits « hybrides » (BH) ont réussi à s’imposer dans l’arsenal thérapeutique à une vitesse impressionnante, sans qu’il y ait un niveau de preuve élevé et un recul clinique suffisant. Par ailleurs, il existe une confusion sur la terminologie à adopter vis-à-vis de ces nouveaux matériaux. Doit-on parler de résine infiltrée de céramique ou de céramique infiltrée de résine ? A-t-on à faire à une matrice résineuse ou vitreuse ? Et surtout quel est leur domaine d’application ? Le champ des indications se limite-t-il à des restaurations partielles unitaires (inlay, onlay, overlay ou table-top), ou bien est-il possible de les utiliser dans de nombreuses situations cliniques du quotidien (couronne unitaire, facettes ou prothèse implantoportée) ?

Cet article a pour objectif de faire un état des lieux des connaissances sur ces matériaux dits hybrides et de décrire, au travers de cas cliniques, les protocoles à mettre en œuvre et les possibles indications…

Cet article est réservé aux abonnés.
Pour lire la suite :

Vous êtes abonné.e ? Connectez-vous
Mot de passe
oublié ?

Vous pouvez également :

Acheter l'article En version numérique
Acheter le numéro À l'unité

Thèmes abordés

Sur le même sujet

Esthétique

Article réservé à nos abonnés Les « détails » de l’esthétique

Les critères anatomiques, au nombre de cinq sont : la forme de contour, le volume tridimensionnel, les lignes de transition,...
Esthétique

Article réservé à nos abonnés Les facettes dentaires, une thérapeutique minimalement invasive

Les praticiens sont de plus en plus confrontés à la demande esthétique de leurs patients, le sourire ayant une importance...
Esthétique

Article réservé à nos abonnés Esthétique et fonction : liaison numérique entre la clinique et le laboratoire

La complicité entre le laboratoire et le cabinet est aujourd’hui grandement améliorée par l’utilisation de nombreux outils numériques, qui modifient...
Esthétique

Article réservé à nos abonnés Restauration du sourire : “petits” moyens, grands résultats !

Lorsque des modifications sur des dents saines sont envisagées, le plus souvent chez de jeunes adultes demandeurs de traitements esthétiques...
Esthétique

Article réservé à nos abonnés Approche thérapeutique graduée du sourire étroit chez l’adulte : de l’orthodontie à la chirurgie

Le corridor buccal exerce une influence sur l’esthétique du sourire et constitue l’un des aspects les plus controversés. L’objectif est...
Esthétique

Article réservé à nos abonnés Usure érosive localisée : le principe de Dahl optimisé

Dans certaines situations cliniques d’usure dentaire essentiellement localisée au secteur antérieur, c’est-à-dire sans aucune, ou avec de faibles atteintes postérieures,...