Accroissement gingival d’origine médicamenteuse : et si le traitement étiologique suffisait ?

  • Par
  • Publié le . Paru dans Parodontologie Implantologie Orale, un nouveau regard n°4 - 15 novembre 2022
Information dentaire
La prise en compte des facteurs étiologiques est toujours préférable à la chirurgie lorsque celle-ci peut être évitée, les résultats n’en seront que plus durables et le traitement, moins invasif.

RÉSUMÉ

Devant l’augmentation continue des prescriptions médicamenteuses, la gestion de leurs effets secondaires implique une coopération entre professionnels de santé, y compris les chirurgiens-dentistes, et ce également lorsque ces derniers ne sont pas à l’origine de la prescription. La prise en charge de Monsieur T. nous a appris que l’abord médical, combiné à la patience, pouvait donner des résultats surprenants. Devant son accroissement gingival sévère d’origine médicamenteuse, recouvrant les trois quarts de la couronne des incisives mandibulaires et de certaines molaires, aucune chirurgie n’aura été nécessaire pour retrouver une situation saine. Notre prise en charge des accroissements gingivaux médicamenteux a, depuis notre rencontre avec Monsieur T., évolué. Et la vôtre ?

Au sein des gingivites induites par la plaque, l’accroissement gingival d’origine médicamenteuse (AGM) est la dénomination retenue dans la classification de Chicago des maladies parodontales (2017 [1]). Cette dénomination est ainsi préférée à celles d’hypertrophie ou d’hyperplasie gingivale car elle ne présume pas des mécanismes pathologiques impliqués.

L’AGM est un effet secondaire bien connu de certaines familles de médicaments que sont les inhibiteurs calciques, couramment prescrits dans un contexte d’hypertension artérielle ; les anticonvulsants (antiépileptiques) à base de phénytoïne ou d’acide valproïque ; enfin les immunosuppresseurs, notamment la ciclosporine, prescrite le plus souvent dans un contexte de transplantation d’organe (tableau 1).

Bien que la molécule impliquée soit différente, les caractéristiques cliniques, histologiques et physiopathologiques sont similaires [2].

Caractéristiques cliniques

Les premières manifestations cliniques de l’AGM apparaissent en général 1 à 3 mois après le début d’un traitement médicamenteux (mais peuvent débuter bien…

Cet article est réservé aux abonnés.
Pour lire la suite :

Vous êtes abonné.e ? Connectez-vous
Mot de passe
oublié ?

Vous pouvez également :

Acheter l'article En version numérique
Acheter le numéro À l'unité

Thèmes abordés

Sur le même sujet

Parodontologie

Article réservé à nos abonnés L’acide hyaluronique comme adjuvant du traitement des récessions gingivales

Contexte Les récessions gingivales (RG), définies comme une exposition radiculaire due à la migration apicale du rebord gingival au-delà de...
Parodontologie

Article réservé à nos abonnés Lésion blanche : pourquoi rester vigilant ?

Situation clinique Anamnèse. Une patiente âgée de 73 ans est reçue en consultation pour un avis en raison de la...
Parodontologie

Article réservé à nos abonnés Effets des vitamines sur le parodonte et les maladies parodontales : une revue narrative des études cliniques

Les parodontites sont des pathologies inflammatoires multifactorielles, résultant d’un déséquilibre entre les défenses de l’hôte et un microbiote oral dysbiotique....
Implantologie Parodontologie

Article réservé à nos abonnés Gestion des complications biomécaniques et biologiques en implantologie

OBJECTIF Alors que la pose d’implants s’est largement démocratisée, le nombre de complications biologiques ou biomécaniques associées présente une prévalence...
Implantologie Parodontologie

Article réservé à nos abonnés Reconstruction d’un plancher sinusien dans un but implantaire à l’aide d’un substitut osseux : séquence chirurgicale

RÉSUMÉ La découverte d’une communication bucco-sinusienne nécessite une prise en charge spécifique en chirurgie pré implantaire. Il convient en effet...
Parodontologie

Article réservé à nos abonnés Treponema denticola

Résumé Treponema denticola est une bactérie anaérobie du microbiote buccal symbiotique, impliquée dans la parodontite. Elle est capable d’envahir les tissus...