Agnès Buzyn relance le débat sur le tiers payant généralisé

  • Publié le .
Information dentaire

Invitée de Jean-Jacques Bourdin le 22 octobre sur RMC, la ministre de la Santé Agnès Buzyn a relancé le débat sur le tiers payant généralisé.

« Le tiers payant intégral c’est pour quand ? » lui demande l’interviewer. « Ca arrive techniquement, répond la ministre. Nous sommes en capacité de proposer la partie tiers-payant sur les mutuelles (…) il y a des dispositifs qui deviennent opérationnels notamment chez les médecins et je tiens à ce que ce tiers-payant intégral soit disponible cette année ».

Agnès Buzyn avait repoussé le tiers-payant généralisé obligatoire voulue par Marisol Touraine en 2017, le temps de mettre en place un dispositif capable de gérer la partie mutuelle.

« Ce qu’il faut maintenant, insiste la ministre, c’est que chaque professionnel intègre cette nouvelle technique pour offrir le service aux patients (…) « notamment pour le remboursement des lunettes, des audioprothèses et du dentaire » dans le cadre 100 % Santé (RAC 0 en dentaire).

A aucun moment le caractère obligatoire du tiers payant n’est évoqué par la ministre qui a toujours privilégié un système non contraint. On ne sait pas non plus à quel système technique elle fait référence.

La solution Paymed ?
L’association des mutuelles et complémentaires dite l’Inter-AMC propose déjà une solution de tiers payant. Mais l’Union Nationale des Professionnels de Santé (UNPS) qui représentent 400 000 libéraux de santé (dont la FSDL, Les CDF et l’Union Dentaire) a toujours demandé aux professionnels de santé libéraux de refuser de signer le contrat individuel proposé par l’Inter-AMC notamment parce que l’ensemble des assureurs complémentaires ne sont pas membres de l’Inter-AMC et que le professionnel de santé doit traiter les problèmes rencontrés avec chacun des organismes complémentaires individuellement – l’Inter-AMC ne faisant pas réellement office d’interlocuteur unique.

Récemment, une autre solution a émergé. Baptisée Paymed, elle est pilotée par sept syndicats de professionnels de santé (médecins, pharmaciens, biologistes, kinés, infirmiers,etc. mais pas de dentistes) ainsi que Resopharma, un géant du tiers-payant en officine et le Crédit Agricole. Pour ne pas « rester seuls face aux complémentaires qui peuvent imposer un cahier des charges » expliquent ces syndicats, ils entendent négocier un « conventionnement national collectif » avec l’Union nationale des organismes d’assurance-maladie complémentaires (UNOCAM). Cette solution est testée, semble-t-il avec succès, depuis le mois mai dernier.

Thèmes abordés

Commentaires

Laisser un commentaire

Sur le même sujet

Exercice professionnel

Diplôme « Assistante dentaire qualifiée de niveau 2 » : dossier au point mort ?

« Clairement, la ministre a mis le dossier en bas de la pile. Il est au point mort », a lancé...
Exercice professionnel

Levée d’interdiction de la publicité : vers une révision du code de la santé publique

Dans une décision du 6 novembre, le Conseil d’Etat donne raison à une consœur qui attaquait la ministre de la...
Exercice professionnel

Les soignants broient du noir

Quand la réalité quotidienne d’un métier percute une vocation : 96,5 % des soignants déclarent aimer leur métier mais seulement 26,9 % recommanderaient à...
Exercice professionnel

« Briser le tabou » de la liberté d’installation

La fédération d’associations d’usagers du système de santé, France Assos Santé, souhaite que la question de la liberté d’installation « ne soit...
Exercice professionnel

9 % des cabinets dentaires seraient à l’origine de refus de soins

« Les refus de soins discriminatoires liés à la vulnérabilité économique sont le fait de 9 % des cabinets dentaires, 11 % pour...
Exercice professionnel

Des dentistes à la régulation du SAMU-Centres 15 ?

Un amendement au Projet de loi de financement de la sécurité sociale (PLFSS) adopté par la Commission des affaires sociales...