Rendre le sourire à nos patients grâce à la chirurgie plastique parodontale

  • Par
  • Publié le . Paru dans L'Information Dentaire n°1 - 15 janvier 2020
Information dentaire

L’hypersensibilité dentinaire, dont la récession gingivale est l’une des causes majeures, est une doléance souvent rencontrée dans la pratique quotidienne. Répondre à cette souffrance est un défi pour le praticien qui doit traiter la douleur et, souvent, la demande esthétique du patient.

À l’aune de la nouvelle classification des maladies parodontales proposée durant le workshop international de Chicago en 2017, et publiée lors de l’Europerio d’Amsterdam en juin 2018, cet article propose le traitement d’un cas clinique.

Un patient de 31 ans se présente dans l’Unité Fonctionnelle de Parodontologie de la Timone (APHM) pour des hyperesthésies radiculaires invalidantes. En outre, il souffre d’un complexe dû à la longueur de ses dents. Son état de santé général est satisfaisant, il ne fume plus depuis quelques mois et fait des contrôles annuels réguliers chez son chirurgien-dentiste à la suite d’un traitement orthodontique.

Il nous appartient alors d’analyser le parodonte, son intégration au sein de l’esthétique globale du visage et les causes de ces hyperesthésies pour pouvoir poser un diagnostic précis et proposer un ou des traitements.

Évaluation du cas clinique

Lors de l’examen extraoral, l’étude du sourire est essentielle dans la prise en charge des patients, surtout dans le cas d’une gêne esthétique. Chez ce patient, la ligne du sourire (fig. 1a-c) est moyenne [1], de classe 3 de Parodontia [2] au cours du sourire naturel. Cependant, le sourire forcé (ou l’éclat de rire) découvre les récessions et un bandeau de gencive continu au niveau du secteur prémolo-molaire. L’asymétrie labiale [3], elle, est bien acceptée par le patient.

Un Smile Esthetic Index est réalisé. Le patient obtient un score de 5/10. Son sourire est asymétrique et la forme et la dyschromie des racines sont visibles en raison des récessions sur tous les secteurs [34].

L’examen intra-oral est minutieux afin d’écarter les autres pathologies pouvant induire des sensibilités dentinaires. Le test de sensibilité [4] révèle que le positionnement d’une seringue d’air, perpendiculairement à la surface dentaire, à une distance de 1 cm, est douloureux.
Le parodonte marginal (fig. 2) est fin et festonné [5], de type IV selon la classification de Maynard et Wilson [6]. Il présente une gencive fine et un os fin. La gencive est rose et piquetée, d’indice gingival 0 indiquant…

Cet article est réservé aux abonnés.
Pour lire la suite :

Vous êtes abonné.e ? Connectez-vous
Mot de passe
oublié ?

Vous pouvez également :

Acheter l'article En version numérique
Acheter le numéro À l'unité

Thèmes abordés

Sur le même sujet

ODF Parodontologie

Article réservé à nos abonnés Enfant patient parodontal

L’enfant est-il à risque de maladie parodontale ? Il existe une susceptibilité plus faible au développement de l’inflammation gingivale chez...
Parodontologie

Article réservé à nos abonnés Le point sur les différentes techniques orthodontiques (fixes versus aligneurs) : indications chez l’adulte et incidences parodontales

Les différentes techniques Il existe deux grands types d’appareillages orthodontiques : l’un fixe (multi-attaches vestibulaires ou linguales), l’autre amovible (aligneurs). Quelle...
ODF Parodontologie

Article réservé à nos abonnés Le « syndrome du fil » de contention collé en orthodontie

Les effets indésirables des fils de contention collés Les contentions par fils collés maintiennent l’esthétique dans les régions antérieures sans...
ODF Parodontologie

Article réservé à nos abonnés Recessions parodontales au quotidien

Pourquoi renforcer le biotype parodontal ? Physiologiquement, la composition de la gencive lui offre une résistance bien supérieure à celle de la muqueuse...
ODF Parodontologie

Article réservé à nos abonnés Intérêt de l’ortho dans le traitetment des parodontites

Les maladies parodontales entraînent souvent égression dentaire, migration vestibulaire des dents antérieures, diastèmes secondaires, versions et perte de dimension verticale....
ODF Parodontologie

Article réservé à nos abonnés Récessions gingivales des incisives mandibulaires et thérapetique orthodontique

Au cours de l’évolution dentaire, l’axe d’éruption de la dent dans le procès alvéolaire influe sur l’épaisseur des corticales vestibulaires...