Regards croisés sur l’extraction des premières molaires permanentes atteintes d’Hypominéralisation Molaire-Incisive (MIH)

  • Par
  • Publié le . Paru dans Réalités Cliniques n°1 - 15 mars 2024 (page 70-82)
Information dentaire
L’Hypominéralisation Molaire-Incisive (MIH) est une anomalie de structure qualitative de l’émail pouvant occasionner des fractures amélaires. Le diagnostic se fait à partir de l’examen des premières molaires permanentes. Un délabrement trop important ou une atteinte pulpaire peuvent compromettre le pronostic d’une ou plusieurs premières molaires permanentes à court ou à moyen terme, questionnant sur leur conservabilité. Nous faisons ici la distinction entre une extraction pilotée, menée chez un enfant en denture mixte afin de permettre une évolution mésiale spontanée parfois incomplète des secondes molaires, et une extraction différée, réalisée conjointement avec un traitement orthodontique. Après avoir passé en revue les indications des extractions des premières molaires permanentes et les difficultés orthodontiques inhérentes à ces avulsions, nous proposons un diagramme synthétique qui guidera le praticien dans les choix d’extractions dans un contexte d’Hypominéralisation Molaire-Incisive.

L’acronyme MIH désigne l’Hypominéralisation Molaire-Incisive, une anomalie qualitative de l’émail dentaire, touchant une à quatre premières molaires permanentes (PMP) et pouvant s’accompagner d’une atteinte des incisives permanentes, voire d’autres dents dans une moindre mesure [1]. Le nombre de dents concernées augmente avec la sévérité de l’atteinte. L’étiologie de la MIH semble multifactorielle, liée à des facteurs génétiques, systémiques et environnementaux [2].

Cette anomalie est largement répandue, avec une prévalence moyenne de 8 à 21 %, mais des disparités selon les études et les populations étudiées [3, 4]. Une étude récente menée dans le Sud-Ouest de la France a rapporté une atteinte de 18,7 % des 856 enfants examinés [5].

Les lésions des PMP liées aux MIH se caractérisent par des opacités de l’émail bien délimitées, asymétriques, qui varient du blanc crémeux au jaune-brun [6]. L’épaisseur de l’émail est normale, mais le tissu apparaît poreux et fragile, ce qui peut entraîner des fractures post-éruptives de l’émail, laissant apparaître des plages dentinaires à nu dans les cas sévères [7]. Ces pertes précoces des surfaces occlusales des molaires ont un impact fonctionnel significatif et contribuent, avec l’aspect inesthétique des taches sur les dents antérieures permanentes, à une altération de la qualité de vie des patients [8].

Ce défaut de structure entraîne également des difficultés dans la prise en charge clinique. L’hyperesthésie provoquée rend le brossage difficile et insuffisant. Les dents atteintes ont une forte prédisposition aux lésions carieuses et sont plus difficiles à anesthésier. Le taux d’échec des restaurations sur dents hypominéralisées apparaît majoré en raison de la faible hauteur marginale d’émail résiduel et de la moindre efficacité du collage sur les dents affectées par la MIH. L’hygiène bucco-dentaire déficiente des jeunes…

Cet article est réservé aux abonnés.
Pour lire la suite :

Vous êtes abonné.e ? Connectez-vous
Mot de passe
oublié ?

Vous pouvez également :

Acheter l'article En version numérique
Acheter le numéro À l'unité

Thèmes abordés

Sur le même sujet

Odontologie pédiatrique

Article réservé à nos abonnés Prothèse amovible complète pédiatrique : réflexions thérapeutiques autour d’un cas clinique

Un jeune patient âgé de 5 ans se présente en consultation d’odontologie pédiatrique avec, comme seul antécédent médical connu, la...
Odontologie pédiatrique

Article réservé à nos abonnés Anomalies de structure : mieux diagnostiquer pour mieux traiter

Le diagnostic précoce et la prise en charge adéquate des anomalies de structure est un challenge que tout chirurgien-dentiste est...
Odontologie pédiatrique

Article réservé à nos abonnés Maintien de l’espace : quand et comment ?

Tableau 1. Malocclusions rencontrées dans les trois sens de l’espace à la suite de la perte prématurée d’une ou plusieurs DT...
Odontologie pédiatrique

Article réservé à nos abonnés Luxations des dents permanentes immatures : gestion de l’urgence

Lors d’une luxation des dents permanentes immatures, ce sont les incisives maxillaires qui sont le plus souvent concernées [2]. Ces...
Odontologie pédiatrique

Article réservé à nos abonnés Prise en charge pharmacologique de la douleur chez l’enfant

En 2020, l’International Association for the Study of Pain (IASP) a reformulé la définition de la douleur. Celle-ci est désormais...
Odontologie pédiatrique

Article réservé à nos abonnés Le fluor en questions

Parler du fluor n’est pas si simple. En raison de sa haute réactivité, il n’existe pas sous forme isolée et...