Pourquoi faudrait-il utiliser une solution de nettoyage des restaurations indirectes après l’essayage en bouche ?

  • Par
  • Publié le . Paru dans Biomatériaux Cliniques n°1 - 15 mars 2022 (page 10-18)
Information dentaire

Le succès clinique d’une restauration indirecte collée est dépendant de la qualité de la liaison entre la résine composite de collage et la surface de la restauration. Or durant les phases d’essayage en bouche, il existe une possibilité non négligeable de contaminations par le plâtre, le sang, la salive, le silicone de vérification de l’ajustage et les pâtes d’essayage. Pour le disilicate de lithium, le traitement de surface associant l’acide fluorhydrique et un silane est la référence. Pour la zircone, l’association d’un sablage à l’alumine avec une résine qui contient le monomère MDP est préconisée. Depuis 2011, des solutions nettoyantes adaptées au disilicate de lithium et à la zircone ont été commercialisées. L’utilisation de ces solutions nettoyantes (Ivoclean, Katana Cleaner ou ZirClean) peut-elle permettre de gérer les éventuelles contaminations associées aux phases d’essayage intra-oral ? Comment s’organiser en clinique vis-à-vis de ces contaminations ?

En 1990, il était encore concevable de sceller avec un ciment au phosphate de zinc une restauration partielle de type inlay réalisée en Dicor de Dentsply (la première vitrocéramique dentaire, renforcée par des cristaux de mica) [1].

Et puis de nouveaux matériaux de restauration indirecte sont apparus, dont IPS Empress (Ivoclar Vivadent) en 1992 (la première vitrocéramique pressée renforcée à la leucite), et de nouveaux matériaux adhésifs, dont Scotchbond Multi-Purpose de 3M Espe et All-bond 2 de Bisco (les premiers adhésifs modernes et performants de type MR3). Depuis cette époque, l’adhésion a pris une place prépondérante et les restaurations partielles ou périphériques collées sont devenues incontournables.

Mais le succès clinique d’une restauration indirecte collée est fortement dépendant de la qualité de la liaison entre la résine composite de collage et la surface de la restauration. Or, lors de la réalisation…

Cet article est réservé aux abonnés.
Pour lire la suite :

Vous êtes abonné.e ? Connectez-vous
Mot de passe
oublié ?

Vous pouvez également :

Acheter l'article En version numérique
Acheter le numéro À l'unité

Thèmes abordés

Sur le même sujet

Endodontie Odontologie restauratrice

Article réservé à nos abonnés Retraitements endodontiques complexes. Réflexion, prise de décision, mise en œuvre technique et suivi

Dentisterie restauratrice / Endodontie L’équipe enseignante de Dentisterie Restauratrice et Endodontie de l’École de Médecine Dentaire d’Aix Marseille Université regroupe...
Odontologie restauratrice

Article réservé à nos abonnés Le laser en odontologie : quels avantages ?

Interaction laser et tissus biologiques Lorsque le faisceau laser est émis sur un tissu ou une surface, il peut être...
Odontologie restauratrice

Article réservé à nos abonnés Principes de la planification thérapeutique globale – Partie 2 – La prise de décision

Une approche scientifique et psychosociale Une fois le diagnostic posé, le plan de traitement devra intégrer les meilleures preuves scientifiques...
Odontologie restauratrice

Article réservé à nos abonnés Critères de choix des matériaux dans la restauration de dents antérieures dyschromiées

Situation thérapeutique Présentation du cas (fig. 1 et 2) Une patiente de 55 ans se présente pour une prise en charge esthétique...
Odontologie restauratrice

Article réservé à nos abonnés Certificat médical initial (CMI) et aspects médico-légaux

Une lésion dentaire traumatique est un problème de santé dentaire publique de par sa fréquence, sa survenue à un jeune...
Odontologie restauratrice

Article réservé à nos abonnés La contention en traumatologie dentaire aujourd’hui : points clés

La meilleure compréhension des processus de guérison du parodonte, de la pulpe et de l’os alvéolaire et le rôle principal...