Enregistrement des limites prothétiques et empreinte optique : précision, prédictibilité et reproductibilité

  • Par
  • Publié le . Paru dans L'Information Dentaire n°14 - 7 avril 2021
Information dentaire

Les empreintes en prothèse conjointe ont pour objectif l’enregistrement d’une situation clinique, donnant lieu à la production d’éléments prothétiques unitaires ou pluraux lors de réhabilitations fonctionnelles et esthétiques. Deux zones sont particulièrement délicates à enregistrer [1] : la limite cervicale, dont la précision garantit la qualité du joint dento-prothétique ; le profil d’émergence, dont la précision garantit la qualité de l’intégration biologique. Dans un numéro spécial de L’Information dentaire en septembre 2020, Olivier Etienne abordait l’ensemble des « trucs et astuces » permettant l’obtention d’une empreinte « analogique » de qualité [2]. Dans ce premier volet 2021 de la rubrique « applications cliniques en dentisterie numérique », nous allons étudier ce qu’il en est du côté de l’empreinte optique.

Principe de fonctionnement d’un scanner intraoral

En simplifiant quelque peu, on peut dire que le principe de fonctionnement d’un scanner intraoral réside dans l’émission, par la caméra, de faisceaux lumineux en direction de la zone à enregistrer. Ces faisceaux, lors de leur rencontre avec la zone, sont déviés de façon plus ou moins importante en fonction de sa forme géométrique.

La caméra, grâce à ses miroirs intégrés, recueille, après réflexion sur la surface, l’ensemble des faisceaux déviés.

Le logiciel de la caméra, après calcul de l’ensemble des déviations, élabore la forme 3D de la situation clinique.

Ainsi se contruit l’empreinte numérique (fig. 1).

A l’instar de l’empreinte analogique et de la déflection mécanique des tissus mous par le silicone lors de l’insertion, l’empreinte optique n’enregistre que la forme présente dans l’axe de ses faisceaux lumineux.

Un retour de gencive ou un saignement intempestif sont ainsi la cause immédiate d’un mauvais enregistrement des zones d’intérêt (fig. 2). La mise en condition gingivale est donc le prérequis indispensable pour l’obtention d’une empreinte numérique de qualité.

Mise en condition gingivale

Cette préparation gingivale a deux objectifs :

  • assurer l’asséchement du sulcus afin d’éviter les remontées de fluide diminuant la précision de l’empreinte ;
  • assurer l’ouverture du sillon gingival afin d’éviter tout interposition de la gencive entre la source lumineuse de la caméra et la limite cervicale à enregistrer.

L’asséchement du sulcus est obtenu par insertion d’un cordonnet de PTFE (ou Téflon), imperméabilisant bien connu en plomberie, de longueur variable en fonction de la dent.

Au préalable, une bande de Téflon est découpée à la longueur souhaitée (fig. 3a), avant de la rouler entre les doigts afin de la transformer en cordonnet (fig. 3b).

Plus cette…

Cet article est réservé aux abonnés.
Pour lire la suite :

Vous êtes abonné.e ? Connectez-vous
Mot de passe
oublié ?

Vous pouvez également :

Acheter l'article En version numérique
Acheter le numéro À l'unité

Thèmes abordés

Sur le même sujet

Odontologie restauratrice

Article réservé à nos abonnés Les restaurations partielles indirectes antérieures en céramique

La restauration partielle antérieure en céramique est un traitement prédictible et durable qui rétablit non seulement l’aspect esthétique de la dent...
Odontologie restauratrice

Article réservé à nos abonnés Résines injectées : les nouvelles approches pour réaliser des restaurations antérieures simples et durables

La réalisation des composites antérieurs est une technique de choix pour la restauration d’une dent fracturée dans sa partie coronaire...
Odontologie restauratrice

Article réservé à nos abonnés Éclaircissement dentaire avec du peroxyde de carbamide à 10 % : effets prophylactiques sur la dent cariée ou érodée

L’éclaircissement dentaire prend progressivement sa place dans l’arsenal thérapeutique des praticiens. En effet, en plus de l’indication physiologique liée au...
Odontologie restauratrice

Article réservé à nos abonnés Corriger un sourire gingival grâce au repositionnement de la lèvre supérieure ou « lip repositioning »

L’exposition excessive de la gencive lors du sourire, connue sous le nom de sourire gingival, est une préoccupation esthétique pour...
Odontologie restauratrice

Article réservé à nos abonnés Harmonisation des collets avec allongement de couronnes cliniques

L’esthétique du sourire impose la recherche d’un équilibre entre le parodonte et les dents, d’une harmonie entre le rose et...
Odontologie restauratrice

Article réservé à nos abonnés Aligner les collets grâce à la chirurgie muco-gingivale

La ligne du sourire varie d’un patient à l’autre et pour un même patient en fonction de sa phase du...