Nouvelle classification #6… parodontite stade 2 grade B

  • Par
  • Publié le . Paru dans L'Information Dentaire n°32 - 22 septembre 2021 (page 28-31)
Information dentaire
L’un des grands changements de la nouvelle classification des maladies parodontales et péri-implantaires concerne les formes de parodontite anciennement dites « agressives » ou « chroniques », désormais regroupées dans une même catégorie dite « parodontites ». Ces parodontites sont classées en différents stades et grades.

Qu’est-ce qu’une parodontite stade II grade B selon la classification de Chicago 2017 ?

  • Il s’agit d’une parodontite modérée à progression moyenne [1].

Les outils à notre disposition

  • Sonde parodontale.
  • Radiographie rétro-alvéolaire avec angulateur de Rhin.

Notions abordées

  • Le stade est basé sur la sévérité et la complexité de prise en charge globale, l’étendue de la maladie (localisée ou généralisée si 30 % ou plus des dents sont atteintes) et sa distribution (incisive, prémolaire et/ou molaire).
  • Le grade fournit des informations sur le risque de progression de la maladie, les aspects biologiques, le pronostic du traitement et les effets sur la santé générale.

Utilisation de ces notions [2]

Le stade II est caractérisé par :

  • une perte d’attache clinique (CAL)* interdentaire (dans le site le plus atteint et sur ≥ 2 dents non adjacentes) de 3 à 4 mm ;
  • une perte osseuse radiographique** de 15 à 33 % et essentiellement horizontale ;
  • l’absence de dent perdue pour raison parodontale ;
  • une profondeur de sondage ≤ 5 mm ;
  • l’absence d’atteinte de furcation de classe II ou III ;
  • l’absence de besoin de réhabilitation complexe.
  • Le saignement au sondage (BoP) est ≥ 10 %.
  • Le grade B est défini par :
  • un taux de progression de la parodontite en 5 ans < 2 mm ;
  • un ratio pourcentage d’alvéolyse/âge*** compris entre 0,25 et 1 ;
  • une quantité de plaque bactérienne en rapport avec la destruction parodontale.

Les facteurs de risque impliqués dans la progression de la parodontite, comme le tabac et le diabète, modifient le grade de la maladie. Concernant le grade B, le patient fume moins de 10 cigarettes/jour et/ou présente un diabète avec HbAIc < 7 %.

Application clinique

Un patient, âgé de 26 ans, se présente en consultation pour des saignements de gencive au brossage quotidien, des tassements alimentaires…

Cet article est réservé aux abonnés.
Pour lire la suite :

Vous êtes abonné.e ? Connectez-vous
Mot de passe
oublié ?

Vous pouvez également :

Acheter l'article En version numérique
Acheter le numéro À l'unité

Thèmes abordés

Sur le même sujet

Parodontologie

Article réservé à nos abonnés Hypoesthésie postopératoire, histoire d’une complication d’une chirurgie plastique parodontale

Cas clinique ► Il était une fois une amie, médecin, qui présentait des récessions gingivales de 34 à 36. La...
Implantologie chirurgicale Parodontologie

Article réservé à nos abonnés Spécificités de la réponse inflammatoire de la péri-implantite par rapport à celle de la parodontite

Résumé Objectif Identifier précocement les patients et les sites à risque de péri-implantite est crucial pour prévenir au plus tôt...
Parodontologie

Article réservé à nos abonnés Thérapeutiques adjuvantes et innovantes dans le traitement parodontal non chirurgical

La maladie parodontale est considérée comme la sixième maladie inflammatoire chronique la plus répandue chez l’Homme. La parodontite résulte d’un...
Parodontologie

Article réservé à nos abonnés Porphyromonas gingivalis

L’objectif de cette rubrique est de rédiger la carte d’identité d’un habitant du parodonte. Elle présente l’identité de l’habitant (procaryote...
Parodontologie

Article réservé à nos abonnés Approche thérapeutique des récessions gingivales sévères dans le secteur antérieur mandibulaire

La récession gingivale se définit comme « la migration en direction apicale de la gencive marginale par rapport à la jonction...