Recessions parodontales au quotidien

  • Par
  • Publié le . Paru dans L'Information Dentaire n°28 - 22 juillet 2020 (page 52-60)
Information dentaire
L’origine des récessions parodontales est plurifactorielle, combinant souvent un facteur déclenchant (par exemple, inflammation, brossage traumatique…) avec un facteur prédisposant tel qu’un biotype gingival étroit et fin (fig. 1). Leur traitement permet de renforcer le système d’attache, de protéger les tissus parodontaux profonds, et d’améliorer la santé et l’esthétique autour des dents. L’objectif de cet article est de répondre aux questions que le chirurgien-dentiste peut se poser quotidiennement à travers trois exemples de situations cliniques.

Pourquoi renforcer le biotype parodontal ?

Physiologiquement, la composition de la gencive lui offre une résistance bien supérieure à celle de la muqueuse alvéolaire face aux traumatismes mécaniques, chimiques, et aux agressions bactériennes. Le consensus professionnel reconnaît aujourd’hui que la santé parodontale optimale est permise grâce à une hauteur de tissu kératinisé de 2 mm, et une hauteur de gencive attachée de 1 mm [1].

Son épaisseur est aussi un facteur décisif pour la stabilité de l’attache parodontale ; en moyenne de l’ordre de 0,8 à 1 mm, elle est examinée à l’aide d’une sonde parodontale [2, 3].

La plupart des projets thérapeutiques, qu’ils soient des soins conservateurs, des traitements prothétiques ou des traitements orthodontiques, peuvent favoriser l’apparition d’une récession parodontale, et exigent une analyse méticuleuse du phénotype gingival en amont.

« Docteur, j’ai les dents sensibles, que faire ? » : traitements des lésions cervicales non carieuses (LCNC)

Les récessions gingivales sont souvent associées à des hypersensibilités dentaires, surtout en présence de LCNC, dont la prévalence (11,4 % à 62,2 %) et la sévérité augmentent avec l’âge du patient [2].

Ces situations cliniques sont principalement provoquées par un brossage traumatique et nécessitent avant tout une correction de la technique de brossage, largement aidée par les brosses à dents électriques à poils doux et indicateur de pression.

En cas d’hypersensibilités, les patients sont dans l’attente d’une réponse immédiate.

Or, si le recouvrement radiculaire espéré n’est que partiel, il est alors indiqué de prescrire, dans un premier temps, des adjuvants désensibilisants tels que des dentifrices et/ou vernis. La chirurgie de recouvrement étant ainsi une alternative de deuxième intention.

Si la demande est à la fois fonctionnelle et esthétique (dyschromie, dents…

Cet article est réservé aux abonnés.
Pour lire la suite :

Vous êtes abonné.e ? Connectez-vous
Mot de passe
oublié ?

Vous pouvez également :

Acheter l'article En version numérique
Acheter le numéro À l'unité

Thèmes abordés

Sur le même sujet

ODF

Article réservé à nos abonnés Le sens du geste : Les gouttières d’éclaircissement dentaire

Il faut souvent bien des mots pour expliquer une technique, un tour de main ou un geste clinique. Pourtant, l’observation...
Parodontologie

Article réservé à nos abonnés Nouvelle classification… parodontite stade 1 grade A

Qu’est-ce qu’une parodontite stade I grade A selon Chicago 2017 ? Il s’agit d’une parodontite débutante à progression lente [1]....
ODF

Article réservé à nos abonnés la fabrication des fils de contention en collage indirect

Dans un premier temps, les empreintes sont coulées avec du plâtre blanc, taillées jusqu’aux premières molaires, et identifiées, au crayon...
ODF

Article réservé à nos abonnés La normalisation des fonctions : condition de la stabilité des traitements orthodontiques

Les fonctions oro-faciales regroupent la mastication, la ventilation, la posture et la fonction linguale, les tics et parafonctions (comme la...
ODF

Article réservé à nos abonnés La BD, un outil percutant en orthodontie

Le 24 avril, Jour 39, la FFO nous envoie… Vingt-et-une pages de recommandations ! J‘établis une liste des consignes à...
Parodontologie

Article réservé à nos abonnés Comment intégrer l’occlusion dans la prise en charge des parodontites sévères ?

Aspects occlusaux en parodontologie : preuves et controverses Depuis la première publication sur le sujet, attribuée à Karolyi en 1901,...