Implant chez le patient parodontal : la solution idéale ?

  • Par
  • Publié le . Paru dans L'Information Dentaire n°24 - 15 juin 2022 (page 46-52)
Information dentaire

La parodontite est la cause principale des pertes dentaires chez l’adulte. Leur remplacement par des implants est l’une des solutions thérapeutiques de choix. Les maladies péri-implantaires sont aujourd’hui problématiques et les antécédents parodontaux sont l’un des principaux facteurs de risque de leurs survenues.

Quelle est la place de l’implant dans le traitement parodontal ?

La parodontite sévère est la sixième maladie non transmissible la plus répandue dans le monde avec une prévalence normalisée par âge de 9,8 % en 2017 [1, 2, 3]. En l’absence de traitement, elle est l’une des principales causes de perte dentaire à l’âge adulte [4]. Depuis 2017, la parodontite est classifiée à l’aide d’un système de grade évaluant la probabilité de progression de la maladie. Elle se base aussi sur des stades ayant pour objectifs de caractériser la sévérité et la complexité [5]. Les parodontites de stades 3 et 4 sont caractérisées par un ensemble d’éléments cliniques associés à la sévérité de la maladie dont une perte d’attache clinique sévère et la présence de défauts crestaux modérés à sévères [6]. Ce système de classification a une valeur pronostique : les patients atteints de parodontite de stade 4 ont un risque plus élevé de perte dentaire liée à la parodontite sur une période de suivi de 10 à 30 ans par rapport à ceux atteints de parodontite de stade I (Hazard Ratio : 3,73 ; IC à 95 % : 1,27- 10,93) [7].

Au-delà des facteurs locaux, le risque de perte dentaire chez les patients atteints de parodontite est prédit de manière indépendante par l’âge, la compliance du patient au traitement et aux visites de suivi, le tabagisme et le diabète [8].

Les séquelles cliniques de la parodontite ont un impact fonctionnel et esthétique conséquent. Elles impactent aussi la qualité de vie des patients. Elle est classée au 77e rang des cent pathologies causant un handicap ajusté en année de vie [9].

Les patients présentant une parodontite de stade 3 ou 4 sont susceptibles de rechercher des traitements dentaires et des réhabilitations orales afin de remplacer les dents manquantes. Les réhabilitations orales améliorent la qualité de vie orale et, potentiellement, la santé systémique des patients édentés [10].

Cet article est réservé aux abonnés.
Pour lire la suite :

Vous êtes abonné.e ? Connectez-vous
Mot de passe
oublié ?

Vous pouvez également :

Acheter l'article En version numérique
Acheter le numéro À l'unité

Thèmes abordés

Sur le même sujet

Parodontologie

Article réservé à nos abonnés L’acide hyaluronique comme adjuvant du traitement des récessions gingivales

Contexte Les récessions gingivales (RG), définies comme une exposition radiculaire due à la migration apicale du rebord gingival au-delà de...
Parodontologie

Article réservé à nos abonnés Lésion blanche : pourquoi rester vigilant ?

Situation clinique Anamnèse. Une patiente âgée de 73 ans est reçue en consultation pour un avis en raison de la...
Parodontologie

Article réservé à nos abonnés Effets des vitamines sur le parodonte et les maladies parodontales : une revue narrative des études cliniques

Les parodontites sont des pathologies inflammatoires multifactorielles, résultant d’un déséquilibre entre les défenses de l’hôte et un microbiote oral dysbiotique....
Implantologie Parodontologie

Article réservé à nos abonnés Gestion des complications biomécaniques et biologiques en implantologie

OBJECTIF Alors que la pose d’implants s’est largement démocratisée, le nombre de complications biologiques ou biomécaniques associées présente une prévalence...
Implantologie Parodontologie

Article réservé à nos abonnés Reconstruction d’un plancher sinusien dans un but implantaire à l’aide d’un substitut osseux : séquence chirurgicale

RÉSUMÉ La découverte d’une communication bucco-sinusienne nécessite une prise en charge spécifique en chirurgie pré implantaire. Il convient en effet...
Parodontologie

Article réservé à nos abonnés Accroissement gingival d’origine médicamenteuse : et si le traitement étiologique suffisait ?

RÉSUMÉ Devant l’augmentation continue des prescriptions médicamenteuses, la gestion de leurs effets secondaires implique une coopération entre professionnels de santé,...