La prévention au cœur des négociations conventionnelles

  • Publié le . Paru dans n°16 - 19 avril 2023
Information dentaire
Les négociations conventionnelles entre les syndicats (FSDL et CDF), l’UNCAM (Union nationale des caisses d’assurance maladie) et l’UNOCAM (les complémentaires santé) ont débuté le 14 avril avec une première réunion plénière au siège de la CNAM. Elles devront s’achever fin juillet. Sur quoi vont-elles porter ?

Les CDF ont publié le 4 avril à la fois la lettre de cadrage du ministre de la Santé datée du 28 mars et les « propositions d’orientations » de l’UNCAM (datées du 29 mars) qui reprennent et développent les priorités définies par le ministre. Les négociations se dérouleront donc autour de quatre axes principaux : renforcer la prévention bucco-dentaire, améliorer l’accès aux soins dentaires, faire évoluer les conditions de prise en charge des actes bucco-dentaires, notamment les soins conservateurs et le dispositif 100 % santé dentaire et, enfin, favoriser la prise en charge des publics fragiles. Le sujet de la prévention est omniprésent.

Renforcer la prévention bucco-dentaire

L’UNCAM appelle à un véritable changement « en passant d’une approche curative à une approche préventive des soins dentaires ». « La régularité du suivi, l’enseignement de l’hygiène bucco-dentaire et la réalisation de soins précoces permettraient d’éradiquer la plupart des pathologies », souligne-t-elle. Il est proposé aux syndicats de mettre en place un suivi bucco-dentaire plus régulier de la population. À ce titre, les soins de prévention, les actes favorisant la préservation de la dent et l’engagement des chirurgiens-­dentistes libéraux dans les actions de prévention et de dépistage « pourraient être valorisés ». Par ailleurs, les praticiens seraient appelés à porter de nouveaux messages de prévention (sevrage tabagique, incitation à la vaccination papillomavirus, etc.) et incités au bon usage des antibiotiques et des antidouleurs. Enfin, selon l’UNCAM, « la nouvelle convention devra prendre en compte les enjeux environnementaux » en valorisant les cabinets écoresponsables et en sensibilisant les chirurgiens-dentistes sur l’impact des perturbateurs endocriniens.

Améliorer l’accès aux soins dentaires sur tout le territoire

En plus de conforter les mesures conventionnelles existantes d’aide à l’installation en zone sous-denses (aides financières, fiscales, etc.), « il pourra être envisagé » d’actualiser la méthodologie de zonage (le dernier zonage date… de 2013). L’UNCAM souhaite également la mise en place de mesures visant à valoriser les actions « d’aller vers » (bucco-bus vers les patients en EHPAD, ou dans les territoires isolés, etc.) et le développement de la télésanté (téléconsultation, télé-expertise). Enfin, il est proposé d’« adapter les rémunérations » de la permanence des soins (gardes) pour l’élargir et ainsi favoriser « l’accès de la population à une prise en charge de leurs soins non programmés ».

Faire évoluer les conditions de prise en charge des actes bucco-dentaires

« L’objectif de la convention de 2018 visant à rééquilibrer l’activité des chirurgiens-­dentistes vers davantage de soins conservateurs et moins d’actes prothétiques n’a pas été atteint », constate l’UNCAM. Il est donc proposé « des évolutions des prises en charge » des actes de prévention et, surtout, « la création d’actes valorisant fortement les soins conservateurs, peu invasifs et protecteurs de l’intégrité des dents pour en faire une activité attractive pour tous les chirurgiens-dentistes ». La possibilité de mettre en place des objectifs chiffrés à atteindre par la profession dans ce domaine est mise sur la table. Le RAC 0 et les paniers devront être « adaptés » à « l’évolution des pratiques, des données acquises de la science et du développement de nouvelles technologies ». Concernant l’orthodontie, les partenaires conventionnels sont invités à engager des discussions « permettant de mettre en place une nomenclature plus précise » en vue de permettre la mise en place de dispositifs limitant le reste à charge des assurés (des plafonds, Ndlr).

Favoriser la prise en charge des publics fragiles

Patients en situation de handicap, atteints de maladies rares ou chroniques, personnes âgées dépendantes ou en établissements pénitentiaires, enfants : il est proposé de valoriser les praticiens qui se forment et assurent la prise en charge de ces publics. De nouveaux actes pourraient être remboursés, pour favoriser la prise en charge des personnes concernées. Les partenariats entre les chirurgiens-dentistes et les structures de type EHPAD sont appelés à être valorisés.

Thèmes abordés

Commentaires

Laisser un commentaire

Sur le même sujet

Exercice professionnel

Endocardite infectieuse : mise a jour de la HAS

La Haute autorité de santé (HAS) a mis à jour le 14 avril les recommandations aux chirurgiens-dentistes concernant la « Prise en charge...
Exercice professionnel

CNIL et santé

Sur 16 433 plaintes enregistrées par la Commission nationale de l’informatique et des libertés (CNIL) en 2023 (+ 35 % par rapport à 2022), 3 %...
Exercice professionnel

Sécurité des professionnels de santé : les Ordres de santé en soutien avant le passage au Sénat

Alors que la proposition de loi visant à renforcer la sécurité des professionnels de santé, adoptée en première lecture à...
Exercice professionnel

Endocardite infectieuse : l’ADF a mis à jour son « Guide des règles de prescription »

L’ADF attire « toute l’attention des praticiens » sur la publication le 12 avril par la Haute autorité de santé (HAS) d’une...
Exercice professionnel

Délai d’attente pour un rendez-vous chez le dentiste : 11 jours

Le délai médian pour obtenir un rendez-vous avec un chirurgien-dentiste est de 11 jours en France métropolitaine, montre une étude...
Exercice professionnel

Forte proportion de TMS dans le secteur santé

Les troubles musculo-squelettiques (TMS) du dos et du membre supérieur touchent 60 % des femmes actives et 54 % des hommes. La...