Techniques de stratification histo-anatomique des résines composites : le concept biomimétique

  • Par
  • Publié le . Paru dans L'Information Dentaire n°14 - 7 avril 2021
Information dentaire

Les restaurations en techniques directes font partie intégrante de l’arsenal thérapeutique du chirurgien-dentiste. Les résines composites sont utilisées dans presque toutes les situations cliniques (secteur antérieur, postérieur, cavités simples, cavités complexes…), et il est attendu des fabricants performance et polyvalence.

De nombreux systèmes de composites sont présents sur le marché et il peut être difficile de faire un choix. Pour l’omnipraticien, le plus intéressant est de travailler avec un système répondant à toutes les situations cliniques.

La dentisterie adhésive moderne apporte des solutions pour soigner en préservant l’organe dentaire. En revanche, cela implique souvent des systèmes compliqués, coûteux et chronophages.

Les restaurations en techniques directes sont souvent négligées car peu rémunératrices et longues à mettre en œuvre (stratification, manipulation des matériaux composite, étapes de collage, etc.). Pourtant, dans le gradient thérapeutique introduit par Gil Tirlet et Jean Pierre Attal [1], la stratification est au centre de la préservation tissulaire.

La demande esthétique croissante des patients et la prise de conscience quant à la nécessité de sauvegarder les tissus dentaires doivent inciter à promouvoir la biomimétique introduite par Pascal Magne [2] expliquant l’importance de la préservation de l’organe dentaire et de la mise en œuvre de toutes les techniques pour le reconstruire et le conserver sur l’arcade. Cependant, il n’est pas encore possible, grâce aux matériaux modernes, d’en reproduire exactement la nature ; il faut garder en permanence une approche « bio-inspirée ».

À l’observation d’une molaire naturelle, il est possible de constater que l’émail et la dentine ont une disposition reproductible à l’intérieur de la dent (fig. 1) [3, 4]. La dentine est concave au niveau de la face occlusale et sa couleur est souvent très saturée. L’émail qui recouvre cette dentine sur la face occlusale est convexe et diminue avec l’âge.

Les conséquences sont nombreuses. Pour reconstituer une dent lors de la réalisation d’une restauration par résine composite il faut donc respecter ces deux volumes et posséder un système de composite qui permet de se rapprocher de ces notions [5-7].

L’objectif de cet article est donc d’expliquer comment faire face à de nombreuses situations cliniques en utilisant les techniques de stratification histo-anatomique des composites modernes et en répondant aux problématiques…

Cet article est réservé aux abonnés.
Pour lire la suite :

Vous êtes abonné.e ? Connectez-vous
Mot de passe
oublié ?

Vous pouvez également :

Acheter l'article En version numérique
Acheter le numéro À l'unité

Thèmes abordés

Sur le même sujet

Odontologie restauratrice

Restauration directe ou indirecte : un choix raisonné

Face à une situation clinique mettant en évidence un état de délabrement plus ou moins important, le praticien doit quotidiennement...
Odontologie restauratrice

Article réservé à nos abonnés Enregistrement des limites prothétiques et empreinte optique : précision, prédictibilité et reproductibilité

Principe de fonctionnement d’un scanner intraoral En simplifiant quelque peu, on peut dire que le principe de fonctionnement d’un scanner intraoral...
Odontologie restauratrice

Article réservé à nos abonnés Technique d’injection de composite dans le secteur antérieur

Restaurations adhésives directes Il existe aujourd’hui sur le marché des résines composites fluides chargées, résistantes mécaniquement et qui présentent de...
Odontologie restauratrice

Article réservé à nos abonnés L’usure modérée : approche pragmatique d’un cas clinique

Sous l’impulsion de Francesca Vailati et d’Urs Belser en 2008 [1-3], plusieurs protocoles ont été proposés pour prendre en charge et...
ODF Odontologie restauratrice

Article réservé à nos abonnés Apport de l’orthodontie au traitement d’usures érosives antéro-maxillaires liées à un reflux gastro-œsophagien

Le diagnostic n’est pas toujours fait et les patients ne le savent pas toujours. Parfois, des signes associés (toux chronique,...