Chirurgie implantaire : technique guidée ou main libre ?

  • Par
  • Publié le . Paru dans Stratégie Prothétique n°5 - 15 décembre 2021 (page 320-328)
Information dentaire
  1. La chirurgie guidée a-t-elle évolué au niveau technique ?
  2. Peut-elle trouver sa place en omnipratique ?
  3. Peut-elle améliorer la pratique d’un chirurgien expérimenté ?
  4. Est-elle utile d’un point de vue médico-légal ?

Les premiers pas en implantologie avaient comme objectif l’obtention de l’ostéo- intégration des implants et l’observation de leur taux de survie [1,2], afin de disposer d’ancrage qui permettait une stabilisation d’une prothèse principalement transvissée. Malheureusement, de nombreux patients disposaient d’un volume osseux insuffisant pour avoir recours à l’implantologie. L’attention s’est ensuite focalisée sur les techniques d’augmentation osseuse autogène, et plus tard sur la régénération osseuse guidée [3,4]. Ces techniques ont permis d’évoluer vers un placement en 3D des implants davantage en relation avec les prothèses grâce au volume osseux nouvellement disponible.

Aujourd’hui, les patients évaluent de plus en plus la réussite de leur traitement implantaire sur des critères esthétiques [5]. Furhauser et coll. proposèrent un système d’évaluation prenant particulièrement en compte les tissus mous péri-implantaires (Pink Esthétique Score), qui sont souvent problématiques [6]. En effet, les patients remarquent les moindres différences de profil des tissus mous, même lorsqu’il ne s’agit que de quelques millimètres, d’autant plus lorsqu’elles donnent lieu à une asymétrie [7]. Les variations de teinte des tissus mous sont aussi considérées comme problématiques par le patient, par exemple lorsqu’un positionnement inadéquat laisse transparaître le titane de l’implant [8]. Enfin, Grunder et coll. ont décrit clairement en 2005 les critères esthétiques des implants antérieurs, notamment en ce qui concerne leur positionnement dans les trois plans de l’espace [9].

Historiquement, l’évaluation des volumes osseux disponibles pour positionner un implant se faisait par examen des clichés rétroalvéolaires et de la radiographie panoramique. L’évaluation de l’épaisseur osseuse pouvait aussi se faire avec un système de compas sous anesthésie locale, ou simplement par une palpation manuelle…

Cet article est réservé aux abonnés.
Pour lire la suite :

Vous êtes abonné.e ? Connectez-vous
Mot de passe
oublié ?

Vous pouvez également :

Acheter l'article En version numérique
Acheter le numéro À l'unité

Thèmes abordés

Sur le même sujet

Implantologie Implantologie chirurgicale

Article réservé à nos abonnés Prévoir les résultats et maintenir les acquis en implantologie

Une réhabilitation implanto-portée a pour but de restaurer la fonction et l’esthétique sur le long terme [1]. Dans l’esprit des...
Implantologie chirurgicale

Article réservé à nos abonnés Régénération d’une lésion intra-osseuse par approche chirurgicale minimalement invasive

Résumé La prise en charge des maladies parodontales débute par le contrôle des facteurs de risques systémiques et locaux modifiables. À...
Implantologie chirurgicale

Article réservé à nos abonnés La logique implantaire revisitée : le concept de muco-intégration

Historiquement, une attention limitée était prêtée au pilier intermédiaire. Son rôle se résumait à l’assemblage de la prothèse et de...
Implantologie Implantologie chirurgicale

Article réservé à nos abonnés Lésion nerveuse du nerf alvéolaire inférieur lors d’une pose implantaire

Rappels Le nerf alvéolaire inférieur (NAI) est le plus touché (64,4 % des cas) lors des chirurgies implantaires du fait de...
Implantologie chirurgicale

Article réservé à nos abonnés Gestion des complications en prothèse implantaire

L’analyse rapide de la littérature [1-6] nous montre que (tableau 1) : les complications mécaniques sont plus importantes avec la prothèse...