Position de référence en prothèse et programmation de l’articulateur : quand ? Pourquoi et comment ?

  • Par
  • Publié le . Paru dans Stratégie Prothétique n°1 - 15 février 2024 (page 18-36)
Information dentaire

– Faut-il toujours travailler en relation centrée ?

– Peut-on garder l’O.I.M. du patient ?

– Faut-il toujours programmer l’articulateur ?

– Peut-on faire de même avec un articulateur virtuel ?

Le choix du concept occluso-prothétique est déterminé par le type de prothèse à réaliser. La prothèse fixée, la prothèse implanto-portée, la prothèse amovible partielle (selon la typologie de l’édentement) et/ou la prothèse amovible complète ne répondent pas aux mêmes concepts.

Lors de l’examen clinique, l’ouverture buccale renseigne sur la normalité de la cinématique condylienne. Celle-ci peut être limitée ou déviée, ou accompagnée de bruits articulaires. Tous ces signes sont pris en considération, car ils peuvent refléter l’existence d’un dysfonctionnement cranio-mandibulaire. Dans ce cas, son diagnostic s’impose avant toute décision thérapeutique prothétique [1].

La perlèche de la commissure des lèvres associée à un profil de type « Popeye » dénonce un déficit de la dimension verticale d’occlusion. La restauration de celle-ci complexifiera le protocole prothétique.

L’observation clinique intrabuccale permet de contrôler si l’hygiène du patient est maîtrisée, si les éventuels soins conservateurs ainsi que les actes chirurgicaux sont réalisés, si le contexte parodontal est favorable [2].

Les égressions ou versions dentaires dues aux édentements non compensés entraîneront l’analyse du plan occlusal (notamment la courbe de Spee) sur articulateur [2, 3] (fig. 1). Les crêtes édentées feront l’objet d’une attention particulière en cas de prothèse implanto-portée. Afin de situer le nerf alvéolaire et/ou le sinus maxillaire, le recours à la radiographie panoramique ou au cone beam sera nécessaire. L’aide d’un guide radiologique utilisé ensuite comme guide chirurgical est indispensable dans certains cas cliniques [2].

L’intercuspidation maximale habituelle est examinée afin de noter, entre autres, les contacts des dents antérieures maxillaires et mandibulaires qui assureront l’efficacité ou non du guidage antérieur. Ceci aura une incidence sur la manipulation…

Cet article est réservé aux abonnés.
Pour lire la suite :

Vous êtes abonné.e ? Connectez-vous
Mot de passe
oublié ?

Vous pouvez également :

Acheter l'article En version numérique
Acheter le numéro À l'unité

Thèmes abordés

Sur le même sujet

Prothèse amovible

Article réservé à nos abonnés L’axe d’insertion : un paramètre déterminant en prothèse amovible partielle

Malgré l’évolution constante des techniques chirurgicales qui ne cessent d’élargir les possibilités thérapeutiques, l’implantologie présente encore de nombreuses contre-indications [1]....
Prothèse amovible

Article réservé à nos abonnés La chirurgie pré-prothétique soustractive dans l’intégration des prothèses amovibles

Ces dernières années, l’avènement des techniques implantaires, tant chirurgicales que prothétiques, a permis de remplacer les dents absentes et de...
Prothèse Prothèse amovible

Article réservé à nos abonnés Apport du numérique dans la réalisation d’une prothèse amovible partielle à infrastructure titane

Depuis 2021, l’utilisation du cobalt-chrome en prothèse fixée ou en prothèse amovible dans la pratique quotidienne est réglementée. Il est...
CFAO Prothèse amovible

Article réservé à nos abonnés Prothèse amovible et CFAO

Séance CNO Responsable scientifique : Christophe Azevedo Intervenants : Jean Bonnet, Samy Benchikh Bien que ne mettant pas au rebut les méthodes...
Implantologie Implantologie prothétique Prothèse

Article réservé à nos abonnés Ma première prothèse sur implant

Responsable scientifique : Anne Benhamou Intervenante : Laurine Birault La prothèse sur implants constitue une solution thérapeutique fiable, présentant des...
Biomatériaux Prothèse

Article réservé à nos abonnés Les alternatives au cobalt-chrome en prothèse amovible partielle

Les alliages de cobalt-chrome (Co-Cr) ont une place prépondérante au sein de notre pratique, tant en prothèse fixée qu’amovible. Leurs...