Quelle efficacité de l’hypnose médicale pour soulager la douleur ?

  • Par
  • Publié le . Paru dans L'Information Dentaire n°36 - 23 octobre 2019
Information dentaire

La douleur, sous toutes ses formes (aiguë, chronique, cancéreuse ou non), affecte à peu près 1,5 milliard d’adultes dans le monde et présente un impact négatif particulièrement important sur la qualité de vie. Les soins de santé liés à la douleur et la perte de productivité entraînent des coûts annuels pouvant atteindre 635 milliards de dollars aux seuls États-Unis, supérieurs à ceux des maladies cardiaques, du cancer ou du diabète. Par ailleurs, l’inquiétude croissante suscitée par les effets indésirables, les propriétés de dépendance et les coûts des médicaments opioïdes a conduit à un besoin urgent d’identifier des interventions antalgiques non pharmacologiques efficaces, sûres et peu coûteuses.

L’hypnose est une intervention psychologique fréquemment utilisée pour la gestion de la douleur. Son mécanisme d’action implique une relaxation physique, une attention focalisée et une suggestion verbale ciblée pour modifier l’expérience de perception et le comportement. Des recherches récentes ont indiqué que la suggestion hypnotique produit une modulation de l’activité cérébrale dans des régions clés du cerveau impliquées dans la régulation de la douleur.

Cette nouvelle méta-analyse visait à quantifier l’efficacité de l’hypnose dans la réduction de la douleur et à identifier les facteurs qui influent sur l’efficacité. Six bases de données principales ont été systématiquement interrogées. Quatre-vingt-cinq études éligibles (principalement des essais cross over) ont été identifiées, comprenant 3 632 participants (hypnose n = 2 892, contrôle n = 2 646). Une méta-analyse à effets aléatoires a mis en évidence les effets analgésiques de l’hypnose pour l’ensemble des critères de mesure de la douleur. L’efficacité était fortement influencée par la suggestibilité hypnotique et l’utilisation de suggestions analgésiques directes. En particulier, le soulagement optimal est obtenu avec l’utilisation de suggestions analgésiques directes administrées à des sujets de niveau de suggestibilité élevé ou modéré. Dans ces cas précis, l’hypnose induit respectivement une réduction cliniquement significative de 42 % (p <.001) et 29 % (p <.001). Des effets minimes sont retrouvés pour les sujets faiblement suggestibles.

Ces résultats suggèrent qu’une intervention hypnotique peut apporter un soulagement significatif de la douleur à la plupart des personnes et peut donc constituer une alternative efficace et sûre à une intervention pharmaceutique.

Thèmes abordés

Commentaires

Laisser un commentaire

Sur le même sujet

Revue de presse

Maintenance implantaire et prévention des péri-implantites

La péri-implantite est le cauchemar récurrent des implantologistes et des praticiens prothésistes. Lorsqu’elle conduit à la perte de l’implant, c’est...
Revue de presse

Un outil dans le suivi clinique des patients atteints de pemphigoïde cicatricielle

Les maladies bulleuses auto-immunes sont des maladies rares. La signature clinique de cette réaction auto-immune résulte dans la formation de...
Revue de presse

Comment l’empathie permet de moduler l’intensité de la douleur ?

Une question particulièrement importante concernant la relation de soin est de comprendre comment le comportement des soignants peut influencer les...
Revue de presse

Cellulites cervico-faciales et hospitalisation d’urgence

Parmi toutes les urgences, la cellulite faciale est de celles que l’on ne doit jamais refuser ni négliger car son...
Revue de presse

« Quand je serai grand, je voudrais être menuisier… »

L’enfant qui grandit découvre son environnement et porte souvent les objets à sa bouche. Les ingestions sont courantes : pièces de...
Revue de presse

Il faut vacciner les « cardiaques »

Chez les patients atteints d’une maladie cardiovasculaire, les infections respiratoires représentent la cause la plus fréquente d’hospitalisation et constituent un...