L'Information Dentaire n°21 - 29 mai 2019

9,00

UGS : ID A01921 Catégorie :
Feuilleter les premières pages

Description

Avant-Propos
Nous avons 100 ans en 2019, avec vous ! Lire ci-dessous
Claudie Damour-Terrasson

Éditorial
Joyeux anniversaire ! Lire ci-dessous
Michel Bartala, Michèle Reners

100 années d’existence, d’écriture… Lire ci-dessous
Michel Pompignoli

Revue de presse100 ans d’évolution des matériaux dentaires – Lire >>
Actualité hebdoNicolas Fontenelle

La belle dame a 100 ans ! – Lire >>
Micheline Ruell-Kellerman, Pierre Baron, Olivier Hüe, Michel Pompignoli

100 ans de formation

100 ans d’évolution de la prothèse amovible et de la prothèse fixée dento-portée Lire >>
Michel Bartala, Marcel Begin, Michel Pompignoli

Les maladies parodontales, 1919 à 2019 : l’évolution des conceptsLire >>
Virginie Monnet-Corti, Michèle Reners

Coiffage, pulpotomie ou traitement canalaire : à chaque situation son traitement… depuis 100 ans Lire >>
Stéphane Simon

La carie d’hier, d’aujourd’hui et de demainLire >>
Alain Zerilli, Frédérique d’Arbonneau

Je t’aime, moi non plus… Une page d’histoire de la chirurgie orale a débuté il y a 100 ans Lire >>
Jean-Christophe Fricain

L’implantologie, un demi-siècle de révolution Lire >>
Philippe Khayat

Il était une fois la CFAO… Lire >>
Gérard Duminil

100 ans de progrès pour décrypter l’hypnoseLire >>
Vianney Descroix, Emmanuelle Caudron

Occlusion ne rime pas avec confusion Lire >>
Jean-Daniel Orthlieb, Anne Giraudeau, Marion Jeany, Anne Parfu, Jean-Philippe Ré

ART

L’ID du siècle – 1919 : retour sur une année d’inventions, de défis, de conquêtes et d’exploits ! Lire >>
Thierry Leroux


AVANT-PROPOS

Nous avons 100 ans en 2019, avec vous !

En 1919 paraissait le premier journal de la profession, La Semaine Dentaire, et, le 22 juin 1919, son cœur s’est mis à battre chaque semaine, au rythme de la médecine bucco-dentaire. Cette très belle histoire, écrite avec vous et pour vous, n’aurait pas été possible sans l’implication d’hommes et de femmes d’exception qui ont souhaité mettre leur expérience, leur curiosité d’esprit, leur énergie au service du partage des savoirs. Je tiens à remercier chaleureusement les rédacteurs en chef de nos publications, ces compagnons qui nous ont fait confiance et encouragés dans nos initiatives pour façonner votre hebdomadaire de formation, le plus lu, le plus connu et le plus utile*.

L’Information Dentaire a fait naître une famille et vu grandir une fratrie. Une fois n’est pas coutume, je compte avec vous : un, deux, trois, quatre, cinq… six publications, trois formats Id (Id hebdo, Id Magazine, Id Tendances), cinq collections d’ouvrages, un site et une dizaine de blogs… Papier ou digital, notre groupe de presse indépendant a été régulièrement récompensé pour la qualité de ses réalisations**.

Chaque semaine se crée un lien privilégié entre des équipes éditoriales, scientifiques, des lecteurs et des annonceurs ; votre revue invite à une communauté de pensée à travers le temps et l’espace. Ce rendez-vous est un moment rare d’échange d’informations, de travaux, de réflexions de qualité. Chaque mercredi, ce sont les voix de centaines, voire de milliers de lecteurs et d’auteurs, et autant d’idées susceptibles de nous faire avancer.

J’aimerais aussi vous faire partager ma grande fierté dont peut-être vous ne savez rien : celles et ceux qui nous accompagnent, au 44, rue de Prony, avec beaucoup de talent et de fidélité. La fidélité serait-elle synonyme de longévité ?

Et demain, me demanderez-vous ? Le défi qui nous motive est encore et toujours la valorisation de la profession grâce à une publication de grande qualité, en langue française, conjuguée sur tous les supports pour être encore plus proches de vous… Au plaisir de vous retrouver le 27 juin pour une journée scientifique exceptionnelle. Ensemble, passionnément !

Claudie Damour-Terrasson – Présidente et Directrice de la publication

ÉDITORIAL

Joyeux anniversaire !

Une immense lumière apparaît dans la salle des fêtes, toutes les personnes réunies perçoivent l’émotion de l’événement. Les bougies dressées sur le gâteau éclairent forcément intensément : elles sont cent. Un sentiment associant reconnaissance et fierté monte en pensant à tous les auteurs qui, depuis toutes ces années, ont nourri, partagé leurs savoirs, leurs compétences presque chaque semaine durant ce siècle d’articles. Dès l’origine, les créateurs de La Semaine Dentaire (devenue L’Information Dentaire en 1938) ont voulu un hebdomadaire fait d’actualités et riche d’informations cliniques permettant « le progrès de l’art dentaire ». Aussi, au cours des années, l’Id a collecté, analysé, partagé toutes les merveilleuses évolutions de l’odontologie.

Ces améliorations de nos traitements se sont peu à peu construites sur des données, des références scientifiques conduisant à une mutation de l’art dentaire vers la médecine bucco-dentaire. Le soutien des connaissances acquises au cours du temps est la nécessaire base de tous les progrès. L’Id a une mémoire, une action et des projets. Car si le passé constitue l’assise, le présent, par la pratique, doit pouvoir déterminer les nouveaux concepts que le futur se chargera de préciser.

Et parmi tous ces visages réjouis, quel sera de celui de l’Id en 2119 ?

Gageons que le support papier a encore de belles années devant lui. Il devrait d’ailleurs faire bon ménage avec le numérique puisqu’ils sont complémentaires. Inéluctablement, votre hebdomadaire s’adaptera aux nouvelles technologies de communication, au premier rang desquelles le web, dont l’intérêt est d’offrir un contenu additionnel, du fait de son espace inégalable et du caractère interactif qui fait sa spécificité. Le numérique s’adaptera de plus en plus finement à l’utilisateur pour lui proposer une expérience propre à travers une palette de supports différents via les outils de consultation actuels et à venir.

Mais un élément restera inchangé : la confiance qui s’est établie au fil des années entre le praticien lecteur, les auteurs, les industriels du monde dentaire et l’Id. Elle nous renforce et nous stimule pour continuer à vous offrir nos services actuels aux côtés desquels d’autres formes d’avantages et de services innovants pourraient voir le jour.

Espérons que le visage du chirurgien-dentiste soit serein dans 100 ans et qu’il reste le maître de cette belle structure médicale qu’est le cabinet dentaire, qu’il conserve ses choix thérapeutiques, qu’il garde la liberté de travailler avec ses partenaires de l’industrie et ses laboratoires préférés.

Quoi que nous apporte le futur, à l’Id, nous nous engageons à rester à vos côtés pour vous informer, vous soutenir et partager… pour le meilleur.

Michèle Reners et Michel Bartala – Rédacteurs en chef


100 années d’existence, d’écriture…

Une idée simple (en réalité complexe) définit le passage entre deux étapes de l’évolution de l’humanité, la Préhistoire et l’Histoire. Les traces, les signes et les écrits qui nous sont parvenus fixent cette frontière conjecturale, qui ne peut être dissociée d’une évidence : l’apparition de l’écriture.
La lecture a sans doute précédé l’écriture si l’on considère que le chasseur-cueilleur a appris, obligé pour assurer sa survie, à observer les signes que la nature lui divulguait.

Très vite – même si géographiquement cet événement n’a pas été concomitant sur notre planète (toutes les civilisations n’ont pas maîtrisé l’écriture au même moment) –, le besoin d’écrire s’est imposé. Pour transmettre, pour compter (les tablettes sumériennes en écriture cunéiforme), pour enseigner, pour renseigner !

L’apparition de l’alphabet grec, issu de l’alphabet phénicien, atteste que l’écriture ne peut se dissocier de celle du langage, comme les peintures rupestres pourraient être considérées comme des idéogrammes, prémices de l’écriture, pour exprimer des idées subjectives, intellectuelles, voire religieuses.

D’observateur, l’être humain est ainsi devenu acteur de son existence, fixant le présent dans une histoire en mouvement. Les idées (parfois sous contrôles) se sont développées et diffusées. Cette évolution, celle de l’Homo Sapiens, a duré plusieurs millions d’années… Et nous voici en ce mois de juin 1919.

Des hommes, des femmes (moins nombreuses alors), se sont sentis investis d’une mission, d’un besoin d’informer, de transmettre, d’échanger leurs connaissances. Comme leurs ancêtres, ils sont devenus acteurs de leur présent, avec la conviction et la certitude d’être utiles à d’autres. C’est la création de La Semaine Dentaire.

Alors, les acteurs se succèdent. Certains disparaissent, d’autres intègrent, dans la mouvance, les équipes éditoriales. Les idées foisonnent, s’opposent, s’unissent. Tous pourtant ont le même objectif, le même idéal nourri par la même conviction : informer, transmettre, enseigner. Construire le présent/passé sur papier, et sous forme numérique aujourd’hui.

Ils sont, nous sommes, les héritiers de ces hommes préhistoriques habités du même désir.
Aujourd’hui, notre, votre revue a cent ans. Pendant cette longue vie, elle a été le témoin de notre profession, de ses évolutions, de ses révolutions. Toujours présente, elle porte en elle le témoignage des moments importants qui ont, parfois insidieusement, transformé notre exercice. Elle nous offre en outre des repères de l’Histoire qui a baigné les vies de nos consœurs et confrères.
Durant cent ans, son histoire se fabrique sous l’impulsion de talents aux profils souvent différents.

Cent ans… une seconde à l’échelle de l’Humanité. Mais assez pour que l’Id s’imprègne des valeurs de ses créateurs, qui l’ont modelée à l’image du rôle qu’ils lui prêtaient. Un profil subtilement ciselé par les femmes et les hommes, certains connus et reconnus, d’autres plus discrets, mais toujours indispensables, qui ont participé à l’aventure. Des cohabitations surviennent, génératrices de conflits plus ou moins féconds. Tout cela a contribué à façonner la revue pour aboutir à ce qu’elle est aujourd’hui.

Un an, deux ans… dix ans ! Puis la main passe. Et c’est bien légitime ! Car les lecteurs et la société changent également.

De l’Art dentaire à la médecine bucco-dentaire, notre profession s’est transformée, imposant de nouvelles règles, souvent difficiles à admettre ou à intégrer eu égard à nos cultures, à nos us et coutumes.

Bien entendu, l’histoire est figée, même si on la découvre un peu plus chaque jour, mais bien malin qui peut prédire l’avenir.

Pourtant, un lieu commun, une banalité, une évidence, s’impose : les équipes de demain sauront porter aussi haut les idéaux d’hier mais différemment. Bien sûr ! Et c’est tant mieux.
À chacun sa nostalgie. À chacun ses espoirs.

Michel Pompignoli – Directeur scientifique