Bridge cantilever sur implant unitaire, une alternative au remplacement de l’incisive latérale : raisons et mise en œuvre clinique

  • Par
  • Publié le . Paru dans Parodontologie Implantologie Orale, un nouveau regard n°1 - 15 mars 2023 (page 22-30)
Information dentaire
L’utilisation de bridge collé comme décrit par Tirlet et Attal [1] répond au défi de l’édentement unitaire antérieur, ainsi qu’à la complexité biomécanique, biologique et esthétique de ces situations. Dans le cadre d’un édentement binaire en secteur antérieur (incisive centrale – incisive latérale ou canine – incisive latérale), la solution implantaire prend tout son intérêt. Des travaux récents par éléments finis proposent et valident scientifiquement le recours aux bridges cantilevers supportés par un implant unitaire. Cet article a pour but de poser les bases à travers une revue de la littérature, ainsi que de décrire les étapes de sa réalisation clinique.

Dans le cadre de cet article, nous allons évaluer la viabilité des implants supportant une extension cantilever afin de remplacer l’incisive latérale manquante et analyser les aspects de sa réalisation clinique.

La perte d’une ou plusieurs dents en secteur antérieur représente pour le patient un handicap esthétique et un inconfort dans sa vie sociale. Les situations de traumatisme et d’agénésie sont les deux causes principales de la perte dentaire dans le secteur antérieur. La fréquence des traumatismes sur dents permanentes survient en particulier chez l’adolescent et le jeune adulte. D’autre part, l’agénésie des dents permanentes affecte en général l’incisive latérale maxillaire. Le taux de succès implantaire important permet de s’intéresser à des nouvelles indications esthétiques et fonctionnelles. Le positionnement 3D correct de l’implant est une composante essentielle dans sa réussite et la pérennité de la restauration implantaire. Les logiciels de planification assistée par ordinateur permettent ce bon positionnement, préalablement déterminé en fonction du projet prothétique et du volume osseux disponible. Le positionnement de l’implant se doit de respecter une distance de 1,5 mm avec les dents adjacentes, 3 mm entre les implants, tout en gardant un minimum de volume osseux vestibulaire. Cette distance interimplantaire se doit d’être rigoureuse afin de garder une hauteur papillaire suffisante, éviter les triangles noirs, prévenir toute potentielle perte osseuse et obtenir, bien sûr, un bon résultat esthétique. Parmi les différentes options de traitement pour remplacer deux dents antérieures, l’utilisation d’un implant unitaire supportant une couronne avec cantilever a été proposée dans des situations où l’espace mésio-distal était limité (fig. 1).

L’intégration esthétique et prothétique est rendue compliquée du fait de l’étendue limitée de l’éden-tement.

Cet article est réservé aux abonnés.
Pour lire la suite :

Vous êtes abonné.e ? Connectez-vous
Mot de passe
oublié ?

Vous pouvez également :

Acheter l'article En version numérique
Acheter le numéro À l'unité

Thèmes abordés

Sur le même sujet

Implantologie chirurgicale

Article réservé à nos abonnés Greffes osseuses : incontournables ou surtraitement ? La battle

Responsable scientifique : Romain Doliveux Intervenants : Aurélien Thollot, Sepehr Zarrine La perte de l’organe dentaire est toujours suivie d’un remodelage alvéolaire...
Implantologie chirurgicale

Article réservé à nos abonnés Le défi de l’implant sous-sinusien

Responsable scientifique : Julien Mourlaas Intervenants : Frédéric Chamieh, Alexandre Dagba Proposée initialement par Tatum en 1977, reprise par Boyne...
Implantologie Implantologie chirurgicale

Article réservé à nos abonnés La régénération osseuse guidée en implantologie : une approche revisitée après trente ans d’expérience

Remaniements tissulaires post-extractionnels L’extraction d’une dent déclenche une série de modifications des tissus environnants [1]. Il existe un affaissement du...