Quelle place pour les concours de dentisterie esthétique ouverts aux étudiants dans leur formation ?

  • Par
  • Publié le . Paru dans L'Information Dentaire n°16 - 24 avril 2019
Information dentaire
Les concours de dentisterie restauratrice et esthétique se sont considérablement développés depuis une quinzaine d’années, et ont désormais une place au sein du cursus universitaire. Le nombre de participants étant limité, il apparaît pertinent de se questionner sur le bénéfice de ces concours pour la formation des étudiants en chirurgie dentaire.

La dentisterie restauratrice et esthétique est une discipline pour laquelle les praticiens et les étudiants éprouvent un intérêt grandissant. En témoignent le nombre considérable de publications de cas cliniques d’odontologie restauratrice dans les revues professionnelles dentaires et sur les réseaux sociaux, la multiplication des diplômes d’université et des formations privées dans ce domaine, ainsi que la médiatisation importante des concours de cas cliniques.

En parallèle des prix de dentisterie esthétique destinés aux chirurgiens-dentistes diplômés, plusieurs sociétés ont développé des concours spécifiquement dédiés aux étudiants en formation initiale. Sélectionnés sur la base du volontariat et de leur motivation, les étudiants participant bénéficient alors d’un encadrement spécifique par un ou plusieurs enseignants de leur université, visant à améliorer leurs performances dans le cadre de la compétition.
En Europe, les études en odontologie, de la même manière que les études médicales en général, ont la particularité de disposer d’une évaluation fondée sur l’analyse des compétences cliniques.

La compétence clinique est définie comme l’association du raisonnement clinique, des connaissances théoriques et des habiletés pertinentes. À l’issue de son cursus, tout étudiant a ainsi bénéficié d’une formation – via les cours magistraux, les enseignements pratiques et dirigés, les vacations cliniques – lui ayant permis d’acquérir, entre autres, cette compétence clinique [1].

Quelle valeur ajoutée représenterait alors la participation des étudiants aux concours de dentisterie esthétique dans le cadre de leur formation initiale ?

Les concours de dentisterie esthétique destinés aux étudiants à notre connaissance, il existe actuellement trois concours de dentisterie esthétique accessibles aux étudiants en chirurgie dentaire. Ces concours sont préférentiellement réservés aux…

Cet article est réservé aux abonnés.
Pour lire la suite :

Vous êtes abonné.e ? Connectez-vous
Mot de passe
oublié ?

Vous pouvez également :

Acheter l'article En version numérique
Acheter le numéro À l'unité

Thèmes abordés

Sur le même sujet

Esthétique

Article réservé à nos abonnés Les « détails » de l’esthétique

Les critères anatomiques, au nombre de cinq sont : la forme de contour, le volume tridimensionnel, les lignes de transition,...
Esthétique

Article réservé à nos abonnés Les facettes dentaires, une thérapeutique minimalement invasive

Les praticiens sont de plus en plus confrontés à la demande esthétique de leurs patients, le sourire ayant une importance...
Esthétique

Article réservé à nos abonnés Esthétique et fonction : liaison numérique entre la clinique et le laboratoire

La complicité entre le laboratoire et le cabinet est aujourd’hui grandement améliorée par l’utilisation de nombreux outils numériques, qui modifient...
Esthétique

Article réservé à nos abonnés Restauration du sourire : “petits” moyens, grands résultats !

Lorsque des modifications sur des dents saines sont envisagées, le plus souvent chez de jeunes adultes demandeurs de traitements esthétiques...
Esthétique

Article réservé à nos abonnés Approche thérapeutique graduée du sourire étroit chez l’adulte : de l’orthodontie à la chirurgie

Le corridor buccal exerce une influence sur l’esthétique du sourire et constitue l’un des aspects les plus controversés. L’objectif est...
Esthétique

Article réservé à nos abonnés Usure érosive localisée : le principe de Dahl optimisé

Dans certaines situations cliniques d’usure dentaire essentiellement localisée au secteur antérieur, c’est-à-dire sans aucune, ou avec de faibles atteintes postérieures,...