Quand l’orthodontie se fait réparatrice

  • Par
  • Publié le . Paru dans L'Orthodontiste n°5 - 15 décembre 2019 (page 35-40)
Information dentaire
Un patient, âgé de 12 ans, consulte pour la première fois un orthodontiste à la demande de son chirurgien-dentiste traitant. La motivation des parents pour une prise en charge orthodontique est faible, à l’inverse de l’adolescent qui se dit prêt à tout pour améliorer sa denture, source de moqueries.

Diagnostic

Le niveau d’hygiène est alarmant, car le rituel du brossage des dents n’est pas instauré dans la famille. Des caries se sont développées sur les dents temporaires et en ont imposé l’extraction. Les molaires permanentes ont dérivé mésialement, réduisant l’espace disponible sur l’arcade.

En denture adulte, la DDM est majeure avec un déficit de place estimé de 13 mm à la mandibule. Les lésions carieuses ont aussi touché les premières molaires permanentes maxillaires. La 26 a été avulsée et la 27 a pris sa place. Côté controlatéral, la 16 est fortement délabrée, rendant impossible sa conservation. Les molaires ayant plus mésialé à l’arcade mandibulaire, les rapports occlusaux sont de classe III. Les incisives sont versées vers l’avant, mais nous pouvons considérer qu‘il s’agit d’une biproalvéolie ethnique. Du point de vue squelettique, le patient présente une classe II squelettique par rétromandibulie sur un schéma facial hyperdivergent (fig. 1a-j).

Plan de traitement

Les 16 et 26 étant perdues et les dents de sagesse mandibulaires présentes, la première idée qui vient à l’esprit serait d’extraire le reste radiculaire de la 16 et les 36 et 46. Mais dans ce choix, la gestion du traitement n’est pas simple. En effet :

  • Le risque de bowing effect vertical à la mandibule est important. Les 37 et 47 étant mésioversées (courbe de Spee), cette version risque d’augmenter avec des extractions postérieures. Les espaces à fermer étant importants, les portions d’arc non soutenues au niveau des molaires extraites sont étendues, réduisant la rigidité du système à ce niveau. Le nivellement est donc plus difficile à cause du manque de rigidité. À cela s’ajoutent les forces occlusales qui tendent à creuser cette courbe.
  • Ce choix impose un traitement de trente mois environ. Cette mécanique…

Cet article est réservé aux abonnés.
Pour lire la suite :

Vous êtes abonné.e ? Connectez-vous
Mot de passe
oublié ?

Vous pouvez également :

Acheter l'article En version numérique
Acheter le numéro À l'unité

Thèmes abordés

Sur le même sujet

Odontologie restauratrice

Utilisation de différents matériaux composites pour la reconstruction, l’usinage et le collage

Cas clinique La patiente consulte pour des douleurs en secteur 1. À l’examen clinique, elle présente deux reprises de carie sous...
Odontologie restauratrice

Collage d’urgence : gestion d’un trauma chez l’enfant

Objectifs thérapeutiques Éric (8 ans) se présente en urgence une heure après une chute dans la cour de l’école. L’examen...
Odontologie restauratrice

Le guide de reconstruction au service de la restauration directe

Cas clinique Un patient, âgé de 22 ans, se présente en urgence car sa molaire mandibulaire droite (46) vient de...
Biomatériaux Odontologie restauratrice Parodontologie

Ingénierie tissulaire en odontologie

Les biomatériaux de régénération osseuse sont utilisés en chirurgie implantaire (préservation d’alvéole, chirurgie sinusienne, traitement des péri-implantites), en chirurgie préprothétique...
Odontologie restauratrice

Fracture traumatique de l’incisive centrale : quelles solutions ?

Les causes des traumatismes dentaires chez l’adulte sont variées, pouvant résulter d’un impact avec un objet en mouvement, d’une chute,...
Odontologie restauratrice

Matériaux et usures dentaires

La perte de tissus dentaires est fréquemment associée aux lésions carieuses. Or les bactéries ne sont pas toujours impliquées dans...