Intérêt des piliers intermédiaires immédiats transformant un implant « bone level » en « tissue level »

  • Par
  • Publié le . Paru dans L'Information Dentaire n°27 - 17 juillet 2019 (page 68-74)
Information dentaire

Les fabricants d’implants en deux pièces proposent désormais un pilier intermédiaire spécifique qui se visse directement sur le col implantaire lors de la chirurgie et qui n’est plus ultérieurement appelé à être dévissé. Nous proposons ici des exemples d’utilisation de ce pilier intermédiaire dans une indication autre que celle qui a été initialement prévue en peropératoire.

Depuis les débuts de l’implantologie, deux types d’implants dentaires coexistent : les implants en 2-temps chirurgicaux et les implants en 1-temps chirurgical.

L’implant en 1-temps chirurgical est composé de deux parties distinctes constituées en une seule pièce, d’une partie rugueuse en forme de vis qui vient au contact du tissu osseux et d’un col lisse qui vient au contact de la gencive. Immédiatement après la chirurgie, les tissus mous débutent leur cicatrisation autour du col et forment une attache épithéliale qui n’est plus altérée lors des étapes prothétiques ultérieures, lesquelles prendront place au niveau du sulcus. Ce type d’implant est, de ce fait, appelé implant « tissue level ».

Au niveau biologique, l’absence, à proximité de la crête osseuse, d’un joint pilier-implant et d’un hiatus entre ces deux composants constitue l’un des avantages de ce dessin implantaire. Cependant, la hauteur du col implantaire est fixe et constante, au mieux deux hauteurs de col sont proposées. Elle ne permet pas de s’adapter aux hauteurs locales de la gencive et le résultat esthétique n’est pas toujours au rendez-vous. Il est possible de contourner cette difficulté en posant l’implant en position sous-crestale. Cependant, une position sous-crestale de la limite entre la zone lisse du col et la zone rugueuse de l’implant induit irrémédiablement une lyse physiologique osseuse [1, 2].

L’implant en 2-temps chirurgicaux est composé de deux pièces, de l’implant en forme de vis et d’un pilier transgingival…

Cet article est réservé aux abonnés.
Pour lire la suite :

Vous êtes abonné.e ? Connectez-vous
Mot de passe
oublié ?

Vous pouvez également :

Acheter l'article En version numérique
Acheter le numéro À l'unité

Thèmes abordés

Sur le même sujet

Implantologie chirurgicale

Réhabilitations maxillaires complètes de grande étendue

À travers deux cas cliniques, cet article va se focaliser sur les réhabilitations complètes fixes implanto-portées et distinguer : –...
Implantologie chirurgicale

Reconstruction osseuse verticale du secteur antérieur avec les armatures en titane

Dans la zone esthétique, une épaisseur osseuse de 2 à 4 mm est préconisée antérieurement au col implantaire [2-5]. Elle...
Implantologie chirurgicale

Reconstruction osseuse autogène en secteur esthétique

La technique de greffe autogène est basée sur la préparation des blocs corticaux mandibulaires prélevés dans la zone rétro-molaire. La...
Implantologie chirurgicale

Traitement par extractions partielles : rationnel, indications cliniques et technique

L’extraction dans le secteur antérieur ne doit être indiquée que s’il n’existe pas d’alternative. La plus grande difficulté consiste à...
Implantologie chirurgicale

Positionnement 3D des implants dans le secteur antérieur : enjeux et mise en œuvre

Les patients évaluent de plus en plus la réussite de leur traitement implantaire grâce à des critères esthétiques [1]. Dès...
Implantologie chirurgicale

Considérations sur le profil d’émergence implantaire du secteur antérieur

Stratégies implantaires esthétiques Initialement, les critères de succès de l’implant étaient limités à l’établissement et au maintien dans le temps...