Spécificités de la réponse inflammatoire de la péri-implantite par rapport à celle de la parodontite

  • Par
  • Publié le . Paru dans Parodontologie Implantologie Orale, un nouveau regard n°2 - 15 mai 2022 (page 62-77)
Information dentaire
La péri-implantite peut-elle s’expliquer par une réponse immuno-inflammatoire spécifique par rapport à celle de la parodontite ? Telle est la question que nous explorons à travers la revue narrative de la littérature présentée dans cet article.

Résumé

Objectif

  • Identifier précocement les patients et les sites à risque de péri-implantite est crucial pour prévenir au plus tôt cette maladie. Pour ce, il faut trouver des biomarqueurs spécifiques de l’état de santé péri-implantaire. La parodontite sert souvent de référence pour étudier la pathogénie de la péri-implantite, mais ce, avec de nombreuses limites. L’objectif de cette revue narrative est de faire le point sur les spécificités de réponse inflammatoire de la péri-implantite par rapport à celle de la parodontite.

    méthode

  • Une recherche bibliographique menée sur Medline en janvier 2022 a permis d’identifier huit études transversales avec collection d’échantillons biologiques, publiées sur les dix dernières années et comparant l’inflammation de poches parodontales à celle de poches de péri-implantite. La topographie et la composition cellulaire et moléculaire de l’infiltrat inflammatoire sont étudiées par immunohistochimie sur des explants de gencive et de tissu kératinisé péri-implantaire. Des prélèvements de fluide créviculaire permettent la comparaison de la production de cytokines.

Résultats

  • L’infiltrat inflammatoire est plus étendu, en contact avec l’os, moins vascularisé et plus riche en leucocytes dans la poche péri-implantaire versus la poche parodontale. Les macrophages, avec une densité accrue de macrophages de type 1 (M1), et les neutrophiles pro-inflammatoires, produisant des espèces réactives de l’oxygène et des Neutrophil Extra-cellular Traps sont retrouvés en plus grande densité dans le tissu conjonctif de la poche péri-implantaire. Les résultats divergent quant aux lymphocytes et plasmocytes, ce qui peut être dû à des protocoles différents de prélèvements. La variabilité des résultats quant aux cytokines, métalloprotéases et au ratio RANKL/OPG ne permet pas de conclure.

Conclusion

  • Des controverses existent quant aux différents…

Cet article est réservé aux abonnés.
Pour lire la suite :

Vous êtes abonné.e ? Connectez-vous
Mot de passe
oublié ?

Vous pouvez également :

Acheter l'article En version numérique
Acheter le numéro À l'unité

Thèmes abordés

Sur le même sujet

Parodontologie

Article réservé à nos abonnés Hypoesthésie postopératoire, histoire d’une complication d’une chirurgie plastique parodontale

Cas clinique ► Il était une fois une amie, médecin, qui présentait des récessions gingivales de 34 à 36. La...
Parodontologie

Article réservé à nos abonnés Thérapeutiques adjuvantes et innovantes dans le traitement parodontal non chirurgical

La maladie parodontale est considérée comme la sixième maladie inflammatoire chronique la plus répandue chez l’Homme. La parodontite résulte d’un...
Parodontologie

Article réservé à nos abonnés Porphyromonas gingivalis

L’objectif de cette rubrique est de rédiger la carte d’identité d’un habitant du parodonte. Elle présente l’identité de l’habitant (procaryote...
Implantologie chirurgicale

Article réservé à nos abonnés Traitement implantaire par avulsions partielles en zone esthétique. À propos d’un cas complexe d’édentement partiel

Le remplacement de plusieurs dents adjacentes du secteur antérieur maxillaire est un véritable challenge fonctionnel et esthétique. C’est la situation clinique qui présente...
Parodontologie

Article réservé à nos abonnés Approche thérapeutique des récessions gingivales sévères dans le secteur antérieur mandibulaire

La récession gingivale se définit comme « la migration en direction apicale de la gencive marginale par rapport à la jonction...