Retour sur l’ADF 2019 – conférence n°3 : Halitose, hypersensibilité dentaire et impact de l’alimentation sur la santé bucco-dentaire

  • Publié le . Paru dans Profession Assistant(e) Dentaire n°1 - 15 janvier 2020
Information dentaire
Et si ça se jouait aussi dans l’assiette ? Lors de cette conférence, trois universitaires européennes ont décrit ces pathologies : étiologie, impact, traitements… Elles ont montré justement que l’on pouvait agir sur les conséquences de ces affections en faisant attention aux aliments que le patient consomme.
Responsable scientifique : Michèle Reners
Conférencières : Monique Danser, Nicola West, Selena Toma

La maladie parodontale

Elle est la première maladie chronique du monde, et touche tous les continents. 44 à 57 % des adultes dans le monde présentent une parodontite, et 10 % une forme avancée. Après 40 ans, elle est la première cause de pertes dentaires. On sait aujourd’hui que trois facteurs en sont la cause : les bactéries organisées en biofilm d’une part, la génétique, le stress, certaines maladies systémiques comme le diabète, l’âge, et enfin, l’environnement et les comportements individuels (tabac, alcool, hygiène de vie…). Mais aussi, et c’est plus nouveau, la nutrition. « Nos assiettes jouent un rôle non négligeable dans les inflammations, souligne Selena Toma, professeur de parodontologie à l’Université catholique de Louvain, en Belgique. Bien que la nutrition ne soit pas reconnue « officiellement » comme facteur de risques des maladies parodontales, plusieurs études montrent qu’elle a un impact significatif sur le fonctionnement optimal du système immunitaire.

L’approche nutritionnelle en complément de la prise en charge parodontale classique mérite donc qu’on s’y intéresse car tous les patients ne réagissent pas de la même façon au traitement initial en raison de leur susceptibilité individuelle ou de leur microbiote (l’ensemble des micro-organismes présents dans le corps humain, ndlr) ». Parmi les facteurs les plus négatifs de l’alimentation : les sucres raffinés (les sucres rapides), les graisses monosaturées, les huiles animales ou végétales, l’alcool. À l’inverse, les facteurs positifs sur l’inflammation seront les antioxydants et les graisses poly-insaturées (fruits, légumes, et les vitamines C, E, A et D). « On connaît bien le rôle de la vitamine C dans la pathologie parodontale décrit au XVIIIe siècle avec les conséquences du scorbut. Quant à la vitamine D, elle joue un rôle crucial sur les tissus osseux en permettant son homéostasie (consolidation)…

Cet article est réservé aux abonnés.
Pour lire la suite :

Vous êtes abonné.e ? Connectez-vous
Mot de passe
oublié ?

Vous pouvez également :

Acheter l'article En version numérique
Acheter le numéro À l'unité

Thèmes abordés

Sur le même sujet

Parodontologie

Article réservé à nos abonnés Hypoesthésie postopératoire, histoire d’une complication d’une chirurgie plastique parodontale

Cas clinique ► Il était une fois une amie, médecin, qui présentait des récessions gingivales de 34 à 36. La...
Implantologie chirurgicale Parodontologie

Article réservé à nos abonnés Spécificités de la réponse inflammatoire de la péri-implantite par rapport à celle de la parodontite

Résumé Objectif Identifier précocement les patients et les sites à risque de péri-implantite est crucial pour prévenir au plus tôt...
Parodontologie

Article réservé à nos abonnés Thérapeutiques adjuvantes et innovantes dans le traitement parodontal non chirurgical

La maladie parodontale est considérée comme la sixième maladie inflammatoire chronique la plus répandue chez l’Homme. La parodontite résulte d’un...
Parodontologie

Article réservé à nos abonnés Porphyromonas gingivalis

L’objectif de cette rubrique est de rédiger la carte d’identité d’un habitant du parodonte. Elle présente l’identité de l’habitant (procaryote...
Parodontologie

Article réservé à nos abonnés Approche thérapeutique des récessions gingivales sévères dans le secteur antérieur mandibulaire

La récession gingivale se définit comme « la migration en direction apicale de la gencive marginale par rapport à la jonction...