Substances psychoactives chez les jeunes : moins de tabac, autant d’alcool, et plus de cannabis

  • Publié le . Paru dans L'Information Dentaire n°34 - 9 octobre 2019
Information dentaire
« En dix ans, le nombre d’adolescents de 17 ans déclarant n’avoir jamais consommé d’alcool, de tabac et de cannabis a augmenté, passant de 5,1 % en 2008 à 11,7 % en 2017 », relève Santé publique France (SPF) le 25 septembre. L’Agence publie avec l’Observatoire français des drogues et des toxicomanies (OFDT) un état des lieux des niveaux de consommation chez les adolescents et les jeunes adultes.

Tabac. La prévalence du tabagisme quotidien des 18-24 ans a largement diminué, passant de 44,9 % en 2000 à 35,3 % en 2017 pour les garçons. Et même de 39,7 % à 28,8 % sur la même période pour les filles. Une baisse du tabagisme quotidien chez les collégiens et les lycéens est aussi récemment observée. L’usage quotidien de tabac parmi les élèves de quatrième et troisième est passé de 11,8 % à 8,9 % entre 2010 et 2014.

Alcool. Là aussi, plusieurs indicateurs de consommation (expérimentation, ivresse, consommation régulière, alcoolisation ponctuelle importante (API)) sont à la baisse parmi les adolescents. La part d’expérimentateurs d’alcool parmi les collégiens et lycéens entre 2014 et 2018 et passé de 64,4 % à 60 %. Pour les jeunes majeurs, la consommation d’alcool semble se stabiliser : la part de 18-24 ans déclarant au moins une API par semaine ou au moins 10 ivresses au cours de l’année reste similaire entre 2014 et 2017.

Cannabis. « Les expérimentations de cannabis commencent à diminuer », selon SPF. Entre 2014 et 2017, les consommations de cannabis chez les collégiens ont diminué de 9,8 % à 6,7 %. Pour les lycéens, les constats sont similaires. En 2017, environ 39,1 % des adolescents âgés de 17 ans déclarent avoir déjà fumé du cannabis contre 50,2 % en 2002, et l’usage régulier de cannabis est passé de 9,2 % à 7,2 % entre 2014 et 2017. À l’inverse, les jeunes de 18-25 ans sont environ 27 % à consommer du cannabis au cours de l’année en 2017 contre 23 % en 2010.

« Amis aussi la nuit »

Santé publique France lance une campagne de prévention et de réduction des risques de consommation d’alcool et de cannabis en contexte festif. Baptisée « Amis aussi la nuit » elle veut replacer l’amitié au cœur des bonnes pratiques. Car selon plusieurs études, l’amitié entre jeunes serait un facteur de protection pour réduire les risques immédiats liés aux consommations importantes de substances psychoactives. La campagne met en parallèle deux moments d’une même soirée : le début de la soirée qui se passe bien car les consommations sont « maîtrisées » et le moment où ça tourne mal pour un personnage à cause d’une consommation excessive. « Prendre soin de ses amis, c’est le faire aussi la nuit », conclut le spot diffusé jusqu’à la fin octobre.

Thèmes abordés

Commentaires

Laisser un commentaire

Sur le même sujet

Santé publique

Opération Epicov

Jusqu’au 24 mai, 200 000 personnes volontaires de 15 ans ou plus, résidant sur tout le territoire (France métropolitaine et Dom) devront répondre à un...
Santé publique

UFSBD : recommandations sur le fluor

Quelques mois après son 20e colloque national (29 octobre) consacré au fluor, l’UFSBD communique sur de nouvelles recommandations en matière de fluor...
Santé publique

6 % des Français vivent en zone sous-dotée en généralistes

« En raison d’un décalage croissant entre l’offre et la demande de soins, l’accessibilité géographique aux médecins généralistes a baissé de...
Santé publique

COVID 19 : indemnités journalières, le dispositif dérogatoire des salariés à l’isolement

  Depuis le 2 février, un dispositif dérogatoire s’applique aux salariés ayant fait l’objet d’une mesure d’isolement « du fait d’avoir...
Santé publique

COVID 19 : pas de masque FFP2 dans l’immédiat

« Nous réquisitionnons tous les stocks et la production de masques de protection. Nous les distribuerons aux professionnels de santé et...
Santé publique

Le Selfcare en panne

« Alors que le marché du Selfcare (automédication + compléments alimentaires + dispositifs médicaux) a connu jusqu’en 2016 une constante progression et représente aujourd’hui...