La logique implantaire revisitée : le concept de muco-intégration

  • Par
  • Publié le . Paru dans L'Information Dentaire n°32 - 22 septembre 2021 (page 16-26)
Information dentaire

Le recours à un pilier intermédiaire définitif qui transforme un implant juxta-osseux (« bone level implant ») en un implant transgingival (« tissue level implant ») s’est récemment développé. Son originalité tient au fait qu’il est est vissé immédiatement au col implantaire lors de la mise en place de l’implant, pour ne plus être déposé, soit plus tard après l’obtention de l’ostéointégration. Il a pour ambition de minimiser, voire d’éviter la perte osseuse crestale secondaire aux multiples déconnexions-connexions entre le pilier et l’implant ayant lieu au cours des diverses étapes prothétiques qui mènent à la prothèse d’usage. Cet article présente l’utilisation de ce pilier intermédiaire et son rationnel scientifique à travers plusieurs cas cliniques.

Historiquement, une attention limitée était prêtée au pilier intermédiaire. Son rôle se résumait à l’assemblage de la prothèse et de l’implant. Au fil du temps, il a beaucoup évolué. Sa position est aujourd’hui l’objet de toutes les attentions. Il se trouve placé dans un environnement de tissus fragiles et on lui attribue actuellement une place prépondérante dans la prévention de la perte osseuse crestale et du vieillissement tissulaire.

Dans les années 80, une perte osseuse péri-implantaire de 1 à 2 mm durant la première année était considérée comme physiologique et inévitable à la mise en fonction des implants [1].

Depuis, on a compris qu’une lyse osseuse de cette ampleur pouvait être largement réduite. De nombreux paramètres influençant le remodelage osseux – en causant des pertes osseuses péri-implantaires – ont été identifiés [2-4] parmi lesquels :

  • le positionnement du col implantaire par rapport à la crête, en position crestale ou sous-crestale [5] ;
  • l’épaisseur de la table vestibulaire en regard des implants [6] ;
  • le biotype gingival [7] ;
  • le platform-switching [8] ;
  • le type de connectique utilisé [9] ;
  • l’influence du torque d’insertion [10].

La perte osseuse péri-implantaire est peu prévisible : parfois absente, mais souvent inexorablement présente. Devant la grande variabilité des résultats cliniques et expérimentaux, force est de reconnaître son origine multifactorielle.

Pour les implants « bone level », de multiples séquences de dévissage/revissage sont nécessaires avant la pose de la prothèse d’usage (dépose du pilier de cicatrisation, mise en place du transfert d’empreinte, mise en place de la provisoire, modification du profil d’émergence de la provisoire, réglages des points de contact, nouvelle prise d’empreinte et enfin mise en place de la prothèse d’usage). Ces manœuvres altèrent le sceau épithélio-conjonctif qui s’est créé ab origine…

Cet article est réservé aux abonnés.
Pour lire la suite :

Vous êtes abonné.e ? Connectez-vous
Mot de passe
oublié ?

Vous pouvez également :

Acheter l'article En version numérique
Acheter le numéro À l'unité

Thèmes abordés

Sur le même sujet

Implantologie Implantologie chirurgicale

Article réservé à nos abonnés Lésion nerveuse du nerf alvéolaire inférieur lors d’une pose implantaire

Rappels Le nerf alvéolaire inférieur (NAI) est le plus touché (64,4 % des cas) lors des chirurgies implantaires du fait de...
Implantologie chirurgicale

Article réservé à nos abonnés Gestion des complications en prothèse implantaire

L’analyse rapide de la littérature [1-6] nous montre que (tableau 1) : les complications mécaniques sont plus importantes avec la prothèse...
Implantologie chirurgicale

Article réservé à nos abonnés L’extraction implantation immédiate en secteur postérieur associée à la mise en œuvre du pilier SSA

Depuis plusieurs années, l’extraction implantation immédiate apparaît comme une stratégie de traitement arborant un nombre fleurissant de publications scientifiques [1,...