Restaurations adhésives partielles dans les secteurs postérieurs

  • Par
  • Publié le . Paru dans Stratégie Prothétique n°1 - 15 février 2024 (page 6-16)
Information dentaire

– Comment évaluer une perte de substance ?

– Comment choisir le type de restauration indirecte collée ?

– Quel protocole clinique reproductible appliquer lors des préparations ?

– Quels sont les différents types de restaurations indirectes postérieures ?

La préservation tissulaire, la limitation des agressions pulpaires et le respect de la biomécanique de la dent sont devenus les éléments centraux des traitements restaurateurs et prothétiques actuels.

L’évolution des techniques adhésives, des biomatériaux et des moyens d’assemblage permet de repousser les limites et de s’affranchir des concepts mécaniques de la prothèse conventionnelle, à l’origine d’une perte tissulaire parfois excessive qui n’est plus acceptable d’un point de vue biologique et biomécanique de nos jours.

Les restaurations indirectes collées en céramique ou en composite ont supplanté la couronne périphérique pour la restauration des dents pulpées ou non dans les secteurs postérieurs.

Après un rappel sur les principes de la dentisterie biomimétique et des notions de biomécanique, nous aborderons l’analyse des pertes de substances et des facteurs permettant de faire le choix de la thérapeutique la plus adaptée, ainsi que des directives à respecter afin de pouvoir les mettre en œuvre.

Généralités

En dentisterie restauratrice, les praticiens sont confrontés de manière quotidienne à des pertes de substance plus ou moins importantes. Elles peuvent parfois être restaurées de manière directe en utilisant des composites, et de manière indirecte avec des pièces en céramique ou en composite réalisées au laboratoire ou en chairside par CFAO. Un des matériaux de choix pour ce type de reconstitution est la céramique et plus particulièrement le disilicate de lithium, dont le module d’élasticité se rapproche le plus de l’émail qu’il remplace et qui s’inscrit dans la lignée de cette démarche biomimétique [1]. Le développement de la zircone et celui des matériaux hybrides élargissent l’éventail des matériaux à la disposition du praticien.

Les restaurations indirectes sont indiquées pour des pertes de substance importantes et le remplacement d’une ou plusieurs cuspides. Elles s’inscrivent…

Cet article est réservé aux abonnés.
Pour lire la suite :

Vous êtes abonné.e ? Connectez-vous
Mot de passe
oublié ?

Vous pouvez également :

Acheter l'article En version numérique
Acheter le numéro À l'unité

Thèmes abordés

Sur le même sujet

Odontologie restauratrice

Article réservé à nos abonnés Critères de choix pour les restaurations postérieures de molaires atteintes de MIH sévère

Situation clinique Une patiente de 10 ans se présente en consultation. Aucun antécédent médical ou chirurgical n’est constaté. À l’examen...
Odontologie restauratrice

Article réservé à nos abonnés Traumatologie : différentes prises en charge en fonction de l’âge

Responsable scientifique : Ninon Lebrat Conférencier : Marga Ree, Magali Hernandez, Maxime Drossart, Michel Le Gall Cette conférence interactive organisée...
Odontologie restauratrice

Article réservé à nos abonnés Diagnostiquer les fêlures, éviter les fractures

Responsable scientifique : Ishai-Yaacov Sitbon Intervenants : Romain Cheron, Dominique Martin Comprendre et diagnostiquer les fêlures Pour introduire cette séance, le Dr...
Endodontie Odontologie restauratrice

Article réservé à nos abonnés Restaurer ou réhabiliter la dent postérieure dépulpée

Responsable scientifique : Antoine Oudin Conférencier : Hugues de Belenet Le traitement de la dent postérieure dépulpée peut, comme toute problématique...
Odontologie restauratrice

Article réservé à nos abonnés Usure sévère et matériaux hybrides CAD/CAM

Traitement Au vu du contexte para-fonctionnel et de l’étendue de la perte tissulaire, des coiffes périphériques minimalement invasives ont été...
Odontologie restauratrice

Article réservé à nos abonnés Longueur et courbure de l’aiguille

La réalisation des sutures en odontologie nécessite des fils spécifiques dont la composition et l’utilisation varient en fonction de l’acte...