Nouvelle classification… parodontite stade III grade A

  • Par
  • Publié le . Paru dans L'Information Dentaire n°7 - 23 février 2022 (page 20-23)
Information dentaire
Parmi les grands changements présents dans la nouvelle classification des maladies parodontales et péri-implantaires, les formes de parodontite anciennement dites « agressives » ou « chroniques » sont regroupées dans la même catégorie dite « parodontite ». Ces parodontites sont classées en différents stades et différents grades.

Qu’est-ce qu’une parodontite stade III grade A selon la classification de Chicago 2017 ?

Il s’agit d’une parodontie sévère à progression lente [1].

Les outils à notre disposition

  • Sonde parodontale.
  • Radiographie rétro-alvéolaire avec angulateur de Rhin.

 

 

Notions abordées

Le stade est basé sur la sévérité et la complexité de prise en charge globale, l’étendue de la maladie (localisée ou généralisée si 30 % ou plus des dents sont atteintes) et sa distribution (incisive, prémolaire et/ou molaire).

Le grade fournit des informations sur le risque de progression de la maladie, les aspects biologiques, le pronostic du traitement et les effets sur la santé générale.

Utilisation de ces notions [2]

Le stade III est caractérisée par :

  • une perte d’attache clinique (CAL)* interdentaire (dans le site le plus atteint et sur ≥ 2 dents non adjacentes) ≥ 5 mm ;
  • une perte osseuse radiographique** atteignant le tiers médian ou apical, dont une perte osseuse verticale ≥ 3 mm ou des défauts crestaux modérés ;
  • un nombre de dents perdues pour raison parodontale ≤ 4 dents ;
  • une profondeur de sondage ≥ 6 mm ;
  • des atteintes de furcation de classe II ou III ;
  • l’absence de besoin de réhabilitation complexe.
  • Le saignement au sondage (BoP) est ≥ 10 %.

Le grade A est défini par :

  • une absence de progression de la parodontite en 5 ans (s’il existe des données antérieures) ;
  • un ratio pourcentage d’alvéolyse/âge*** < 0,25 ;
  • une quantité de plaque bactérienne abondante par rapport au faible niveau de destruction du parodonte.
  • Les facteurs de risque impliqués dans la progression de la parodontite, comme le tabac et le diabète, modifient le grade de la maladie. Concernant le grade A, le patient est non fumeur et n’est pas diabétique.

Exemple clinique

Une patiente âgée de 54 ans se présente en consultation pour des saignements…

Cet article est réservé aux abonnés.
Pour lire la suite :

Vous êtes abonné.e ? Connectez-vous
Mot de passe
oublié ?

Vous pouvez également :

Acheter le numéro À l'unité

Thèmes abordés

Sur le même sujet

Parodontologie

Article réservé à nos abonnés L’éducation thérapeutique en parodontologie

«Du désir au plaisir de changer. » Voici comment Françoise Kourilsky titrait l’un de ses ouvrages, mais pourrions-nous appliquer cette formule...
Parodontologie

Article réservé à nos abonnés Le profil du risque en parodontologie

Les parodontites sont caractérisées par une inflammation associée à la présence de microbes qui engendre une perte d’attache parodontale [1]....
Parodontologie

Article réservé à nos abonnés L’harmonie du rose et du blanc, de la réflexion à la réalisation !

Le complexe dento-parodontal L’attache supra crestale La gencive est attachée à la dent pour assurer une barrière étanche et imperméable...
Parodontologie

Article réservé à nos abonnés La chirurgie muco-gingivale du dépistage aux soins postopératoires

Les récessions gingivales Les récessions gingivales sont définies comme « le déplacement de la gencive marginale apicalement à la jonction amélo-cémentaire »...
Parodontologie

Article réservé à nos abonnés Données probantes et recommandations pour l’étape 2 de la thérapie parodontale

Qu’est-ce que la parodontite ? La parodontite est une maladie inflammatoire chronique déclenchée par l’accumulation de biofilm ; elle est d’étiologie multifactorielle...
Parodontologie

Article réservé à nos abonnés Traitement chirurgical des poches parodontales résiduelles Pourquoi ? Quand ? Comment ?

La place de la chirurgie dans le plan de traitement parodontal La thérapeutique non chirurgicale bien exécutée suffit à elle seule...