Régénération d’une lésion intra-osseuse par approche chirurgicale minimalement invasive

  • Par
  • Publié le . Paru dans Parodontologie Implantologie Orale, un nouveau regard n°2 - 15 novembre 2021 (page 12-17)
Information dentaire

Quelle approche chirurgicale envisager pour une dent présentant un défaut intra-osseux profond et large ?

Les techniques chirurgicales de régénération parodontale ont fait l’objet d’une recherche intensive au coursdes deux dernières décennies. L’évolution des techniques et des biomatériaux s’inscrit dans une approchede moins en moins traumatique pour les tissus mous.

La cicatrisation après une chirurgie parodontale peut être guidée vers la néo-formation du parodonte (cément, ligament parodontal, os alvéolaire et gencive).

Ce cas clinique présentera une procédure de traitement chirurgical d’un défaut intra-osseux large et profond combinant un lambeau minimalement invasif à l’application de biomatériaux. Nous analyserons les facteurs ayant influencé la décision thérapeutique et le pronostic. L’approche réalisée a permis d’obtenir le comblement du défaut tout en évitant un effondrement tissulaire. Cette stratégie thérapeutique implique un diagnostic clinique et radiologique précis et une compliance exemplaire du patient. Les défauts intra-osseux profonds et larges peuvent bénéficier d’une approche régénératrice alliant un lambeau minimalement invasif à des biomatériaux.

Résumé

La prise en charge des maladies parodontales débute par le contrôle des facteurs de risques systémiques et locaux modifiables.

À l’issue de la thérapeutique parodontale initiale, la persistance de poches parodontales combinée à des défauts intra-osseux peut compromettre la stabilisation de la maladie [1] et est associée à un risque de perte dentaire [2]. Une thérapeutique complémentaire, chirurgicale, est indiquée.

Différentes techniques chirurgicales ont été progressivement proposées, avec pour objectifs de réduire le traumatisme chirurgical, d’augmenter la stabilité du lambeau et du caillot, de permettre une fermeture primaire de la plaie et de réduire le temps d’intervention. La réduction des suites postopératoires est aussi au cœur de ces techniques [3].

Parmi elles, l’approche régénérative des défauts intra-osseux a montré une réduction de la profondeur de poche parodontale et un gain d’attache clinique plus importants que le lambeau d’assainissement conventionnel sans régénération [4-6]. L’utilisation de biomatériaux (matériaux de substitution osseuse, membranes, dérivés de la matrice amélaire) a permis de repousser les indications de ces techniques et, par conséquent, de conserver des dents avec un pronostic réservé.

Présentation du cas clinique et processus de décision

Une femme de 77 ans, sans autre pathologie, consulte pour une prise en charge parodontale. Elle présente une parodontite de stade III et de grade C généralisée caractérisée par des profondeurs de sondage allant jusqu’à 14 mm avec saignement et une alvéolyse horizontale et verticale généralisée [7].

Après motivation et enseignement d’une technique de contrôle de plaque personnalisée à la patiente, un traitement parodontal non chirurgical (détartrage et instrumentation en sous-gingival) est effectué [8].

Lors de la réévaluation parodontale à 12 semaines, l’examen clinique montre une nette amélioration…

Cet article est réservé aux abonnés.
Pour lire la suite :

Vous êtes abonné.e ? Connectez-vous
Mot de passe
oublié ?

Vous pouvez également :

Acheter l'article En version numérique
Acheter le numéro À l'unité

Thèmes abordés

Sur le même sujet

Implantologie Implantologie chirurgicale

Article réservé à nos abonnés Prévoir les résultats et maintenir les acquis en implantologie

Une réhabilitation implanto-portée a pour but de restaurer la fonction et l’esthétique sur le long terme [1]. Dans l’esprit des...
Implantologie chirurgicale

Article réservé à nos abonnés Chirurgie implantaire : technique guidée ou main libre ?

Les premiers pas en implantologie avaient comme objectif l’obtention de l’ostéo- intégration des implants et l’observation de leur taux de...
Implantologie chirurgicale

Article réservé à nos abonnés La logique implantaire revisitée : le concept de muco-intégration

Historiquement, une attention limitée était prêtée au pilier intermédiaire. Son rôle se résumait à l’assemblage de la prothèse et de...
Implantologie Implantologie chirurgicale

Article réservé à nos abonnés Lésion nerveuse du nerf alvéolaire inférieur lors d’une pose implantaire

Rappels Le nerf alvéolaire inférieur (NAI) est le plus touché (64,4 % des cas) lors des chirurgies implantaires du fait de...
Implantologie chirurgicale

Article réservé à nos abonnés Gestion des complications en prothèse implantaire

L’analyse rapide de la littérature [1-6] nous montre que (tableau 1) : les complications mécaniques sont plus importantes avec la prothèse...