Recessions parodontales au quotidien

  • Par
  • Publié le . Paru dans L'Information Dentaire n°28 - 22 juillet 2020 (page 52-60)
Information dentaire
L’origine des récessions parodontales est plurifactorielle, combinant souvent un facteur déclenchant (par exemple, inflammation, brossage traumatique…) avec un facteur prédisposant tel qu’un biotype gingival étroit et fin (fig. 1). Leur traitement permet de renforcer le système d’attache, de protéger les tissus parodontaux profonds, et d’améliorer la santé et l’esthétique autour des dents. L’objectif de cet article est de répondre aux questions que le chirurgien-dentiste peut se poser quotidiennement à travers trois exemples de situations cliniques.

Pourquoi renforcer le biotype parodontal ?

Physiologiquement, la composition de la gencive lui offre une résistance bien supérieure à celle de la muqueuse alvéolaire face aux traumatismes mécaniques, chimiques, et aux agressions bactériennes. Le consensus professionnel reconnaît aujourd’hui que la santé parodontale optimale est permise grâce à une hauteur de tissu kératinisé de 2 mm, et une hauteur de gencive attachée de 1 mm [1].

Son épaisseur est aussi un facteur décisif pour la stabilité de l’attache parodontale ; en moyenne de l’ordre de 0,8 à 1 mm, elle est examinée à l’aide d’une sonde parodontale [2, 3].

La plupart des projets thérapeutiques, qu’ils soient des soins conservateurs, des traitements prothétiques ou des traitements orthodontiques, peuvent favoriser l’apparition d’une récession parodontale, et exigent une analyse méticuleuse du phénotype gingival en amont.

« Docteur, j’ai les dents sensibles, que faire ? » : traitements des lésions cervicales non carieuses (LCNC)

Les récessions gingivales sont souvent associées à des hypersensibilités dentaires, surtout en présence de LCNC, dont la prévalence (11,4 % à 62,2 %) et la sévérité augmentent avec l’âge du patient [2].

Ces situations cliniques sont principalement provoquées par un brossage traumatique et nécessitent avant tout une correction de la technique de brossage, largement aidée par les brosses à dents électriques à poils doux et indicateur de pression.

En cas d’hypersensibilités, les patients sont dans l’attente d’une réponse immédiate.

Or, si le recouvrement radiculaire espéré n’est que partiel, il est alors indiqué de prescrire, dans un premier temps, des adjuvants désensibilisants tels que des dentifrices et/ou vernis. La chirurgie de recouvrement étant ainsi une alternative de deuxième intention.

Si la demande est à la fois fonctionnelle et esthétique (dyschromie, dents…

Cet article est réservé aux abonnés.
Pour lire la suite :

Vous êtes abonné.e ? Connectez-vous
Mot de passe
oublié ?

Vous pouvez également :

Acheter l'article En version numérique
Acheter le numéro À l'unité

Thèmes abordés

Sur le même sujet

ODF

Article réservé à nos abonnés Adapter sa stratégie thérapeutique aux caractéristiques de l’infraclusion antérieure

Comme le montrent les différents articles des deux numéros coordonnés par Sarah Chauty consacrés à l’infraclusion antérieure, les orthodontistes disposent...
ODF

Article réservé à nos abonnés Contention de l’infraclusion : vers de nouvelles approches

La stabilité de la correction de l’infraclusion est difficile : croissance résiduelle verticale qui s’exprime en fin d’adolescence, dysfonctions, voire persistance...
ODF

Article réservé à nos abonnés Fermeture de béance antérieure : quand la psychologie réoriente le protocole ortho-chirurgical initialement prévu

Fermeture de béance antérieure : quand la psychologie réoriente le protocole ortho-chirurgical initialement prévu Cas clinique En 2008, la patiente, âgée de 34 ans,...
ODF

Article réservé à nos abonnés Traitement orthodontique de l’infraclusie : que pouvons-nous attendre des ancrages osseux ?

Les infraclusies antérieures chez l’hyperdivergent constituent un challenge pour l’orthodontiste (fig. 1 a-c) [1]. Les approches thérapeutiques conventionnelles s’avèrent actuellement peu efficaces chez...
ODF

Article réservé à nos abonnés Gestion orthodontique des infraclusions antérieures

Les anomalies de la dimension verticale sont une des composantes essentielles des dysmorphies faciales et sont étroitement liées aux phénomènes...
ODF

Article réservé à nos abonnés L’infraclusion : point de vue du kinésithérapeute, Hélène Gil

Quelles sont les difficultés de traitement par kinésithérapie de l’infraclusion ou béance antérieure ? Hélène Gil : De nombreux articles [1-2] relatent le rapport...