Boulimie et hyperphagie boulimique : les chirurgiens-dentistes en première ligne

  • Publié le . Paru dans L'Information Dentaire n°32 - 25 septembre 2019

Smiling fat man eats burger sitting before a TV-set

Information dentaire
La Haute autorité de santé (HAS) et la Fédération française d’anorexie boulimie ont publié le 12 septembre une série de recommandations sur le repérage et la prise en charge des patients touchés par la boulimie et hyperphagie boulimique. Elles mettent l’accent sur le rôle des professionnels de santé de première ligne : médecins généralistes, urgentistes, gynécologues et… chirurgiens-dentistes. « Les signes d’alerte ne doivent pas leur échapper », insiste la HAS. Parmi les patients à risque : les étudiants, les sportifs et les personnes souffrant d’obésité ou, au contraire, d’insuffisance pondérale.

La Haute autorité de santé (HAS) et la Fédération française d’anorexie boulimie publient aujourd’hui (12 septembre) les premières recommandations sur le repérage et la prise en charge de ces troubles.

Elles mettent l’accent sur le rôle des professionnels de santé de première ligne : médecins généralistes, urgentistes, gynécologues et chirurgiens-dentistes. « Les signes d’alerte ne doivent pas leur échapper », insiste la HAS. Parmi les patients à risque : les étudiants, les sportifs et les personnes souffrant d’obésité ou au contraire d’insuffisance pondérale.

Certains signes doivent alerter : une érosion des dents, un angle sous-mandibulaire gonflé, une abrasion de la main liée aux vomissements, des troubles de la fertilité, une hypokaliémie, une demande de régime amaigrissant voire de chirurgie bariatrique…

« Les professionnels de santé doivent être attentifs au risque accru de complications et de surmortalité dû aux troubles métaboliques induits ainsi qu’au risque important de suicide chez ces personnes », souligne encore la HAS.

Comme pour l’anorexie mentale, la boulimie et l’hyperphagie boulimique sont fréquemment associées à la dépression, aux troubles de la personnalité, aux troubles anxieux ou aux troubles addictifs.

La boulimie et l’hyperphagie boulimique se manifestent par des crises durant lesquelles la personne ingère une grande quantité de nourriture, de manière compulsive, avec un sentiment de perte de contrôle. Chez les personnes boulimiques, ces crises sont suivies d’un comportement compensatoire afin d’éviter la prise de poids : vomissements, prises de laxatifs ou de diurétiques, exercice physique…

La boulimie touche particulièrement les adolescentes et jeunes adultes. On estime que 1,5 % des 11-20 ans en souffrent, parmi lesquels trois fois plus de filles que de garçons.

L’hyperphagie boulimique est quant à elle plutôt diagnostiquée à l’âge adulte et touche presque autant les hommes que les femmes, 3 à 5 % de la population seraient concernés.

Les recommandations sont ici : https://bit.ly/2lSrsEk

Thèmes abordés

Commentaires

Laisser un commentaire

Sur le même sujet

Exercice professionnel

Le SFCD aurait-il trouvé la parade contre la multiplication des centres dentaires ?

Le Syndicat des femmes chirurgiens-dentistes (SFCD) propose le 14 octobre dans un communiqué « LA solution qui mettra tout le monde...
Exercice professionnel

Le Collectif « SOS retraites » appelle à manifester le 3 février

Après avoir réuni près de 20 000 manifestants le 16 septembre dernier à Paris, le Collectif « SOS retraites » appelle à...
Exercice professionnel

Un quart des médecins ne suivent pas les messages de prévention

Plus d’un médecin libéral sur deux pense que les médecins sont en général moins bien soignés que leurs patients (53 %),...
Exercice professionnel

Retraite : des négociations profession par profession

« Nous rencontrerons avec Agnès Buzyn l’ensemble des professions de santé. Nous prévoyons plusieurs centaines de réunions d’ici à la fin...
Exercice professionnel

Évaluer et fiabiliser les thérapeutiques

La première enquête du réseau de REcherche Clinique en Odontologie Libérale (RECOL) vient d’être lancée ! Elle porte sur une problématique...
Exercice professionnel

Les résultats nets moyens des cabinets dentaires sont en hausse de 8,4 % en 2018

Un cabinet dentaire a dégagé en 2018 un résultat net moyen de 122 058 €, en hausse de 8,4  %...