Parodontite et maladies systémiques : explication des mécanismes

  • Par
  • Publié le . Paru dans L'Information Dentaire n°13 - 30 mars 2022 (page 54-56)
Information dentaire

L’objectif de cette édition spéciale de L’Information Dentaire, consacrée aux relations existantes entre la parodontite et les maladies systémiques, est de parcourir l’ensemble des évidences scientifiques attestant des relations entre les maladies parodontales et la santé générale ainsi que de rassembler plusieurs avis d’experts dans ce domaine. Cette revue analysera successivement l’impact de la parodontite sur les systèmes suivants : cardiovasculaire, hormonal (le diabète), gynéco-obstétrique (grossesse et les naissances prématurées), respiratoire (pneumonie, bronchopneunmonie chronique obstructive, asthme), gastro-intestinal (ulcère peptique, maladie de Crohn, cancer digestif), ostéo–articulaire : arthrite rhumatoïde, nerveux (maladie d’Alzheimer), immunitaire (maladie auto immune : lupus érythémateux). Nous vous proposons en introduction de nous pencher sur les mécanismes entre parodontites et maladies systémiques.

Maladies susceptibles d’être aggravées par l’augmentation de l’inflammation systémique induite par la parodontite (© France Lambert).

La parodontite est une maladie inflammatoire, chronique et multifactorielle, caractérisée par la présence de bactéries Gram négatives (incluses dans la plaque dentaire) induisant une réaction inflammatoire locale et une réponse immunitaire de l’hôte. Les bactéries sont organisées en biofilm à l’intérieur duquel elles communiquent entre elles (quorum sensing) et échangent des facteurs de croissance, de virulence, de résistance. Dès lors, les techniques d’hygiène orale mécaniques sont nécessaires à la désorganisation du biofilm et à son élimination.

Dans le cas contraire, la mastication notamment provoque la dissémination des pathogènes et/ou de leurs sous-produits (SP’s) depuis la poche parodontale vers la circulation sanguine, par laquelle ils peuvent induire une inflammation systémique, voire atteindre un organe. Le fait que les bactéries parodontales puissent induire des infections métastatiques à distance dans un site non oral est appelé « théorie de l’infection focale » par l’atteinte d’un lieu spécifique appelé locus minor resistentiae (lieu de moindre résistance) (LMR). L’augmentation de l’inflammation systémique et/ou locale au sein du LMR peut perturber et aggraver des maladies ou conditions existantes comme les maladies cardiovasculaires (MCV) [1-4], le diabète [5-9], la grossesse [10-12] et les maladies auto-immunes telles que la polyarthrite rhumatoïde [2-20], le lupus érythémateux [13-17], les pathologies respiratoires [18-24] ou les maladies cognitives [25-28].

À l’inverse, toutes les conditions systémiques impliquant des altérations du système immunitaire, telles les maladies génétiques, les maladies auto-immunes et les maladies inflammatoires, les diabètes, peuvent quant à elle participer au déséquilibre entre l’hôte et les parodontopathogènes…

Cet article est réservé aux abonnés.
Pour lire la suite :

Vous êtes abonné.e ? Connectez-vous
Mot de passe
oublié ?

Vous pouvez également :

Acheter le numéro À l'unité

Thèmes abordés

Sur le même sujet

Parodontologie

Article réservé à nos abonnés Hypoesthésie postopératoire, histoire d’une complication d’une chirurgie plastique parodontale

Cas clinique ► Il était une fois une amie, médecin, qui présentait des récessions gingivales de 34 à 36. La...
Implantologie chirurgicale Parodontologie

Article réservé à nos abonnés Spécificités de la réponse inflammatoire de la péri-implantite par rapport à celle de la parodontite

Résumé Objectif Identifier précocement les patients et les sites à risque de péri-implantite est crucial pour prévenir au plus tôt...
Parodontologie

Article réservé à nos abonnés Thérapeutiques adjuvantes et innovantes dans le traitement parodontal non chirurgical

La maladie parodontale est considérée comme la sixième maladie inflammatoire chronique la plus répandue chez l’Homme. La parodontite résulte d’un...
Parodontologie

Article réservé à nos abonnés Porphyromonas gingivalis

L’objectif de cette rubrique est de rédiger la carte d’identité d’un habitant du parodonte. Elle présente l’identité de l’habitant (procaryote...
Parodontologie

Article réservé à nos abonnés Approche thérapeutique des récessions gingivales sévères dans le secteur antérieur mandibulaire

La récession gingivale se définit comme « la migration en direction apicale de la gencive marginale par rapport à la jonction...