Urgences : plus du quart des passages concernent les moins de 15 ans

  • Publié le . Paru dans L'Information Dentaire n°36 - 23 octobre 2019
Information dentaire

Les enfants de moins de 15 ans représentent 27 % de l’ensemble des passages aux urgences selon une enquête nationale sur les structures d’urgences hospitalières réalisée par la DREES en 2013, mais publiée le 10 octobre dernier.

Le taux de recours aux urgences des enfants est beaucoup plus élevé que celui des autres groupes d’âge, à l’exception des 85 ans ou plus. Leur prise en charge se différencie de celle des patients plus âgés : elle concerne davantage la traumatologie (46 %), mais aussi la gastroentérologie (12 %) et les motifs dits « généraux » : fièvre, altération de l’état général, fatigue, sutures, pansements, etc.

Leur prise en charge comporte également moins d’examens complémentaires. Leur durée de passage aux urgences est ainsi plus courte, même en cas d’hospitalisation.

Thèmes abordés

Commentaires

Laisser un commentaire

Sur le même sujet

Santé publique

Utilisation indue du marquage CE 0197

L’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) alerte la profession de l’utilisation indue de marquage CE 0197 sur des...
Santé publique

Fourmies cherche des praticiens

La ville de Fourmies, dans le Nord, vient de budgéter 156 040 € en conseil municipal pour recruter des libéraux de santé, médecins et chirurgiens-dentistes notamment, sur la période...
Santé publique

Trois brossages quotidiens protègent encore mieux des risques cardiovasculaires

Un brossage des dents au moins trois fois par jour est associé à une réduction de 10 % du risque de fibrillation auriculaire...
Santé publique

Relèverez-vous #LeDéfiDeJanvier ?

Le « Mois sans alcool » aura bien lieu au mois de janvier. Il ne sera pas organisé par Santé Publique France comme...
Santé publique

Mise en garde contre le mésusage du protoxyde d’azote

Le ministère de la Santé alerte sur le mésusage du protoxyde d’azote. « On observe depuis quelques mois des consommations répétées,...
Santé publique

1000 € par an : restes à charges invisibles

« Le montant réel des restes à charge en santé reste sous-évalué », s’alarme France Asso Santé dans un communiqué du 25...