Réhabilitation implantaire secteur postérieur mandibulaire et ROG

  • Par
  • Publié le . Paru dans L'Information Dentaire n°40 - 20 novembre 2019
Information dentaire

La question

Il s’agit d’évaluer, selon la situation clinique, la pertinence du recours à la technique de la régénération osseuse guidée (ROG) associée à la pose d’implant dans un contexte de déficit osseux dans le sens horizontal d’une crête postérieure mandibulaire. Nous allons, à travers l’analyse de la littérature et la présentation d’un cas clinique, proposer un protocole de gestion du déficit osseux horizontal d’une crête édentée, tant dans la gestion des tissus durs que des tissus mous.

La méthode

Pour les défauts dans le sens horizontal, Fu et Wang [1] proposent un arbre décisionnel en fonction de la largeur initiale de la crête et de la stabilité primaire de l’implant.
Différentes techniques telles que l’expansion, la distraction, la greffe d’apposition ou encore la régénération osseuse guidée sont disponibles afin de reconstituer le volume osseux résorbé à la suite de l’extraction dentaire. La ROG est l’une des possibilités pour restaurer un volume osseux insuffisant pour la mise en place d’implants dentaires. Basée sur le principe d’exclusion cellulaire [2, 3], les membranes permettent de ménager un espace cicatriciel au niveau de la zone à reconstruire, favorable à la colonisation par les cellules osseuses [4].

Deux types de membranes sont à la disposition des praticiens : non résorbables en titane ou en polytétrafluoro éthylène expansé renforcées ou non par une armature en titane, ou résorbables.
Les membranes résorbables doivent être biocompatibles, occlusives vis-à-vis des cellules épithéliales et conjonctives, maniables et capables de maintenir un espace de cicatrisation. L’un de leurs atouts majeurs est la suppression d’une étape chirurgicale de dépose. Par ailleurs, leur dégradation rapide en cas d’exposition prévient la surinfection du site, contrairement aux membranes non résorbables. Une xénogreffe est constituée de minéraux osseux d’origine animale…

Cet article est réservé aux abonnés.
Pour lire la suite :

Vous êtes abonné.e ? Connectez-vous
Mot de passe
oublié ?

Vous pouvez également :

Acheter l'article En version numérique
Acheter le numéro À l'unité

Thèmes abordés

Sur le même sujet

Implantologie chirurgicale

Réhabilitations maxillaires complètes de grande étendue

À travers deux cas cliniques, cet article va se focaliser sur les réhabilitations complètes fixes implanto-portées et distinguer : –...
Implantologie chirurgicale

Reconstruction osseuse verticale du secteur antérieur avec les armatures en titane

Dans la zone esthétique, une épaisseur osseuse de 2 à 4 mm est préconisée antérieurement au col implantaire [2-5]. Elle...
Implantologie chirurgicale

Reconstruction osseuse autogène en secteur esthétique

La technique de greffe autogène est basée sur la préparation des blocs corticaux mandibulaires prélevés dans la zone rétro-molaire. La...
Implantologie chirurgicale

Traitement par extractions partielles : rationnel, indications cliniques et technique

L’extraction dans le secteur antérieur ne doit être indiquée que s’il n’existe pas d’alternative. La plus grande difficulté consiste à...
Implantologie chirurgicale

Positionnement 3D des implants dans le secteur antérieur : enjeux et mise en œuvre

Les patients évaluent de plus en plus la réussite de leur traitement implantaire grâce à des critères esthétiques [1]. Dès...
Implantologie chirurgicale

Considérations sur le profil d’émergence implantaire du secteur antérieur

Stratégies implantaires esthétiques Initialement, les critères de succès de l’implant étaient limités à l’établissement et au maintien dans le temps...