• Écrit par

Les restaurations collées postérieures : intérêt des fraises Deep Marker®

Télécharger la formation
Information dentaire

La Revue

L'hebdo de la médecine bucco-dentaire
44 numéros par an

Abonnez-vous

Nous assistons aujourd’hui à un changement de paradigme dans le choix des restaurations postérieures indirectes. Elles s’inscrivent désormais dans une évidente philosophie d’économie tissulaire, ou approche « biomimétique » [1]. Les indications des restaurations partielles collées ne doivent plus se limiter à la vitalité pulpaire de la dent pour décider du traitement à suivre. Elles doivent prendre en compte l’analyse biologique, esthétique et essentiellement mécanique se fondant principalement sur le volume de la perte de substance, son architecture et sa localisation [2]. Cependant, leur mise en œuvre nécessite une procédure clinique stricte et incontournable sous peine d’échec.

Questions…

1 et 2. Un patient se présente à la consultation en raison d’une 36 douloureuse à la pression. La présence d’un inlay composite occluso-mésial ancien, infiltré, et des joints défectueux est constatée. L’analyse biomécanique révèle des fêlures, surtout au niveau de la crête marginale distale. Il faut de plus noter l’absence de la 37. Il est donc décidé de déposer la restauration et de réaliser un overlay en vitrocéramique de type e.max (Ivoclar Vivadent).

 

Question 1 : Les échecs…

Les commentaires sont fermés.