Substances psychoactives chez les jeunes : moins de tabac, autant d’alcool, et plus de cannabis

  • Publié le . Paru dans L'Information Dentaire n°34 - 9 octobre 2019
Information dentaire
« En dix ans, le nombre d’adolescents de 17 ans déclarant n’avoir jamais consommé d’alcool, de tabac et de cannabis a augmenté, passant de 5,1 % en 2008 à 11,7 % en 2017 », relève Santé publique France (SPF) le 25 septembre. L’Agence publie avec l’Observatoire français des drogues et des toxicomanies (OFDT) un état des lieux des niveaux de consommation chez les adolescents et les jeunes adultes.

Tabac. La prévalence du tabagisme quotidien des 18-24 ans a largement diminué, passant de 44,9 % en 2000 à 35,3 % en 2017 pour les garçons. Et même de 39,7 % à 28,8 % sur la même période pour les filles. Une baisse du tabagisme quotidien chez les collégiens et les lycéens est aussi récemment observée. L’usage quotidien de tabac parmi les élèves de quatrième et troisième est passé de 11,8 % à 8,9 % entre 2010 et 2014.

Alcool. Là aussi, plusieurs indicateurs de consommation (expérimentation, ivresse, consommation régulière, alcoolisation ponctuelle importante (API)) sont à la baisse parmi les adolescents. La part d’expérimentateurs d’alcool parmi les collégiens et lycéens entre 2014 et 2018 et passé de 64,4 % à 60 %. Pour les jeunes majeurs, la consommation d’alcool semble se stabiliser : la part de 18-24 ans déclarant au moins une API par semaine ou au moins 10 ivresses au cours de l’année reste similaire entre 2014 et 2017.

Cannabis. « Les expérimentations de cannabis commencent à diminuer », selon SPF. Entre 2014 et 2017, les consommations de cannabis chez les collégiens ont diminué de 9,8 % à 6,7 %. Pour les lycéens, les constats sont similaires. En 2017, environ 39,1 % des adolescents âgés de 17 ans déclarent avoir déjà fumé du cannabis contre 50,2 % en 2002, et l’usage régulier de cannabis est passé de 9,2 % à 7,2 % entre 2014 et 2017. À l’inverse, les jeunes de 18-25 ans sont environ 27 % à consommer du cannabis au cours de l’année en 2017 contre 23 % en 2010.

« Amis aussi la nuit »

Santé publique France lance une campagne de prévention et de réduction des risques de consommation d’alcool et de cannabis en contexte festif. Baptisée « Amis aussi la nuit » elle veut replacer l’amitié au cœur des bonnes pratiques. Car selon plusieurs études, l’amitié entre jeunes serait un facteur de protection pour réduire les risques immédiats liés aux consommations importantes de substances psychoactives. La campagne met en parallèle deux moments d’une même soirée : le début de la soirée qui se passe bien car les consommations sont « maîtrisées » et le moment où ça tourne mal pour un personnage à cause d’une consommation excessive. « Prendre soin de ses amis, c’est le faire aussi la nuit », conclut le spot diffusé jusqu’à la fin octobre.

Thèmes abordés

Commentaires

Laisser un commentaire

Sur le même sujet

Santé publique

Article réservé à nos abonnés Risques sanitaires des JO 2024 vus par l’infectiologue : tout est prévu, sauf l’imprévisible ?

L’organisation des Jeux Olympiques et Paralympiques (JOP) du 26 juillet au 8 septembre 2024 en France, premiers jeux de l’ère post-Covid, provoquera...
Santé publique

Bonne tenue globale de la vaccination en 2023

L’adhésion et le recours à la vaccination sont en hausse en France, constate Santé publique France (SPF) à l’occasion de...
Santé publique

Journée mondiale sans tabac : « Protéger les enfants de l’ingérence de l’industrie du tabac »

« Protéger les enfants de l’ingérence de l’industrie du tabac », sera le thème de la « Journée mondiale sans tabac » du 31...
Santé publique

L’excès de sel européen

Chaque jour, les maladies cardiovasculaires tuent 10 000 personnes en Europe soit plus de 4 millions par an (42,5 % des...
Santé publique

Dengue : la recrudescence de cas importés inquiète

Dans un message adressé à tous les professionnels de santé le 23 avril, la Direction générale de la santé (DGS) alerte...
Santé publique

Cancer du sein : dépistage en baisse

« Les dernières données montrent un taux de participation au programme national du dépistage du cancer du sein qui reste faible...