Faux numéros de Sécu : la fraude coûterait entre 200 et 800 millions d’euros par an

  • Publié le . Paru dans L'Information Dentaire n°24 - 19 juin 2019
Information dentaire

En décembre 2018, un ancien magistrat ayant participé il y a quelques années aux travaux de la Délégation nationale à la lutte contre la fraude (DNLF), Charles Prats, publiait une tribune estimant que, chaque année, 14 milliards d’euros de prestations sociales seraient versés de manière indue à des personnes nées à l’étranger et disposant d’un faux numéro de Sécurité sociale. Devant la polémique née de ces informations et malgré un démenti de la CNAM et du gouvernement, la commission des Affaires sociales du Sénat a demandé à son rapporteur général, Jean-Marie Vanlerenberghe, sénateur du Pas-de-Calais, d’enquêter sur le sujet.

Ce dernier a présenté son rapport provisoire le 5 juin dernier, (il présentera un chiffre précis à la fin du mois de juillet). Selon lui, le risque associé aux « faux » numéros de Sécurité sociale est compris entre « 200 et 802 millions d’euros » annuellement, loin donc des 14 milliards. L’enquête se base sur un échantillon représentatif 2 000 dossiers présentés au remboursement depuis trente ans (concernant des personnes nées hors de France) dont 1 127 (56 %) correspondent à des assurés ayant perçu une prestation sociale dans les douze mois précédant l’enquête (dossiers présentés en 2017).

Seuls 3,5 % de l’ensemble des dossiers ont été considérés comme contenant une « anomalie critique » : absence de documents, données illisibles ou non vérifiables, etc., pouvant notamment laisser croire à une usurpation d’identité ou à la présentation de faux documents. Dans le cadre de ces dossiers « suspects », les assurés concernés ont perçu 93 806 € de prestations sociales de toutes natures (30 892 € d’allocations familiales, 33 416 € d’assurance vieillesse, 29 498 € d’assurance maladie). C’est en extrapolant ces données à l’ensemble des dossiers traités que le sénateur estime le risque de fraude entre « 200 et 802 millions d’euros ».

Thèmes abordés

Commentaires

Laisser un commentaire

Sur le même sujet

Politique de santé

Avulsion des 3e molaire : Les CDF pour l’égalité chirurgiens-dentistes stomatologistes

Les CDF réclament l’égalité de traitement avec les médecins stomatologistes dans l’avulsion des troisièmes molaires. Dans un communiqué du 2 octobre, le syndicat...
Politique de santé Santé publique

Violences conjugales : repérer et agir

Dans le cadre du « Grenelle contre les violences conjugales » ouvert par le gouvernement début septembre, la Haute autorité de santé (HAS) a publié...
Politique de santé

#MoisSansTabac, l’Ordre mobilise

Pour le #MoisSansTabac qui débutera le 1er novembre, l’Ordre national des chirurgiens-dentistes appelle, dans un communiqué du 4 octobre, l’ensemble...
Politique de santé

Paracétamol et AINS repassent derrière le comptoir

L’Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM) souhaite que, dès janvier 2020, le paracétamol et les anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS) ne soient plus...
Politique de santé

Avulsion des 3es molaires : recommandations de la HAS

Parce que « décider de la pertinence de l’avulsion des 3es molaires n’est pas toujours évident, tout comme adopter les modalités...
Politique de santé

La Sécu replonge : le PLFSS prévoit 4,18 milliards d’euros d’économie

Patatras ! Contrairement à ce que prévoyait le gouvernement, le retour à l’équilibre budgétaire des comptes sociaux ne sera pas pour...