Le soulevé sous-sinusien crestal avec un matériau associant xénogreffe et collagène

  • Par
  • Publié le . Paru dans L'Information Dentaire n°31 - 16 septembre 2020 (page 45-48)
Information dentaire

Alternative aux comblements par particules, simple, sécurisée, et plus confortablepour le patient.

Le principe

Également appelé « sinus lift », le soulevé de sinus est la technique par laquelle la membrane sinusienne est élevée dans le but de combler l’espace par des biomatériaux.

Cette procédure chirurgicale est indiquée lors de la pose d’implant dans le secteur maxillaire postérieur lorsque l’étude radiologique montre une hauteur osseuse insuffisante.

Pour sa mise en œuvre, deux techniques sont décrites dans la littérature et largement utilisées par les praticiens. La première est le soulevé sous-sinusien par voie latérale, ou « external sinus lift ». Cette méthode est actuellement préconisée quand la hauteur d’os résiduelle est inférieure à 4 mm. La seconde technique est une approche moins invasive, le soulevé crestal, désigné communément par les termes « ostéotomie de Summers ». Il est indiqué quand la hauteur d’os est suffisante pour assurer une stabilité primaire de l’implant, avec des gains limités en hauteur, variables selon les auteurs.

Notre objectif est ici de proposer une modification de la technique initiale conduisant à un plus grand confort opératoire pour le patient tout en sécurisant ce comblement. Ce protocole opératoire simplifié pour un soulevé de sinus crestal prévisible, est illustré à travers un cas clinique avec son protocole (fig. 1 à 10).

La méthode

L’abord crestal, imaginé par Tatum en 1986 (père également de la voie latérale, désignée aussi par « la fenêtre de Tatum »), a été repris par Summers qui décrit la technique d’ostéotomie crestale en 1994. Sa technique, faisant appel à une série d’ostéotomes, a subi plusieurs modifications dans le temps. Citons entre autres « the modified osteotomes technique », décrite en 1996 par Davarpanah et al, ainsi que « the bone added osteotomes sinus floor elevation (BAOSFE) technique », décrite par Rosen et al en 1999. Dans…

Cet article est réservé aux abonnés.
Pour lire la suite :

Vous êtes abonné.e ? Connectez-vous
Mot de passe
oublié ?

Vous pouvez également :

Acheter l'article En version numérique
Acheter le numéro À l'unité

Thèmes abordés

Sur le même sujet

Implantologie chirurgicale

Article réservé à nos abonnés Implants zygomatiques et sinus

Étiopathogénie et fréquence L’analyse de la littérature scientifique montre des taux de sinusites variables, de 0 à 30 % selon les...
Implantologie chirurgicale

Article réservé à nos abonnés Les complications de la chirurgie préimplantaire sinusienne : diagnostic et principes du traitement

L’implantologie moderne consiste en la mise en place d’une racine artificielle en titane au sein des maxillaires dans le but...
Implantologie Implantologie chirurgicale

Article réservé à nos abonnés Contre-indications en implantologie et attitudes concernant les patients à risque

Risque infectieux Le risque infectieux est multifactoriel, et certains paramètres permettant de le moduler, comme l’amélioration des conditions opératoires (antisepsie...
Implantologie chirurgicale

Article réservé à nos abonnés Réhabilitation implantaire secteur postérieur mandibulaire et ROG

La question Il s’agit d’évaluer, selon la situation clinique, la pertinence du recours à la technique de la régénération osseuse...