Parodontite et maladies respiratoires

  • Par
  • Publié le . Paru dans L'Information Dentaire n°13 - 30 mars 2022 (page 80-83)
Information dentaire

Les dernières décennies ont mis en lumière les liens potentiels entre la parodontite et les maladies respiratoires, notamment la pneumonie, la bronchopneumonie chronique obstructive (BPCO) et l’asthme.

Explications.

La proximité de la cavité buccale avec le naso-, l’oro-pharynx et les voies respiratoires basses facilite le passage des bactéries et virus depuis la bouche jusqu’au parenchyme pulmonaire [1] (fig. 1). Le microbiome oral contient plus de 20 milliards de micro-organismes, dont certains permettent de réduire ou d’augmenter la colonisation d’autres espèces exogènes, telles que Streptococcus pneumoniae, Haemophilus influenzae, Staphyloccocus aureus [1-3]. Les dernières décennies ont mis en lumière les liens potentiels entre la parodontite et les maladies respiratoires. En effet, d’une part, les bactéries parodontales (gram négatives et anaérobies) peuvent contaminer les voies aériennes basses, participer à l’inflammation du parenchyme pulmonaire et induire des maladies respiratoires, telles que les pneumonies, la bronchopneumonie chronique obstructive (BPCO) et l’asthme, d’autre part, il a été démontré que l’amélioration de l’hygiène orale et le suivi chez les professionnels de la santé bucco-dentaire réduisent significativement la progression ou la genèse de maladies respiratoires [4, 5].

Les différents mécanismes proposés [6, 7] pour expliquer la relation entre la parodontite et les maladies respiratoires sont :

  • l’aspiration oropharyngée de parodontopathogènes depuis la cavité orale jusqu’au poumon profond ;
  • l’inhalation d’aérosols infectieux ;
  • la dissémination hématogène ;
  • la colonisation de la plaque dentaire par des pathogènes respiratoires ;
  • l’altération de l’épithélium respiratoire par les cytokines induites par la présence des bactéries parodontales.

Maladies respiratoires concernées

La pneumonie

La pneumonie est une infection du parenchyme pulmonaire pouvant être causée par différents agents dont les bactéries, les mycoplasmes, les champignons, les parasites et des virus.

Cette maladie est classifiée en deux types distincts selon le…

Cet article est réservé aux abonnés.
Pour lire la suite :

Vous êtes abonné.e ? Connectez-vous
Mot de passe
oublié ?

Vous pouvez également :

Acheter l'article En version numérique
Acheter le numéro À l'unité

Thèmes abordés

Sur le même sujet

Parodontologie

Article réservé à nos abonnés Hypoesthésie postopératoire, histoire d’une complication d’une chirurgie plastique parodontale

Cas clinique ► Il était une fois une amie, médecin, qui présentait des récessions gingivales de 34 à 36. La...
Implantologie chirurgicale Parodontologie

Article réservé à nos abonnés Spécificités de la réponse inflammatoire de la péri-implantite par rapport à celle de la parodontite

Résumé Objectif Identifier précocement les patients et les sites à risque de péri-implantite est crucial pour prévenir au plus tôt...
Parodontologie

Article réservé à nos abonnés Thérapeutiques adjuvantes et innovantes dans le traitement parodontal non chirurgical

La maladie parodontale est considérée comme la sixième maladie inflammatoire chronique la plus répandue chez l’Homme. La parodontite résulte d’un...
Parodontologie

Article réservé à nos abonnés Porphyromonas gingivalis

L’objectif de cette rubrique est de rédiger la carte d’identité d’un habitant du parodonte. Elle présente l’identité de l’habitant (procaryote...
Parodontologie

Article réservé à nos abonnés Approche thérapeutique des récessions gingivales sévères dans le secteur antérieur mandibulaire

La récession gingivale se définit comme « la migration en direction apicale de la gencive marginale par rapport à la jonction...