Prise en charge d’un secteur incisif mandibulaire mobile

  • Par
  • Publié le . Paru dans L'Information Dentaire n°9 - 6 mars 2024 (page 30-36)
Information dentaire

Intérêt de la greffe épithélio-conjonctive associée à une attelle de composite fibré

Rubrique coordonnée par Rosa Guyonvarch

Le phénotype parodontal se définit par l’association de la hauteur et de l’épaisseur de gencive et d’os, à un instant déterminé. Plusieurs phénotypes peuvent être diagnostiqués au sein d’un même individu, et peuvent être différents d’une dent à une autre.

Pour évaluer l’épaisseur gingivale, la méthode la moins invasive consiste à insérer une sonde parodontale, métallique, à travers le sillon gingival. Si la sonde parodontale est visible, cela indique une épaisseur fine (< 1 mm) [1-3]. Le phénotype gingival fin est plus susceptible d’engendrer l’apparition ou la progression de récessions gingivales [4].

Enfin, la hauteur de tissu kératinisé se définit comme la distance entre la ligne muco-gingivale et le rebord coronaire de la gencive.

La classification de Maynard et Wilson établie en 1980 distingue quatre types de parodonte selon la morphologie de la gencive et celle de l’os alvéolaire [5] :

type 1 : hauteur du tissu kératinisé entre 3 et 5 mm, appréciation d’une épaisseur normale ou idéale à la palpation du procès alvéolaire ;

type 2 : hauteur du tissu kératinisé inférieure à 2 mm, appréciation d’une épaisseur normale à la palpation du procès alvéolaire ;

type 3 : hauteur du tissu kératinisé entre 3 et 5 mm, appréciation d’une épaisseur fine à la palpation du procès alvéolaire ;

type 4 : hauteur du tissu kératinisé inférieure à 2 mm, appréciation d’une épaisseur fine à la palpation du procès alvéolaire.

à ce jour, les greffes épithélio-conjonctives (GEC) demeurent une solution thérapeutique pour limiter la progression des récessions et conserver des dents compromises sur le plan parodontal si l’augmentation de tissus kératinisés n’est pas réalisée [6, 7].

Nous proposons d’illustrer par un cas clinique la prise en charge parodontale via la réalisation d’une greffe épithélio-conjonctive, associée à la mise en place d’une contention dans un contexte de parodontite induite par la plaque.

La classification des récessions gingivales établie en 2018 par l’European Federation of Periodontology (EFP) et l’American Association of Periodontology (AAP) (tableau 1) permet de poser un diagnostic. Elle se base sur des…

Cet article est réservé aux abonnés.
Pour lire la suite :

Vous êtes abonné.e ? Connectez-vous
Mot de passe
oublié ?

Vous pouvez également :

Acheter l'article En version numérique
Acheter le numéro À l'unité

Thèmes abordés

Sur le même sujet

Parodontologie

Article réservé à nos abonnés L’étiopathogénie des maladies parodontales. Un aperçu historique des modèles, de l’infection focale à la dysbiose et aux voies de l’inflammation

RÉSUMÉ La parodontite est une maladie inflammatoire chronique multifactorielle associée à un biofilm bactérien dysbiotique et caractérisée par la destruction...
Médecine Parodontologie

Article réservé à nos abonnés Évaluation de différents scores de risque Dans la prévention des maladies péri-implantaires. Analyse d’une étude clinique de cohorte à long terme

RÉSUMÉ Contexte Cette étude a comparé la valeur pronostique à long terme de deux modèles de scores d’évaluation du risque...
Parodontologie

Article réservé à nos abonnés Aspects biologiques et cliniques de l’utilisation de la greffe de tissu conjonctif en chirurgie muco-gingivale esthétique

Responsable scientifique : Caroline Fouque Intervenant : Massimo de Sanctis Le lambeau coronairement avancé multiple (MCAF), proposé par Zucchelli et de...
Parodontologie

Article réservé à nos abonnés Rencontre avec David Nisand : les dernières évolutions de la chirurgie parodontale et implantaire

Responsable scientifique : Xavier Struillou Intervenant : David Nisand Aller de l’avant ne signifie pas en oublier le passé et,...
Implantologie Parodontologie

Article réservé à nos abonnés Une stratégie « zéro péri-implantite » est-elle possible ?
Hiérarchiser et intégrer les facteurs de risque pour réduire les complications biologiques en implantologie

Introduction Il convient donc à ce stade de faire une première clarification entre une perte osseuse péri-implantaire « initiale » associée à...
Implantologie Parodontologie

Article réservé à nos abonnés Le point sur l’implantoplastie

L’implantoplastie est techniquement difficile car, pour être effectuée de façon satisfaisante, elle requiert la dépose de la prothèse. Ce démontage...