Classification et enregistrement des traumatismes alvéolo-dentaires

  • Par
  • Publié le . Paru dans Réalités Cliniques n°3 - 15 septembre 2021 (page 176-182)
Information dentaire
Les traumatismes alvéolo-dentaire sont des urgences fréquentes et surtout variés. Afin de pouvoir réaliser des diagnostics précis et des traitements efficaces, il est nécessaire de pouvoir les classifier. Plusieurs formes de classification existent, basées sur des données qui doivent être communes afin d’être enregistrées et améliorées. L’objectif de cet article est de montrer les différentes classifications existantes , leurs intérêts et leurs limites.

Afin de diagnostiquer une maladie, de la traiter et d’assurer son suivi, il est essentiel de connaître sa définition exacte. Un des prérequis fondamentaux de la recherche scientifique est de permettre la reproductibilité du diagnostic d’une pathologie et de son traitement.

En pratique, dans un contexte clinique, les diagnostics et les résultats trouvés dans un échantillon de patients devraient être transférables et retrouvés dans d’autres groupes de patients. Pour obtenir une similitude dans les résultats de différentes études, l’uniformité des définitions du diagnostic est donc primordiale.

Les traumatismes alvéolo-dentaires (TAD) ont été et sont toujours classés dans la littérature internationale selon une variété de facteurs tels que l’étiologie, l’anatomie, la pathologie, les considérations thérapeutiques et la sévérité de la lésion [1-4].

On peut distinguer aujourd’hui deux formes de classification.

La classification en milieu clinique

La classification des TAD la plus répandue a été développée par Andreasen [4-5] puis adoptée en partie par l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) dans son Application of the Internationale Classification of Diseases to dentistry and Stomatology [6].

Dans ses caractéristiques de base, cette classification est retrouvée dans l’International Statistical Classification of Diseases and Related Health problem de l’OMS et l’ICD-11 for Mortality and Morbidity [7]. Grâce à un diagnostic plus différencié et précis, la classification d’Andreasen définit et classe des entités traumatiques additionnelles qui ne sont pas incluses dans le système de l’OMS (tabl. I). Elle couvre ainsi les traumatismes aux dents, aux structures porteuses, à la gencive, aux muqueuses orales et repose sur des aspects anatomiques, thérapeutiques et pronostics. Par ailleurs, elle peut être appliquée aussi bien à la dentition primaire qu’à la dentition permanente.

Les numéros de…

Cet article est réservé aux abonnés.
Pour lire la suite :

Vous êtes abonné.e ? Connectez-vous
Mot de passe
oublié ?

Vous pouvez également :

Acheter l'article En version numérique
Acheter le numéro À l'unité

Thèmes abordés

Sur le même sujet

Odontologie restauratrice

Article réservé à nos abonnés Préparation verticale et effet de cerclage

Situation clinique Une patiente de 59 ans est reçue en urgence pour le décollement d’une facette en zircone sur sa...
Odontologie restauratrice

Article réservé à nos abonnés 9 « trucs & astuces » pour ne plus rater ses chirurgies guidées en implantologie

La chirurgie guidée fait appel à un protocole d’acquisition extrêmement reproductible et codifié comportant différentes étapes. Chacune peut être source...
Odontologie restauratrice

Article réservé à nos abonnés Comment diagnostiquer une lésion endo-parodontale selon la classification de Chicago 2017 ?

Quels sont les principaux signes et symptômes d’une LEP ? Les principaux signes et symptômes de ce type de lésion sont des...
Odontologie restauratrice

Article réservé à nos abonnés Propositions thérapeutiques pour une patiente diabétique à risque carieux élevé

Cet article présente les étapes de prise en charge d’une patiente de 16 ans atteinte d’un diabète de type I non...
Odontologie restauratrice

Article réservé à nos abonnés Gestion prothétique d’un cas de résorptions radiculaires externes post-traumatique chez un patient de 9 ans
À propos d’un cas

Situation initiale En février 2023, nous recevons au Service de Consultation et Traitements Dentaires un jeune patient âgé de 9...
Odontologie restauratrice

Article réservé à nos abonnés Critères de choix pour les restaurations postérieures de molaires atteintes de MIH sévère

Situation clinique Une patiente de 10 ans se présente en consultation. Aucun antécédent médical ou chirurgical n’est constaté. À l’examen...