Reconstruction osseuse verticale du secteur antérieur avec les armatures en titane

  • Publié le . Paru dans L'Information Dentaire n°32 - 25 septembre 2019 (page 84-104)
Information dentaire

Par Thierry Degorce, Hadi Antoun

La reconstruction osseuse du secteur antérieur maxillaire est complexe et difficile, car elle doit répondre à plusieurs objectifs. Elle doit permettre d’assurer la stabilité primaire, biologique et fonctionnelle des implants dans le temps, leur positionnement idéal dans les trois sens de l’espace, le soutien de l’architecture des tissus mous et la création de volumes pour un résultat esthétique optimal. Elle doit également garantir une bonne stabilité du volume reconstruit dans le temps. Pour répondre à ces objectifs, les techniques choisies devraient aboutir à une augmentation osseuse horizontale, mais aussi, le plus souvent, verticale pour développer en position coronaire un « balcon osseux » propre à reproduire un volume de soutien nécessaire pour l’intégration esthétique des restaurations [1].

Dans la zone esthétique, une épaisseur osseuse de 2 à 4 mm est préconisée antérieurement au col implantaire [2-5]. Elle permet d’anticiper la formation, au niveau du col de l’implant, de l’espace biologique, et de compenser une éventuelle cratérisation qui peut en être la conséquence. Quelles que soient la forme de l’implant et son exposition au milieu buccal au premier ou au second temps chirurgical, qu’il soit en charge ou pas, un espace biologique péri-implantaire se met en place comme c’est le cas autour des dents naturelles. Il se forme dès que l’os est exposé à la flore bactérienne et à l’environnement buccal. C’est un processus physiologique et naturel qui protège l’os en le recouvrant de périoste et de tissu conjonctif, lui-même recouvert d’épithélium.

La hauteur de la résorption est classiquement mesurée de 1,5 à 2 mm à partir de la jonction implant/pilier [6]. Elle s’établit donc à peu près jusqu’à la première spire [7, 8]. La composante latérale est plus difficile à évaluer, elle se situerait autour de 0,45 mm. Toutefois, lorsque deux implants sont contigus, elle augmente lorsque la distance inter-implantaire diminue [6].
Il s’agit donc de trouver le moyen le plus approprié pour reconstruire l’os alvéolaire résorbé et d’anticiper le remodelage osseux péri-implantaire ainsi que le risque de perdre une partie, voire la totalité de l’os augmenté.

Plusieurs techniques sont classiquement proposées et leur choix va dépendre de facteurs généraux et locaux propres aux patients, mais aussi du niveau d’expertise du chirurgien. Plusieurs classifications des défauts osseux ont été proposées dans la littérature pour développer un langage commun et nous aider à choisir la stratégie la plus indiquée.
Benic et coll. distinguent 6 classes de défauts de 0 à 5 et les associent à des indications de traitement [9]. Les trois premières catégories, de 0 à 2, sont des défauts contenus…

Cet article est réservé aux abonnés.
Pour lire la suite :

Vous êtes abonné.e ? Connectez-vous
Mot de passe
oublié ?

Vous pouvez également :

Acheter l'article En version numérique
Acheter le numéro À l'unité

Thèmes abordés

Sur le même sujet

Implantologie chirurgicale

Réhabilitations maxillaires complètes de grande étendue

À travers deux cas cliniques, cet article va se focaliser sur les réhabilitations complètes fixes implanto-portées et distinguer : –...
Implantologie chirurgicale

Reconstruction osseuse autogène en secteur esthétique

La technique de greffe autogène est basée sur la préparation des blocs corticaux mandibulaires prélevés dans la zone rétro-molaire. La...
Implantologie chirurgicale

Traitement par extractions partielles : rationnel, indications cliniques et technique

L’extraction dans le secteur antérieur ne doit être indiquée que s’il n’existe pas d’alternative. La plus grande difficulté consiste à...
Implantologie chirurgicale

Positionnement 3D des implants dans le secteur antérieur : enjeux et mise en œuvre

Les patients évaluent de plus en plus la réussite de leur traitement implantaire grâce à des critères esthétiques [1]. Dès...
Implantologie chirurgicale

Considérations sur le profil d’émergence implantaire du secteur antérieur

Stratégies implantaires esthétiques Initialement, les critères de succès de l’implant étaient limités à l’établissement et au maintien dans le temps...
Implantologie chirurgicale

Revisiter la chirurgie guidée en zone esthétique

L’Implantologie Assisté par Ordinateur (IAO) met la puissance de l’informatique au service de la chirurgie implantaire [1]. L’informatique aide l’équipe...