Préparation idéale de facette adaptée au cas par cas

  • Par
  • Publié le . Paru dans L'Information Dentaire n°16 - 22 avril 2020 (page 29-34)

1 et 2. Vues des préparations window « type 1 » et butt-margin « type 2 ».

Information dentaire
Au laboratoire, il arrive que nous soyons confrontés à des difficultés en fonction des préparations de facettes. Il nous a semblé bon de revoir quelques points importants sur la réflexion des préparations en vue de facettes, dans le but d’éviter les mauvaises surprises au démoulage des empreintes, et d’être alors confrontés à ces interrogations et constats : « Est-ce réalisable ? », « faut-il faire reprendre la forme de la ou des préparations ? », « hélas, c’est déjà trop tard… ». Pour éviter l’échec, qu’il soit mécanique ou esthétique, une concertation est nécessaire, par le biais de techniques comme le projet virtuel [1], le wax-up, le mock-up, le schéma ou la visualisation des préparations idéales exécutées sur le modèle d’étude du cas [2], etc.

Objectif technique

Pouvoir assurer la conception des facettes en céramique plurales ou unitaires, quelle que soit la nature du matériau demandé, disilicate de lithium (LS2) ou feldspathique, sur la base d’un maître modèle en plâtre, réfractaire ou feuille de platine.

Objectif clinique

Anticiper au mieux, en phase préopératoire, les éventuels problèmes de phase opératoire [3]. Il peut s’agir de préparations mutilantes ou trop peu adaptées [4], de difficultés d’insertion au moment de la mise en place des pièces prothétiques en raison des contre-dépouilles éventuelles ou des axes, que ce soit à l’essayage biscuit ou à la pose. Citons également une limite proximale trop visible (en vue 3/4) des zones interdentaires si le toboggan n’est pas bien maîtrisé, au risque d’une mauvaise intégration optique ou morphologique.

Afin d’éviter ces écueils, il est indispensable de visualiser le cas fini avant même d’avoir commencé les préparations. Hélas, la vision 3D, même pour les cas les plus simples, n’est pas à la portée de tous. Heureusement, nous pouvons recourir à la conception analogique (physique) d’un wax-up qui débouchera sur un mock-up, ou à la conception numérique (virtuelle) d’un modèle en résine imprimée du projet prothétique final, transféré en bouche par l’intermédiaire d’une clé en silicone double mélange, afin d’obtenir également un mock-up qui servira à contrôler les préparations déjà bien codifiées dans la littérature.

Procédures

Il existe deux préparations « phares » : window (ou pelliculaire) et butt-margin (ou biseau ad vestibulum).

La préparation window, ou pelliculaire [5], est l’une des préparations les moins invasives dans le classement des préparations [6], située au niveau « type 1 » sur une échelle de 5.

La préparation butt-margin, ou biseau ad vestibulum, est pour sa part classée « type 2 » (fig. 1 et 2).

Cet article est réservé aux abonnés.
Pour lire la suite :

Vous êtes abonné.e ? Connectez-vous
Mot de passe
oublié ?

Vous pouvez également :

Acheter l'article En version numérique
Acheter le numéro À l'unité

Thèmes abordés

Sur le même sujet

Esthétique

Article réservé à nos abonnés Les « détails » de l’esthétique

Les critères anatomiques, au nombre de cinq sont : la forme de contour, le volume tridimensionnel, les lignes de transition,...
Esthétique

Article réservé à nos abonnés Les facettes dentaires, une thérapeutique minimalement invasive

Les praticiens sont de plus en plus confrontés à la demande esthétique de leurs patients, le sourire ayant une importance...
Esthétique

Article réservé à nos abonnés Esthétique et fonction : liaison numérique entre la clinique et le laboratoire

La complicité entre le laboratoire et le cabinet est aujourd’hui grandement améliorée par l’utilisation de nombreux outils numériques, qui modifient...
Esthétique

Article réservé à nos abonnés Restauration du sourire : “petits” moyens, grands résultats !

Lorsque des modifications sur des dents saines sont envisagées, le plus souvent chez de jeunes adultes demandeurs de traitements esthétiques...
Esthétique

Article réservé à nos abonnés Approche thérapeutique graduée du sourire étroit chez l’adulte : de l’orthodontie à la chirurgie

Le corridor buccal exerce une influence sur l’esthétique du sourire et constitue l’un des aspects les plus controversés. L’objectif est...
Esthétique

Article réservé à nos abonnés Usure érosive localisée : le principe de Dahl optimisé

Dans certaines situations cliniques d’usure dentaire essentiellement localisée au secteur antérieur, c’est-à-dire sans aucune, ou avec de faibles atteintes postérieures,...