Nouvelle classification #6… parodontite stade 2 grade B

  • Par
  • Publié le . Paru dans L'Information Dentaire n°32 - 22 septembre 2021 (page 28-31)
Information dentaire
L’un des grands changements de la nouvelle classification des maladies parodontales et péri-implantaires concerne les formes de parodontite anciennement dites « agressives » ou « chroniques », désormais regroupées dans une même catégorie dite « parodontites ». Ces parodontites sont classées en différents stades et grades.

Qu’est-ce qu’une parodontite stade II grade B selon la classification de Chicago 2017 ?

  • Il s’agit d’une parodontite modérée à progression moyenne [1].

Les outils à notre disposition

  • Sonde parodontale.
  • Radiographie rétro-alvéolaire avec angulateur de Rhin.

Notions abordées

  • Le stade est basé sur la sévérité et la complexité de prise en charge globale, l’étendue de la maladie (localisée ou généralisée si 30 % ou plus des dents sont atteintes) et sa distribution (incisive, prémolaire et/ou molaire).
  • Le grade fournit des informations sur le risque de progression de la maladie, les aspects biologiques, le pronostic du traitement et les effets sur la santé générale.

Utilisation de ces notions [2]

Le stade II est caractérisé par :

  • une perte d’attache clinique (CAL)* interdentaire (dans le site le plus atteint et sur ≥ 2 dents non adjacentes) de 3 à 4 mm ;
  • une perte osseuse radiographique** de 15 à 33 % et essentiellement horizontale ;
  • l’absence de dent perdue pour raison parodontale ;
  • une profondeur de sondage ≤ 5 mm ;
  • l’absence d’atteinte de furcation de classe II ou III ;
  • l’absence de besoin de réhabilitation complexe.
  • Le saignement au sondage (BoP) est ≥ 10 %.
  • Le grade B est défini par :
  • un taux de progression de la parodontite en 5 ans < 2 mm ;
  • un ratio pourcentage d’alvéolyse/âge*** compris entre 0,25 et 1 ;
  • une quantité de plaque bactérienne en rapport avec la destruction parodontale.

Les facteurs de risque impliqués dans la progression de la parodontite, comme le tabac et le diabète, modifient le grade de la maladie. Concernant le grade B, le patient fume moins de 10 cigarettes/jour et/ou présente un diabète avec HbAIc < 7 %.

Application clinique

Un patient, âgé de 26 ans, se présente en consultation pour des saignements de gencive au brossage quotidien, des tassements alimentaires…

Cet article est réservé aux abonnés.
Pour lire la suite :

Vous êtes abonné.e ? Connectez-vous
Mot de passe
oublié ?

Vous pouvez également :

Acheter l'article En version numérique
Acheter le numéro À l'unité

Thèmes abordés

Sur le même sujet

Parodontologie

Article réservé à nos abonnés Sevrage tabagique et traitement parodontal : quelle place pour la cigarette électronique ?

Qu’est-ce que la cigarette électronique ? La cigarette électronique (fig. 1) fait partie des Electronic Nicotine Delivery Systems (ENDS, dispositifs électroniques...
Parodontologie

Article réservé à nos abonnés nouvelle classification et gingivite

Qu’est-ce que la gingivite induite par le biofilm selon Chicago 2017 ? Il s’agit d’une lésion inflammatoire résultant d’interactions entre le...
Parodontologie

Article réservé à nos abonnés La nouvelle classification des maladies parodontales et péri-implantaires

Qu’est-ce que la santé parodontale selon Chicago 2017 ? Cette nouvelle classification introduit pour la première fois la notion de santé...
Parodontologie

Article réservé à nos abonnés Dépendance nicotinique et sévérité de la parodontite

Résumé Le tabagisme est considéré comme un facteur de risque pour la genèse et la progression de la parodontite. Parmi la pléiade...
Parodontologie

Article réservé à nos abonnés Thérapeutique orthodontique et chirurgie plastique : étapes d’une prise en charge

Les relations entre le parodonte et la thérapeutique ODF sont étroites, puisque, schématiquement, l’orthodontie repositionne la dent dans l’enveloppe osseuse,...
Parodontologie

Article réservé à nos abonnés Les élongations coronaires chirurgicales

Pourquoi l’attache supra-crestale doit-elle être rétablie ? Comment déterminer l’importance de l’éviction tissulaire à réaliser ? Quels sont les différents...