Parodontie et prothèse

  • Par
  • Publié le . Paru dans Réalités Cliniques n°3 - 15 septembre 2014 (page 199-211)
Information dentaire
Résumé 
L’insertion d’un élément prothétique implique des interactions avec les tissus environnants et, en premier lieu, parodontaux. Le choix de la position et de la forme de la limite prothétique, les biomatériaux utilisés, la technique de déflexion gingivale conditionneront la santé parodontale. En présence d’une maladie parodontale, la gestion des séquelles de la maladie implique des techniques prothétiques particulières afin de concilier les impératifs esthétiques et parodontaux. Les concepts anciens de la couronne périphérique sont supplantés par les recommandations de la prothèse adhésive. Et le recours à l’orthodontie de l’adulte apparaît également comme une stratégie thérapeutique incontournable dans de nombreux cas.

Implication clinique
Obtenir l’intégration biologique optimale d’une restauration prothétique relève de l’analyse de plusieurs facteurs tels que les impératifs prothétiques et parodontaux. De plus, les techniques actuelles de la dentisterie adhésive et de l’orthodontie viennent aussi bouleverser nos plans de traitements.

Les relations qui unissent prothèse et parodonte sont souvent conflictuelles et complexes. Afin d’éviter ces conflits entre impératifs prothétiques et parodontaux, le praticien se doit d’analyser minutieusement les facteurs en présence avant d’entreprendre son acte thérapeutique. Le projet prothétique avec ses données biomécaniques, fonctionnelles et esthétiques devra tenir compte des conditions parodontales. Le choix des limites prothétiques doit s’intégrer dans le respect de l’anatomie parodontale afin de préserver l’espace biologique.
L’évolution des biomatériaux et des concepts prothétiques amène le clinicien à modifier son approche thérapeutique en y intégrant le collage et l’orthodontie.

Impact de la prothèse sur le parodonte

La prothèse fixe a pour objectif principal la reconstruction fonctionnelle et esthétique de l’organe dentaire suite aux séquelles de maladie carieuse, de traumatisme ou de toute autre forme d’agression chimique ou mécanique. Toutefois, cette prothèse n’est qu’un artifice mis à la disposition du clinicien. Elle doit être capable de reproduire les propriétés mécaniques, optiques et biologiques de l’organe dentaire.
Le praticien doit, au cours des différentes étapes d’élaboration d’une prothèse fixe, tenir compte d’un certain nombre de paramètres afin de ne pas compromettre le rapport étroit entre le parodonte et le futur élément prothétique. La littérature scientifique traitant des relations entre parodonte et prothèse est cependant ancienne et limitée. Kosyfaki et coll, dans une revue de la littérature, ne retiennent qu’une soixantaine d’études in vivo sur plus de 50 années de publications (1). Effectivement, aucune évolution majeure n’est apparue dans ce domaine. De plus, la plupart des études ne concernent que le rapport entre prothèse et parodonte sain. Or, les études épidémiologiques concernant les maladies parodontales montrent une importante prévalence…

Cet article est réservé aux abonnés.
Pour lire la suite :

Vous êtes abonné.e ? Connectez-vous
Mot de passe
oublié ?

Vous pouvez également :

Acheter l'article En version numérique
Acheter le numéro À l'unité

Thèmes abordés

Sur le même sujet

Parodontologie

Article réservé à nos abonnés Hypoesthésie postopératoire, histoire d’une complication d’une chirurgie plastique parodontale

Cas clinique ► Il était une fois une amie, médecin, qui présentait des récessions gingivales de 34 à 36. La...
Implantologie chirurgicale Parodontologie

Article réservé à nos abonnés Spécificités de la réponse inflammatoire de la péri-implantite par rapport à celle de la parodontite

Résumé Objectif Identifier précocement les patients et les sites à risque de péri-implantite est crucial pour prévenir au plus tôt...
Parodontologie

Article réservé à nos abonnés Thérapeutiques adjuvantes et innovantes dans le traitement parodontal non chirurgical

La maladie parodontale est considérée comme la sixième maladie inflammatoire chronique la plus répandue chez l’Homme. La parodontite résulte d’un...
Parodontologie

Article réservé à nos abonnés Porphyromonas gingivalis

L’objectif de cette rubrique est de rédiger la carte d’identité d’un habitant du parodonte. Elle présente l’identité de l’habitant (procaryote...
Parodontologie

Article réservé à nos abonnés Approche thérapeutique des récessions gingivales sévères dans le secteur antérieur mandibulaire

La récession gingivale se définit comme « la migration en direction apicale de la gencive marginale par rapport à la jonction...