Enregistrement des limites prothétiques et empreinte optique : précision, prédictibilité et reproductibilité

  • Par
  • Publié le . Paru dans L'Information Dentaire n°14 - 7 avril 2021
Information dentaire

Les empreintes en prothèse conjointe ont pour objectif l’enregistrement d’une situation clinique, donnant lieu à la production d’éléments prothétiques unitaires ou pluraux lors de réhabilitations fonctionnelles et esthétiques. Deux zones sont particulièrement délicates à enregistrer [1] : la limite cervicale, dont la précision garantit la qualité du joint dento-prothétique ; le profil d’émergence, dont la précision garantit la qualité de l’intégration biologique. Dans un numéro spécial de L’Information dentaire en septembre 2020, Olivier Etienne abordait l’ensemble des « trucs et astuces » permettant l’obtention d’une empreinte « analogique » de qualité [2]. Dans ce premier volet 2021 de la rubrique « applications cliniques en dentisterie numérique », nous allons étudier ce qu’il en est du côté de l’empreinte optique.

Principe de fonctionnement d’un scanner intraoral

En simplifiant quelque peu, on peut dire que le principe de fonctionnement d’un scanner intraoral réside dans l’émission, par la caméra, de faisceaux lumineux en direction de la zone à enregistrer. Ces faisceaux, lors de leur rencontre avec la zone, sont déviés de façon plus ou moins importante en fonction de sa forme géométrique.

La caméra, grâce à ses miroirs intégrés, recueille, après réflexion sur la surface, l’ensemble des faisceaux déviés.

Le logiciel de la caméra, après calcul de l’ensemble des déviations, élabore la forme 3D de la situation clinique.

Ainsi se contruit l’empreinte numérique (fig. 1).

A l’instar de l’empreinte analogique et de la déflection mécanique des tissus mous par le silicone lors de l’insertion, l’empreinte optique n’enregistre que la forme présente dans l’axe de ses faisceaux lumineux.

Un retour de gencive ou un saignement intempestif sont ainsi la cause immédiate d’un mauvais enregistrement des zones d’intérêt (fig. 2). La mise en condition gingivale est donc le prérequis indispensable pour l’obtention d’une empreinte numérique de qualité.

Mise en condition gingivale

Cette préparation gingivale a deux objectifs :

  • assurer l’asséchement du sulcus afin d’éviter les remontées de fluide diminuant la précision de l’empreinte ;
  • assurer l’ouverture du sillon gingival afin d’éviter tout interposition de la gencive entre la source lumineuse de la caméra et la limite cervicale à enregistrer.

L’asséchement du sulcus est obtenu par insertion d’un cordonnet de PTFE (ou Téflon), imperméabilisant bien connu en plomberie, de longueur variable en fonction de la dent.

Au préalable, une bande de Téflon est découpée à la longueur souhaitée (fig. 3a), avant de la rouler entre les doigts afin de la transformer en cordonnet (fig. 3b).

Plus cette…

Cet article est réservé aux abonnés.
Pour lire la suite :

Vous êtes abonné.e ? Connectez-vous
Mot de passe
oublié ?

Vous pouvez également :

Acheter l'article En version numérique
Acheter le numéro À l'unité

Thèmes abordés

Sur le même sujet

Odontologie restauratrice

Restauration directe ou indirecte : un choix raisonné

Face à une situation clinique mettant en évidence un état de délabrement plus ou moins important, le praticien doit quotidiennement...
Odontologie restauratrice

Article réservé à nos abonnés Techniques de stratification histo-anatomique des résines composites : le concept biomimétique

La dentisterie adhésive moderne apporte des solutions pour soigner en préservant l’organe dentaire. En revanche, cela implique souvent des systèmes...
Odontologie restauratrice

Article réservé à nos abonnés Technique d’injection de composite dans le secteur antérieur

Restaurations adhésives directes Il existe aujourd’hui sur le marché des résines composites fluides chargées, résistantes mécaniquement et qui présentent de...
Odontologie restauratrice

Article réservé à nos abonnés L’usure modérée : approche pragmatique d’un cas clinique

Sous l’impulsion de Francesca Vailati et d’Urs Belser en 2008 [1-3], plusieurs protocoles ont été proposés pour prendre en charge et...
ODF Odontologie restauratrice

Article réservé à nos abonnés Apport de l’orthodontie au traitement d’usures érosives antéro-maxillaires liées à un reflux gastro-œsophagien

Le diagnostic n’est pas toujours fait et les patients ne le savent pas toujours. Parfois, des signes associés (toux chronique,...