La Banque Mondiale veut taxer la malbouffe

  • Publié le . Paru dans L'Information Dentaire n°7 - 19 février 2020
Information dentaire

Taxes sur les aliments nocifs et le sucre, étiquetage obligatoire des aliments transformés, éducation des consommateurs, investissement dans des programmes de nutrition de la petite enfance… la Banque Mondiale appelle la planète à s’attaquer à l’obésité et au surpoids. « L’obésité a presque triplé depuis 1975 et elle est désormais responsable de quatre millions de décès dans le monde chaque année, s’alarme-t-elle dans un rapport sur l’obésité publié le 6 février.

En 2016, plus de deux milliards d’adultes (44 %) étaient en surpoids ou obèses, et plus de 70 % d’entre eux vivaient dans des pays à revenu faible ou intermédiaire. » Les maladies induites par le surpoids et l’obésité, comme le diabète, les maladies cardiaques et le cancer, figurent parmi les trois premières causes de mortalité dans toutes les régions du monde, sauf en Afrique subsaharienne.

Selon le rapport, les principales causes de cette « épidémie mondiale » sont « l’accès plus facile aux aliments ultratransformés et sucrés, un recul de l’activité physique lié aux progrès technologiques au travail et à la maison, et une consommation plus importante d’aliments nocifs pour la santé ».

Dans les quinze prochaines années, le coût de l’obésité pourrait s’élever à plus de 7 000 milliards de dollars dans les pays en développement, non seulement du fait des maladies liées au surpoids, mais aussi de la productivité en baisse, de l’absentéisme au travail ou des mises à la retraite précoces. La Banque Mondiale propose donc d’apporter soutiens financiers et assistance technique aux pays désireux de mettre en place des politiques publiques visant à réduire l’obésité.

Thèmes abordés

Commentaires

Laisser un commentaire

Sur le même sujet

Politique de santé

Baisse du coût moyen des soins dentaires en 2019, constate un courtier en assurance

La réforme du 100 % santé, dont la première phase a été mise en place le 1er avril 2019 (plafonnement des couronnes...
Politique de santé

31,7 % du PIB : la France toujours championne d’Europe des dépenses de protection sociale

En France, les dépenses de protection sociale s’élèvent en 2018 à 790 milliards d’euros (Md€), soit 31,7 % du PIB. Elles sont en augmentation...
Politique de santé

Exercice groupé, baisse de rémunération : les propositions choc de la Mutualité

Dans le cadre du « Ségur de la santé », la Mutualité Française propose, le 17 juin « de mettre fin » d’ici...
Politique de santé

52 milliards d’euros de déficit pour la Sécurité sociale en 2020

Le régime général de la Sécurité sociale devrait passer d’une situation de quasi-équilibre en 2019 (- 0,4 milliard d’euros –...
Politique de santé

« Ségur de la Santé » : les chirurgiens-dentistes sur la ligne de départ

Le Premier ministre Édouard Philippe et Olivier Véran, ministre de la Santé ont donné le 25 mai le coup d’envoi du...
Politique de santé

Douze places de plus pour le dernier numerus clausus

Pour l’année universitaire 2020-2021, le numerus clausus s’élève à 1332 places pour les étudiants en odontologie soit 12 places de...