Parodontites, maladies auto-immunes et maladies digestives

  • Par
  • Publié le . Paru dans L'Information Dentaire n°13 - 30 mars 2022 (page 88-91)
Information dentaire

Maladies auto-immunes

Polyarthrite rhumatoïde

La polyarthrite rhumatoïde (PR) est une maladie auto-immune caractérisée par l’inflammation de la membrane synoviale, une fine membrane cellulaire recouvrant la face interne de la majorité des articulations. Cette inflammation est responsable à court terme d’un gonflement et de douleurs articulaires, engendrant une perte de fonction de l’articulation et des mouvements qu’elle permettait (mobilité, préhension…). À moyen et long terme, cette inflammation sera responsable d’une morbidité importante, avec une destruction du cartilage, mais également des structures osseuses adjacentes [1]. Physiopathologiquement, les lésions de la PR sont expliquées par la présence d’auto-anticorps, les anticorps anti-peptides citrullinés (APAC), qui sont responsables de l’inflammation de la membrane synoviale. Ces anticorps sont dosables dans le sang et représentent un marqueur de diagnostic pour la PR [2].

Il est démontré que l’inflammation systémique liée à la parodontite et l’inflammation locale au sein de l’articulation atteinte par le Porphyromonas gingivalis participent à l’activité de la maladie [3-5]. Les pathogènes parodontaux induisent la citrullinisation des protéines qui entraîne la progression de la PR. Récemment, il a été démontré que chez les patients souffrant de PR, les APAC sont significativement plus fréquents chez ceux présentant une parodontite (86 %) [3]. Dans une récente revue de littérature systématique et sa méta-analyse, les auteurs concluent qu’une réponse anticorps-anti Pg est significativement plus élevée chez un patient souffrant de PR que chez un patient en bonne santé [6] (fig. 1).

Lupus érythémateux

Le lupus érythémateux (LE) est une maladie inflammatoire chronique auto-immune affectant plusieurs organes tels que la peau, les reins, le cœur, les poumons, le cerveau [8]. Elle est caractérisée par la présence…

Cet article est réservé aux abonnés.
Pour lire la suite :

Vous êtes abonné.e ? Connectez-vous
Mot de passe
oublié ?

Vous pouvez également :

Acheter l'article En version numérique
Acheter le numéro À l'unité

Thèmes abordés

Sur le même sujet

Parodontologie

Article réservé à nos abonnés Hypoesthésie postopératoire, histoire d’une complication d’une chirurgie plastique parodontale

Cas clinique ► Il était une fois une amie, médecin, qui présentait des récessions gingivales de 34 à 36. La...
Implantologie chirurgicale Parodontologie

Article réservé à nos abonnés Spécificités de la réponse inflammatoire de la péri-implantite par rapport à celle de la parodontite

Résumé Objectif Identifier précocement les patients et les sites à risque de péri-implantite est crucial pour prévenir au plus tôt...
Parodontologie

Article réservé à nos abonnés Thérapeutiques adjuvantes et innovantes dans le traitement parodontal non chirurgical

La maladie parodontale est considérée comme la sixième maladie inflammatoire chronique la plus répandue chez l’Homme. La parodontite résulte d’un...
Parodontologie

Article réservé à nos abonnés Porphyromonas gingivalis

L’objectif de cette rubrique est de rédiger la carte d’identité d’un habitant du parodonte. Elle présente l’identité de l’habitant (procaryote...
Parodontologie

Article réservé à nos abonnés Approche thérapeutique des récessions gingivales sévères dans le secteur antérieur mandibulaire

La récession gingivale se définit comme « la migration en direction apicale de la gencive marginale par rapport à la jonction...