Prothèse complète : un travail d’équipe

  • Par
  • Publié le . Paru dans Stratégie Prothétique n°4 - 15 septembre 2022 (page 266-275)
Information dentaire
– Quels sont les points clés et étapes qui nécessitent une communication avec le prothésiste lors de la réalisation d’une prothèse complète immédiate ?
– Quels sont les pièges de la prothèse complète immédiate ?
– Quels sont les intérêts d’une prothèse immédiate soignée et bien ajustée ?
– Quel est l’intérêt de la table HIP en prothèse complète ?
– Quel moyen de communication avec son prothésiste ?

La réalisation d’une prothèse fait concourir trois acteurs de soins, à savoir le patient, le prothésiste et le praticien. Il est rare que tous les acteurs soient amenés à se retrouver et échanger leurs points de vue. Il paraît pourtant évident que la communication aura une conséquence directe sur la qualité de la restauration finale. Le travail, une fois fini, devra satisfaire les besoins et attentes de ce trio.
L’objectif de cet article est de mettre en avant les points de communication essentiels du praticien et du prothésiste à travers un cas clinique. La première partie abordera la réalisation d’une prothèse transitoire immédiate bi-maxillaire. Une seconde partie sera consacrée à la réalisation d’une prothèse d’usage bi-maxillaire dans un prochain article.

Recueil des données

L’examen clinique montre un patient de 67 ans, fumeur de 1,5 paquet de cigarettes par jour depuis 35 ans et n’ayant aucun problème de santé général, souhaitant une réhabilitation de son sourire.

Les dents 15, 16, 17 et 12 ont été extraites en urgence en raison d’un abcès alvéolaire aigu ou d’une mobilité 4 gênant l’alimentation du patient.

Ce dernier présente une maladie parodontale chronique sévère avec une atteinte de furcation de classe 2 (Nyman) et des égressions compensatrices.

Le choix se porte donc vers la réalisation d’une prothèse complète immédiate suivie d’une prothèse complète d’usage à quatre mois postopératoires.

À ce stade, la photographie préopératoire est le premier point clé de la communication avec le laboratoire (fig. 1 à 3). Cela permet au prothésiste, ainsi qu’au praticien, d’avoir une première analyse de la typologie du patient ; ce qui aidera par la suite le choix de la forme des dents et des éventuelles animations du montage [1].

Le patient appartient au morphotype digestif (classification de Sigaud) avec un visage carré (fig. 4…

Cet article est réservé aux abonnés.
Pour lire la suite :

Vous êtes abonné.e ? Connectez-vous
Mot de passe
oublié ?

Vous pouvez également :

Acheter l'article En version numérique
Acheter le numéro À l'unité

Thèmes abordés

Sur le même sujet

Prothèse

Article réservé à nos abonnés Coiffes télescopes dento-portées en polymère thermoplastique. Réflexions thérapeutiques autour d’un cas clinique

Un patient de 81 ans se présente en consultation dans le cadre d’une demande de réhabilitation prothétique mandibulaire. L’anamnèse indique...
Prothèse

Article réservé à nos abonnés Prothèse sur implant : mise en charge immédiate

Force est de constater que la réussite du traitement dépendra du sérieux de la mise en œuvre des étapes pré-prothétiques...
Prothèse

Article réservé à nos abonnés Praticien-prothésiste, le duo gagnant au service du patient édenté. Présentation du concept Aera Smile

Féru de lectures sur la prothèse dentaire et assidu à de nombreuses formations continues, Philippe Pisseloup a occupé son exercice...
Prothèse

Article réservé à nos abonnés Le système BDT. Version ibérique

Le système BDT (Burnout Denture Tooth Technique) compte chaque jour davantage d’utilisateurs du fait de la simplicité de son protocole,...
Prothèse

Article réservé à nos abonnés Approche de prothèse partielle sur obturateur. La prothèse au quotidien

Si l’on devait définir de façon simple et concise la prothèse maxillo-faciale au laboratoire en comparaison avec la prothèse amovible...
Prothèse amovible

Article réservé à nos abonnés L’axe d’insertion : un paramètre déterminant en prothèse amovible partielle

Malgré l’évolution constante des techniques chirurgicales qui ne cessent d’élargir les possibilités thérapeutiques, l’implantologie présente encore de nombreuses contre-indications [1]....