Honoraires & Nomenclatures, la septième édition

  • Publié le . Paru dans L'Information Dentaire n°1 - 15 janvier 2020
Information dentaire

Trois questions à Marc Sabek

Quel est l’objectif pour cette septième édition, très attendue ?

Marc Sabek : La complexité de la réglementation de la Sécurité sociale épuise les praticiens, sans pour autant être utile ni à améliorer l’accès aux soins, ni à mieux gérer les ressources de protection sociale.
Avec la Convention de juin 2018, on a carrément multiplié cette complexité par 2, par 3… Nos consœurs et confrères attendaient donc qu’on essaie de leur présenter les nouvelles règles dans la même approche pratique et pragmatique à laquelle ils étaient habitués dans Honoraires & Nomenclatures depuis plus de dix ans. L’objectif de cette édition est donc de rendre applicable une convention dont l’aspect « paperassier » est capable de dérouter la plupart d’entre nous !

Un véritable défi ! Comment avez-vous procédé pour le relever ?

Le concept « un acte/une page » a été profondément remodelé tout en conservant la simplicité et la lecture de l’essentiel « en un coup d’œil ». Trois clés rendent cette lisibilité instantanée :
– l’en-tête de page : il situe l’acte suivant sa classe de tarification : « opposable », « honoraires libres » ou dans l’un des trois paniers, avec les codes couleurs adoptés pour chaque panier (ci-dessus, l’exemple de la couronne céramo-métallique [1]). Dans tous les cas où les honoraires ne sont pas encadrés, une fourchette des honoraires moyens, généralement constatés, est donnée à titre indicatif ;
– un pavé, en fin de page [2], précise le code CCAM, le libellé et toutes les informations de facturation.
– enfin, l’évolution des honoraires, telle que prévue par la convention sur les cinq prochaines années, est précisée pour chaque acte [3].

Y a-t-il d’autres nouveautés dans cette édition ?

C’est quasiment un nouveau livre ! Plus de 80 % du texte a été réécrit, plus de 90 % des illustrations sont de nouveaux cas cliniques ! Mais le véritable apport de cette édition est son orientation davantage marquée en omnipratique, mettant l’accent sur trois piliers fondamentaux pour gagner le défi économique :
– les actes NPC sont plus facilement repérables. Leur intégration dans les devis est plus aisée. On est incité à les réaliser et à les inclure dans les traitements et le champ de compétence de chacun ;
– plus que dans les précédentes éditions, les illustrations, les notations et expressions sont destinées à être utilisées par les assistantes pour expliquer aux patients les traitements proposés et leurs coûts ;
– les précisions sur les « indications » des actes confortent le choix du chirurgien-dentiste pour appliquer la CCAM de manière confortable. Ce sont là des précisions utiles lorsqu’il faut présenter au patient un devis, ou le conseiller sur l’utilité d’un acte. Ces mêmes indications constituent également une aide précieuse lorsque la justification de l’acte est contestée lors d’un contrôle d’activité.

Thèmes abordés

Commentaires

Laisser un commentaire

Sur le même sujet

Exercice professionnel

TPE : les reports de charges pourront être étalés jusqu’à trois ans

Les TPE et PME ayant bénéficié d’un report de charges sociales et fiscales pendant la crise sanitaire, pourront obtenir un délai supplémentaire de...
Exercice professionnel

Article réservé à nos abonnés « Comment j’ai vécu le passage au RAC 0 »

L’expérience de Déborah, assistante en cabinet mutualiste à Paris À la MGEN, des assistantes dites « référentes » de par leur ancienneté ont le...
Exercice professionnel

Article réservé à nos abonnés Situation de crise et fermeture des cabinets dentaires

Face à cette situation exceptionnelle, et afin de limiter son impact sur le marché du travail et protéger les emplois,...
Exercice professionnel

« Mon DPC » : la traçabilité des actions de DPC

A partir de la mi-juillet, l’Agence nationale du Développement professionnel continu (DPC) déploie auprès des professionnels de santé un « document...
Exercice professionnel

Covid-19 : pas de report des cotisations CARCDSF en août et septembre

Alors que le conseil d’administration de la Caisse avait proposé, le 25 juin, un nouveau report des cotisations pour les mois...
Exercice professionnel

Les substituts nicotiniques sont de plus en plus prescrits par les chirurgiens-dentistes

Les chirurgiens-dentistes, quotidiennement confrontés aux méfaits du tabac, font partie des professionnels de santé les mieux placés pour repérer le...