Traitement des défauts intra-osseux à l’aide d’une thérapie non chirurgicale peu invasive

  • Par
  • Publié le . Paru dans L'Information Dentaire n°33 - 28 septembre 2022 (page 52-57)
Information dentaire
On estime qu'environ 10 % de la population mondiale est touchée par une parodontite sévère [1]. Des défauts intra-osseux, verticaux ou angulaires, sont alors souvent présents. Ces défauts intra-osseux représentent un grand défi dans le traitement de la parodontite. Ils représentent un risque accru de progression de la maladie et de perte de dents, surtout s'ils ne sont pas traités [2]. Ils sont donc souvent des indications pour référer à un spécialiste. Cependant, la thérapie non chirurgicale mini-invasive (minimally invasive non-surgical therapy, MINST) est une option qui peut aider à traiter ces défauts et elle constitue un outil utile pour le chirurgien-dentiste généraliste.

Justification et contexte

La thérapie parodontale non chirurgicale (non-surgical periodontal therapy, NSPT), associée à des conseils d’hygiène bucco-dentaire, est la première ligne de traitement de la maladie parodontale, dont l’utilisation date de plusieurs décennies. Elle est citée dans les dernières recommandations de traitement des patients parodontaux qui décrit la première étape comme le contrôle des facteurs de risque et du biofilm supragingival, et la deuxième comme le contrôle du biofilm supra et sous-gingival via l’instrumentation [3].

Avec le temps, l’objectif du recours à la NSPT a changé. Le surfaçage radiculaire était auparavant la principale méthode utilisée, visant à enlever le cément et à laisser la surface de la dent aussi lisse que possible. Cela était dû à la croyance selon laquelle le cément était également devenu malade et devait être enlevé. Cependant, 99 % de la toxine bactérienne lipopolysaccharide (LPS) attachée à la racine peuvent être éliminés simplement en lavant ou en brossant la surface de la racine malade [4]. Nyman et al. en 1988 [5] ont montré des améliorations cliniques similaires en comparant un groupe test (polissage à lambeau ouvert) à un groupe contrôle (détartrage à lambeau ouvert et surfaçage radiculaire), concluant ainsi que l’élimination du cément n’est peut-être pas nécessaire à une bonne cicatrisation. Cette tendance à l’emploi de techniques moins invasives nous a conduits au point où nous en sommes aujourd’hui, c’est-à-dire la réalisation d’un détartrage pour éliminer les dépôts de tartre et d’un débridement pour éliminer la plaque, sans nécessairement effectuer d’intervention agressive sur la surface radiculaire.

La tendance mini-invasive en parodontologie est matérialisée par les progrès chirurgicaux dans le cadre du traitement des défauts intra-osseux. Nous sommes passés d’approches résectrices à des techniques régénératives.

Cet article est réservé aux abonnés.
Pour lire la suite :

Vous êtes abonné.e ? Connectez-vous
Mot de passe
oublié ?

Vous pouvez également :

Acheter l'article En version numérique
Acheter le numéro À l'unité

Thèmes abordés

Sur le même sujet

Parodontologie

Article réservé à nos abonnés Prise en charge d’un secteur incisif mandibulaire mobile

Pour évaluer l’épaisseur gingivale, la méthode la moins invasive consiste à insérer une sonde parodontale, métallique, à travers le sillon...
Parodontologie

Article réservé à nos abonnés Aspects biologiques et cliniques de l’utilisation de la greffe de tissu conjonctif en chirurgie muco-gingivale esthétique

Responsable scientifique : Caroline Fouque Intervenant : Massimo de Sanctis Le lambeau coronairement avancé multiple (MCAF), proposé par Zucchelli et de...
Parodontologie

Article réservé à nos abonnés Rencontre avec David Nisand : les dernières évolutions de la chirurgie parodontale et implantaire

Responsable scientifique : Xavier Struillou Intervenant : David Nisand Aller de l’avant ne signifie pas en oublier le passé et,...
Implantologie Parodontologie

Article réservé à nos abonnés Une stratégie « zéro péri-implantite » est-elle possible ?
Hiérarchiser et intégrer les facteurs de risque pour réduire les complications biologiques en implantologie

Introduction Il convient donc à ce stade de faire une première clarification entre une perte osseuse péri-implantaire « initiale » associée à...
Implantologie Parodontologie

Article réservé à nos abonnés Le point sur l’implantoplastie

L’implantoplastie est techniquement difficile car, pour être effectuée de façon satisfaisante, elle requiert la dépose de la prothèse. Ce démontage...
Implantologie Parodontologie

Article réservé à nos abonnés Le traitement des péri-implantites ou comment s’orienter dans le grand labyrinthe

Depuis 2017, la péri-implantite fait l’objet d’une définition consensuelle : c’est un état pathologique associé à la plaque dentaire, qui...