Classification et enregistrement des traumatismes alvéolo-dentaires

  • Par
  • Publié le . Paru dans Réalités Cliniques n°3 - 15 septembre 2021 (page 176-182)
Information dentaire
Les traumatismes alvéolo-dentaire sont des urgences fréquentes et surtout variés. Afin de pouvoir réaliser des diagnostics précis et des traitements efficaces, il est nécessaire de pouvoir les classifier. Plusieurs formes de classification existent, basées sur des données qui doivent être communes afin d’être enregistrées et améliorées. L’objectif de cet article est de montrer les différentes classifications existantes , leurs intérêts et leurs limites.

Afin de diagnostiquer une maladie, de la traiter et d’assurer son suivi, il est essentiel de connaître sa définition exacte. Un des prérequis fondamentaux de la recherche scientifique est de permettre la reproductibilité du diagnostic d’une pathologie et de son traitement.

En pratique, dans un contexte clinique, les diagnostics et les résultats trouvés dans un échantillon de patients devraient être transférables et retrouvés dans d’autres groupes de patients. Pour obtenir une similitude dans les résultats de différentes études, l’uniformité des définitions du diagnostic est donc primordiale.

Les traumatismes alvéolo-dentaires (TAD) ont été et sont toujours classés dans la littérature internationale selon une variété de facteurs tels que l’étiologie, l’anatomie, la pathologie, les considérations thérapeutiques et la sévérité de la lésion [1-4].

On peut distinguer aujourd’hui deux formes de classification.

La classification en milieu clinique

La classification des TAD la plus répandue a été développée par Andreasen [4-5] puis adoptée en partie par l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) dans son Application of the Internationale Classification of Diseases to dentistry and Stomatology [6].

Dans ses caractéristiques de base, cette classification est retrouvée dans l’International Statistical Classification of Diseases and Related Health problem de l’OMS et l’ICD-11 for Mortality and Morbidity [7]. Grâce à un diagnostic plus différencié et précis, la classification d’Andreasen définit et classe des entités traumatiques additionnelles qui ne sont pas incluses dans le système de l’OMS (tabl. I). Elle couvre ainsi les traumatismes aux dents, aux structures porteuses, à la gencive, aux muqueuses orales et repose sur des aspects anatomiques, thérapeutiques et pronostics. Par ailleurs, elle peut être appliquée aussi bien à la dentition primaire qu’à la dentition permanente.

Les numéros de…

Cet article est réservé aux abonnés.
Pour lire la suite :

Vous êtes abonné.e ? Connectez-vous
Mot de passe
oublié ?

Vous pouvez également :

Acheter l'article En version numérique
Acheter le numéro À l'unité

Thèmes abordés

Sur le même sujet

Odontologie restauratrice

Article réservé à nos abonnés Restaurations adhésives partielles dans les secteurs postérieurs

La préservation tissulaire, la limitation des agressions pulpaires et le respect de la biomécanique de la dent sont devenus les...
Odontologie restauratrice

Article réservé à nos abonnés Traumatologie : différentes prises en charge en fonction de l’âge

Responsable scientifique : Ninon Lebrat Conférencier : Marga Ree, Magali Hernandez, Maxime Drossart, Michel Le Gall Cette conférence interactive organisée...
Odontologie restauratrice

Article réservé à nos abonnés Diagnostiquer les fêlures, éviter les fractures

Responsable scientifique : Ishai-Yaacov Sitbon Intervenants : Romain Cheron, Dominique Martin Comprendre et diagnostiquer les fêlures Pour introduire cette séance, le Dr...
Endodontie Odontologie restauratrice

Article réservé à nos abonnés Restaurer ou réhabiliter la dent postérieure dépulpée

Responsable scientifique : Antoine Oudin Conférencier : Hugues de Belenet Le traitement de la dent postérieure dépulpée peut, comme toute problématique...
Odontologie restauratrice

Article réservé à nos abonnés Usure sévère et matériaux hybrides CAD/CAM

Traitement Au vu du contexte para-fonctionnel et de l’étendue de la perte tissulaire, des coiffes périphériques minimalement invasives ont été...
Odontologie restauratrice

Article réservé à nos abonnés En images : le challenge de l’incisive centrale, optimisation du résultat

Situation initiale Un patient consulte afin d’améliorer son sourire. Il présente une dent 21 dyschromiée et traitée endodontiquement avec un...