Greffes osseuses : incontournables ou surtraitement ? La battle

  • Par
  • Publié le . Paru dans L'Information Dentaire n°3 - 31 janvier 2024 (page 66-68)
Information dentaire

Séance D81 - ADF 2023

Greffer l’os alvéolaire déficitaire ou exploiter le volume osseux résiduel à l’aide d’alternatives chirurgicales et prothétiques ? Ce sont ces deux grandes options thérapeutiques portées respectivement par les Drs Thollot et Zarrine qui ont été discutées au cours de ce débat, dans une salle comble. L’objectif était de présenter aux participants les indications et les moyens techniques à mettre en œuvre pour assurer le succès implantaire, en fonction de chaque situation clinique.

Responsable scientifique : Romain Doliveux

Intervenants : Aurélien Thollot, Sepehr Zarrine

La perte de l’organe dentaire est toujours suivie d’un remodelage alvéolaire ne permettant pas systématiquement la pose d’un implant selon un projet prothétique idéal [1]. Dans ces situations, deux solutions s’offrent au praticien : greffer cet os alvéolaire déficitaire ou exploiter les volumes osseux disponibles. Ces concepts seront argumentés dans les cas d’implantation : en secteur esthétique antérieur, en secteur maxillaire postérieur et en arcade complète.

Le secteur esthétique antérieur

Le Dr Zarrine prend la parole et admet que si un manque osseux est présent dans ces situations, une greffe est incontournable car il s’agit de recréer des conditions où le patient puisse sourire, et ce, de manière pérenne. Pour diminuer le recours aux biomatériaux, l’extraction-implantation-mise en esthétique immédiate associée à un renfort muco-gingival ou à la mise en place d’une carotte ostéo-conjonctive tubérositaire est la solution de choix. « Si on réussit à maintenir l’architecture de cet os naturel, il n’y aura pas de fonte osseuse », souligne-t-il, en illustrant son propos à l’aide de cas avec suivi à quinze ans.

Le Dr Thollot rejoint les propos du Dr Zarrine : il faut exploiter au maximum les situations d’extraction- implantation immédiate. Il encourage également l’utilisation de la triple greffe tubérositaire composée d’os cortical, spongieux et de tissu conjonctif et de la technique de l’« Immediate Dento-Alveolar Restoration (IDR) » qui étend les indications de l’extraction-implantation immédiate dans des alvéoles compromises [2]. Cette technique permettrait de diminuer le temps, le coût et l’invasivité du traitement tout en assurant une prédictibilité esthétique excellente (fig. 1).

Le secteur maxillaire postérieur

Le Dr Zarrine justifie l’utilisation…

Cet article est réservé aux abonnés.
Pour lire la suite :

Vous êtes abonné.e ? Connectez-vous
Mot de passe
oublié ?

Vous pouvez également :

Acheter l'article En version numérique
Acheter le numéro À l'unité

Thèmes abordés

Sur le même sujet

Implantologie chirurgicale

Article réservé à nos abonnés Le défi de l’implant sous-sinusien

Responsable scientifique : Julien Mourlaas Intervenants : Frédéric Chamieh, Alexandre Dagba Proposée initialement par Tatum en 1977, reprise par Boyne...
Implantologie Implantologie chirurgicale

Article réservé à nos abonnés La régénération osseuse guidée en implantologie : une approche revisitée après trente ans d’expérience

Remaniements tissulaires post-extractionnels L’extraction d’une dent déclenche une série de modifications des tissus environnants [1]. Il existe un affaissement du...
Implantologie chirurgicale

Article réservé à nos abonnés Bridge cantilever sur implant unitaire, une alternative au remplacement de l’incisive latérale : raisons et mise en œuvre clinique

Dans le cadre de cet article, nous allons évaluer la viabilité des implants supportant une extension cantilever afin de remplacer...