Les maladies parodontales ulcéronécrotiques

  • Par
  • Publié le . Paru dans Réalités Cliniques n°2 - 16 juin 2016 (page 91-101)
Information dentaire
Résumé
La gingivite ulcéronécrotique (GUN) et la parodontite ulcéronécrotique (PUN) sont les seules maladies parodontales qui se caractérisent par une atteinte ulcéreuse et nécrotique de la gencive. Elles représentent deux expressions cliniques de la même pathologie. La GUN affecte le parodonte marginal et la PUN le parodonte profond. Leur classement dans la catégorie des maladies parodontales nécrotiques est justifié par des critères cliniques qui permettent de les distinguer des lésions ulcéreuses du parodonte associées à des maladies générales. D’origine infectieuse, leur survenue, développement et évolution sont conditionnés par des facteurs de risque dont la prise en compte est essentielle pour le pronostic et l’établissement du plan de traitement.
Implication clinique
Faire le point sur les caractéristiques cliniques et étiopathogéniques des maladies parodontales ulcéronécrotiques ; préciser les particularités de l’abord thérapeutique.

Les maladies parodontales ulcéronécrotiques sont des entités cliniques dont l’ulcération par nécrose de la gencive est le principal signe pathognomonique. Décrites depuis des décennies, il faut attendre 1989 pour que l’Association Américaine de Parodontologie [1] distingue deux expressions cliniques correspondant à la même pathologie mais à des stades différents de sévérité : la gingivite ulcéronécrotique (GUN) et la parodontite ulcéronécrotique (PUN).
Bien que la prévalence de ces maladies soit faible, la GUN et la PUN ont toujours suscité un intérêt médical car elles reflètent parfaitement la complexité des interactions qui existent entre les protagonistes étiologiques des maladies parodontales. Les données récentes de la littérature éclaircissent toutefois leur pathogenèse et permettent de mieux cibler les stratégies préventives et thérapeutiques dans la prise en charge des patients à risque [2].

Diagnostic
Le diagnostic des maladies ulcéronécrotiques est purement clinique. Il est posé grâce à un examen clinique minutieux, complété obligatoirement par un examen de radiologie (orthopantomogramme ou bilan rétro-alvéolaire). Les examens complémentaires biochimiques, microbiologiques ou histologiques sont uniquement indiqués pour détecter un facteur de risque général ou une surinfection.

Le diagnostic de la GUN se fonde sur l’association de trois signes cliniques pathognomoniques [3] (fig. 1) :
• l’algie gingivale : la douleur constitue généralement le motif de la consultation. Décrite comme intense, elle contrarie les manœuvres d’hygiène quotidiennes et restreint l’alimentation.
• la gingivorragie : le saignement gingival, bien que non spécifique est d’emblée profus lors du brossage et de la mastication ; il peut être spontané.
• la nécrose des papilles gingivales : 
les papilles sont les premiers sites à se nécroser, laissant une muqueuse en forme de cratère. La gencive marginale…

Cet article est réservé aux abonnés.
Pour lire la suite :

Vous êtes abonné.e ? Connectez-vous
Mot de passe
oublié ?

Vous pouvez également :

Acheter l'article En version numérique
Acheter le numéro À l'unité

Thèmes abordés

Sur le même sujet

Parodontologie

Article réservé à nos abonnés La prise en charge parodontale du patient diabétique

Responsable scientifique : Gaëlle Cheisson Intervenants : Hélène Rangé D’un point de vue épidémiologique, le diabète est une pathologie chronique...
Parodontologie

Article réservé à nos abonnés Pourquoi et comment évoluer en chirurgie minimalement invasive

Responsable scientifique : Christian Verner Intervenants : Filippo Graziani Filippo Graziani (Italie) a introduit cette session sur le thème de...
Parodontologie

Article réservé à nos abonnés Recommandations en parodontologie : applications au quotidien

Responsable scientifique : Julie Lamure Intervenants : Panos Papapanou, Evanthia Lalla Principes et applications de la classification de 2018 Le...
Parodontologie

Article réservé à nos abonnés Vitamines C et D : impacts sur le parodonte et supplémentation de nos patients

En 2021, l’ANSES (Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail) statue que la couverture vitaminique...
Parodontologie

Article réservé à nos abonnés L’étiopathogénie des maladies parodontales. Un aperçu historique des modèles, de l’infection focale à la dysbiose et aux voies de l’inflammation

RÉSUMÉ La parodontite est une maladie inflammatoire chronique multifactorielle associée à un biofilm bactérien dysbiotique et caractérisée par la destruction...
Médecine Parodontologie

Article réservé à nos abonnés Évaluation de différents scores de risque Dans la prévention des maladies péri-implantaires. Analyse d’une étude clinique de cohorte à long terme

RÉSUMÉ Contexte Cette étude a comparé la valeur pronostique à long terme de deux modèles de scores d’évaluation du risque...