La stamp technique : cas clinique d’une restauration occlusale en méthode directe

  • Par
  • Publié le . Paru dans L'Information Dentaire n°14 - 8 avril 2020 (page 16-20)

1. Face occlusale de 47 cariée mais peu délabrée permettant une reproduction à l’identique selon la technique de la stamp technique.

Information dentaire

La restauration occlusale est un acte essentiel et transversal puisqu’il concerne tant l’odontologie conservatrice que la réhabilitation prothétique. Bien que le rôle de l’occlusion dans les désordres temporo-mandibulaires semble à ce jour minimisé en tant que co-facteur étiologique [1], une reconstitution occlusale doit néanmoins être réalisée selon les règles de l’art afin de ne doit pas provoquer d’effet iatrogène. Dans le cadre d’une reconstitution dentaire dans un secteur prémolo-molaire en odontologie conservatrice, l’enregistrement préalable de la surface occlusale avant la restauration proprement dite peut se révéler utile, en offrant les possibilités de conserver et de reproduire avec précision l’anatomie dentaire originelle et propre du patient. Les auteurs ont ainsi voulu présenter, à travers cet article, les étapes essentielles de ce protocole clinique original appelé stamp technique [2].

Concept et indications

La restauration occlusale des dents cuspidées peut être source de modifications de l’occlusion statique, dynamique et/ou fonctionnelle. Du fait de leur influence sur les propriocepteurs desmodontaux, l’apparition d’une prématurité ou d’une interférence par une surface convexe trop bombée ou une surocclusion consécutive à un soin mal conduit en reconstitution directe peut perturber le fonctionnement de l’appareil manducateur.

Afin d’éviter un effet iatrogène et pour aider le chirurgien-dentiste en odontologie conservatrice, la stamp technique peut se révéler une technique intéressante pour conserver l’anatomie dentaire initiale lors d’une restauration occlusale.

Il s’agit d’une méthode récente de restauration par composite en méthode directe puisqu’elle a vu le jour dans la littérature en 2013 [3]. Initialement basée sur la réalisation de wax-up sur modèles en plâtre destinés à être reportés en bouche grâce à une clé en silicone [2], elle a évolué vers un enregistrement préopératoire de la surface occlusale de la dent traitée pour une reproduction à l’identique à l’issue du soin [4].

Aujourd’hui, malgré certaines publications internationales, ce procédé reste peu connu. Avec une méthodologie particulièrement simple et aisée, il consiste à enregistrer sous la forme d’un isomoulage la surface occlusale d’une dent cariée avant toute préparation de celle-ci. L’isomoulage est ensuite appliqué à la surface du composite de restauration avant sa photopolymérisation pour lui imposer la forme originelle de la dent. De fait, la réalisation de la technique implique initialement que la lésion carieuse ne délabre pas l’anatomie de la surface occlusale (fig. 1).

1. Face occlusale de 47 cariée mais peu délabrée permettant une reproduction à l’identique selon la technique de la stamp technique.
1. Face occlusale de 47 cariée mais peu délabrée permettant une reproduction à l’identique selon la technique de la stamp technique.

Cet article est réservé aux abonnés.
Pour lire la suite :

Vous êtes abonné.e ? Connectez-vous
Mot de passe
oublié ?

Vous pouvez également :

Acheter l'article En version numérique
Acheter le numéro À l'unité

Thèmes abordés

Sur le même sujet

Odontologie restauratrice

Article réservé à nos abonnés L’usure modérée : approche pragmatique d’un cas clinique

Sous l’impulsion de Francesca Vailati et d’Urs Belser en 2008 [1-3], plusieurs protocoles ont été proposés pour prendre en charge et...
ODF Odontologie restauratrice

Article réservé à nos abonnés Apport de l’orthodontie au traitement d’usures érosives antéro-maxillaires liées à un reflux gastro-œsophagien

Le diagnostic n’est pas toujours fait et les patients ne le savent pas toujours. Parfois, des signes associés (toux chronique,...
Odontologie restauratrice

Article réservé à nos abonnés Les restaurations semi-directes en résine composite

La technique de réalisation des inlays/onlays composite en technique semi-directe n’est pas récente, ayant été décrite pour la première fois...
Odontologie restauratrice

Article réservé à nos abonnés Les résorptions radiculaires externes post-traumatiques

Les résorptions radiculaires externes post-traumatiques correspondent à une perte quantitative de cément et de dentine radiculaire plus ou moins étendue....
Odontologie restauratrice

Article réservé à nos abonnés Restauration contemporaine de la dent postérieure dépulpée

Présentation du cas Un patient de 58 ans avec une hygiène bucco-dentaire correcte se présente pour la première fois en...