François Braun, urgentiste, est le nouveau ministre de la Santé

  • Publié le . Paru dans L'Information Dentaire n°28 - 13 juillet 2022
Information dentaire

Le Docteur François Braun, chef des urgences du CHR de Metz-Thionville et président de SAMU – Urgences de France, 60 ans, a été nommé ministre de la Santé dans le cadre du remaniement gouvernemental le 4 juillet. Il remplace Brigitte Bourguignon, défaite aux dernières élections législatives. Il avait été nommé au mois de juin par le président de la République à la tête d’une « mission flash » dans le but de proposer au gouvernement des solutions pour faire face à la crise des services d’urgence.

Ses 41 propositions (réguler les admissions par triage à l’entrée ou par le standard téléphonique du Samu, limiter par endroits les urgences aux seules urgences vitales, mutualiser les moyens de plusieurs services sur un seul site, etc.) ont toutes été retenues. Lors de la passation de pouvoirs, il s’est engagé à une rénovation du système de soins « centrée sur les besoins des Français », « au plus près des territoires », conduite de façon « rapide et pragmatique », « la ville et l’hôpital, main dans la main ». Il a indiqué vouloir rapidement rencontrer « les corps intermédiaires de la santé » afin de démarrer la grande concertation souhaitée par le président de la République. Il sera secondé dans sa tâche par la députée de Seine-Maritime, Agnès Firmin Le Bodo, nommée ministre déléguée chargée de l’Organisation territoriale et des Professions de santé.

Pharmacienne, « ce matin à 8 h 30, je testais et je vaccinais encore », a-t-elle dit le jour de la passation, cette proche de l’ancien Premier Ministre Edouard Phillipe, 53 ans, a siégé durant les cinq dernières années à la commission des Affaires sociales. Elle sera plus particulièrement chargée de la lutte contre les déserts médicaux et de l’offre de soins.

Les syndicats dentaires « saluent » ou « félicitent » la nomination de ces deux personnalités et rappellent les sujets prioritaires à traiter pour la profession. « Place des réseaux de soins et des organismes complémentaires d’assurance maladie dans notre système de santé, centres de santé dentaires déviants, renforcement de la place de la prévention en santé bucco-dentaire, assistantes dentaires de niveau 2 », pour la FSDL. « Création du métier d’assistant dentaire de niveau 2 aux prérogatives élargies par des tâches déléguées, majoration permettant la valorisation des soins non programmés, refonte du stage actif de 6e année d’étude, suppression de la limitation du nombre de collaborateurs, développement de la prévention, encadrement des centres de santé » pour Les CDF. « Régulation des centres dentaires, démographie et accès aux soins, prévention », pour l’UD.

Thèmes abordés

Commentaires

Laisser un commentaire

Sur le même sujet

Politique de santé

Centres de santé : « ne pas faire d’amalgame » demande la FNCS

Dans un communiqué du 30 avril, la Fédération nationale des centres de santé (FNCS) se « félicite » de la décision prise...
Politique de santé

Un questionnaire pour préparer l’arrivée des logiciels métiers

Le « Ségur du numérique en santé » est un programme de soutien de l’État au développement du numérique en santé. Il...
Politique de santé

SESAM-Vitale en chiffres

En 2023, 404 576 professionnels de santé libéraux ont facturé en SESAM-Vitale (contre 395 093 en 2022). 1,33 milliard de FSE (Feuilles de soins...
Politique de santé

Fraudes sociales : les centres de santé dans le viseur du gouvernement

« Pour la première fois, nous avons dépassé la barre des 2 milliards d’euros de fraude sociale détectée en une année », a annoncé...
Politique de santé

7,4 millions de bénéficiaires de la C2S

Depuis 2019, année de la fusion de la CMU-C et de l’ACS, les effectifs de la C2S, née de cette fusion, poursuivent leur progression...
Politique de santé

Lieux d’implantation des cabines de téléconsultation : la HAS fixe les règles

Après la polémique suscitée en novembre dernier, par la proposition de la SNCF de mettre en place dans 300 de...